Accès direct au contenu

sciences de la vie et de la terre

Recherche simple Recherche avancée

espace pédagogique > disciplines du second degré > svt > transversalité > convergences

La philosophie, l'unité des sciences et la sagesse, Hervé Barreau

mis à jour le 19/07/2007


vignette psychiatrie philosophie

La philosophie, les sciences et la sagesse, très liées dans la Grèce antique, elles se sont très tôt désolidarisées pour le plus grand dommage de la philosophie qui risque alors de devenir stérile pour la culture et peut aller jusqu'à disparaître elle-même avec son enseignement.

mots clés : philosophie, science, sagesse, rationalité, savoir, coire, barreau


Compte rendu


Nous vous remercions, Monsieur Barreau, pour votre propos à la fois érudit et passionné.

Vous commencez en traitant des rapports de la philosophie et de la science : très liées dans la Grèce antique, elles se sont très tôt désolidarisées pour le plus grand dommage de la philosophie qui risque alors de devenir stérile pour la culture et peut aller jusqu'à disparaître elle-même avec son enseignement.

Vous vous demandez alors ce que la philosophie peut faire pour éviter une issue si funeste : plutôt que de prétendre devenir elle-même une science (comme chez Husserl), elle pourrait tâcher de faire l'unité des sciences, encyclopédie en quoi consisterait la sagesse elle-même, comme chez Descartes ou encore Kant et Comte en un autre sens, mais à chaque fois sans succès.

Puis le néo-positivisme issu du Cercle de Vienne représente, dites-vous, la tentative la plus intéressante de l'unification des sciences, mais finit lui-même par échouer pour cause de réductionnisme physicaliste, certaines réductions pouvant, par contre, réussir dans le champ purement formel de la logique et des mathématiques mais aussi dans le domaine des sciences humaines, comme en témoigne le structuralisme ou même un marxisme qui ne serait pas dogmatique.

Pour finir, vous évoquez l'épistémologie philosophique qui, à condition de ne plus prétendre faire l'unité des sciences, met en évidence des parentés fécondes entre elles, notamment entre la biologie et la chimie. Cela vous fait alors vous demander si la cosmologie, science du tout de l'univers qui fait se rencontrer au XXè siècle la physique et la philosophie, ne pourrait pas, grâce au principe anthropique, redonner quelque espoir, sinon de faire l'unité des sciences, de refonder, peut-être, une sagesse.

Eléments du débat



Le propos du conférencier s'étant achevé de façon quasi spéculative par une forte méditation cosmologique fondée sur le « principe anthropique », l'essentiel du débat a porté sur le statut de cette notion clé et tout particulièrement sur sa signification pour les rapports de l'homme et de l'univers.

Les accents réalistes de cette méditation finale ont été tels que la première question a demandé s'il fallait réellement accorder au principe anthropique un statut ontologique, constitutif, substantiel, comme s'il appartenait à l'ordre des choses lui-même, ou bien un sens  seulement méthodologique, régulateur, fonctionnel, en ce qu'il ne relèverait que du discours de l'homme sur le monde et donc ne serait à concevoir et pratiquer que dans les limites de la simple raison épistémologique. Autrement dit, ce principe signifie-t-il qu'en s'y référant on affirme l'existence et l'efficience d'une finalité au sein même de l'univers matériel qui ferait à l'homme une place à part dans l'ensemble des êtres en lui accordant un statut préférentiel non seulement d'ordre ontologique (en le dotant de caractéristiques propres) et épistémologique (la capacité de connaître le monde et soi-même), mais aussi et surtout de nature pratique en ce que l'inscription de l'homme dans l'univers lui promettrait et permettrait, finalement, d'accomplir la destinée à laquelle il aspire, c'est-à-dire la satisfaction objective de ses aspirations les plus subjectives à une vie bonne, libre et heureuse ? La référence à la notion de principe anthropique permet-elle à l'homme de « connaître » sa place dans l'univers de façon objective, c'est à dire sur le mode d'un concept issu d'un « jugement déterminant » de l'entendement et recevable comme tel par la science, ou bien seulement de « penser » cette place de façon subjective, sur le mode d'une idée de la raison éveillée dans l'esprit humain par un « jugement réfléchissant » induit par l'observation de certains êtres de la nature, les organismes vivants et surtout pensants, et qui permettrait seul de rendre intelligible avec cohérence et conséquence leur identité, dignité et destinée propres dans le tout de l'univers ? Si le conférencier semble accepter volontiers cette distinction kantienne bien connue pour faire sienne la seconde branche de l'alternative, c'est essentiellement au sens où dédogmatisant le principe de finalité de la métaphysique antique pour lui accorder un statut critique elle paraît susceptible de le faire échapper à sa destitution radicale par la science moderne de l'univers qui lui préfère de façon semble-t-il définitive le principe de causalité, et non pas pour partager tous les attendus de l'idéalisme transcendantal qui lui paraît sans doute encore trop spéculatif lui-même au regard des exigences de l'esprit scientifique. Mais peut-on légitimement espérer bénéficier des conséquences d'une pensée sans faire siens les principes qui les fondent ?

À ce moment du débat, la question est posée de savoir si la signification foncière de la référence au principe anthropique ne serait pas d'ordre esthétique, au sens où ce serait le plaisir procuré par le spectacle du bel ordonnancement des choses (intuition renforcée notamment par les progrès de l'astrophysique et de la biologie génétique contemporaines) qui y conduirait l'esprit humain, en une reprise de l'argument grec concluant de l'émerveillement devant le cosmos à l'existence et l'efficience d'un principe démiurgique accordant à toute chose, et notamment à l'homme, sa juste place dans l'ordre total, hiérarchisé et finalisé, des choses, ce à quoi le sens commun contemporain lui-même semble à nouveau être disposé. Mais une telle reprise ne semble pas recevable aujourd'hui en ce qu'elle peut mener à une religiosité diffuse voire confuse (surtout à notre époque prête à tous les revival pour peu qu'ils promettent « du sens »), incompatible avec la positivité du nouvel esprit scientifique qui paraît avoir définitivement fait sien le principe kantien de la spécification des sphères de validité (notamment dans sa critique de la preuve physico-théologique de l'existence de Dieu) pour en tirer la conséquence (non kantienne dans sa radicalité) de la disqualification de toute objectivité esthétique, ainsi remise à un irréductible subjectivisme existentiel qui semble bien constituer le dernier « principe » de l'esprit contemporain en matière de choix pratique. C'est pourquoi le conférencier rejette cette interprétation « faible » du principe anthropique qui lui serait finalement nuisible de façon rédhibitoire.

On se demande alors si l'on peut encore vraiment espérer de la cosmologie anthropique qu'elle soit susceptible de fonder une sagesse qui serait à même de remédier à la dissolution de la belle totalité antique de la philosophie, de la science et de la prudence, suite à l'avènement et au développement des sciences et techniques modernes de la nature et de la culture qui semblent bien avoir définitivement désenchanté le monde. C'est sans doute là que se révèle le sens ultime du principe anthropique, qui serait d'ordre éthique en ce qu'il relèverait d'un postulat de la raison pratique puisque sans pouvoir, comme tel, l'établir par la voie démonstrative de la raison théorique (surtout si on réduit celle-ci, comme aujourd'hui, à l'entendement calculateur), on ne pourrait en faire l'économie pour rendre possibles à la fois une pensée cohérente et une action  conséquente qui permettraient de tenir ensemble les deux exigences de l'unité de l'univers et de la spécificité de la destinée de l'homme. Mais surgit alors l'inévitable objection sceptique demandant s'il ne s'agirait pas là d'un « roman cosmologique » présentant la structure parfaite de l'illusion transcendantale, et même transcendante, puisque l'esprit humain y prendrait ses raisons subjectives, avides de sens, pour l'ordre objectif des choses, foncièrement muet et aveugle en lui-même.

C'est ainsi la question du sens même du discours cosmologique contemporain qui se trouve reposée : faut-il ne voir dans le principe anthropique que le dernier avatar en date d'une métaphysique précritique, disqualifié comme tel par le matérialisme conquérant de l'esprit scientifique de notre temps, ou bien le prendre au sérieux dans sa promesse d'une nouvelle sagesse à laquelle la philosophie et les sciences pourraient œuvrer de concert ?

Rédacteur (de la synthèse) : Joël Gaubert

L'auteur


Hervé Barreau est Directeur de recherches au C.N.R.S. Il est notamment l'auteur de L'explication dans les sciences de la vie, CNRS, 1984 ; Le même et l'autre : recherches sur l'individualité dans les sciences de la vie, CNRS, 1986 ; L'épistémologie, P.U.F., 1992 ; Le temps, P.U.F., 1998.

Droits


Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective.
Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.                                  
Le titulaire des droits autorise toutefois la reproduction et la représentation des textes, des vidéos, des audios ici proposés à titre de copie privée  ou a des fins d'enseignement et de recherche et en dehors de toute utilisation lucrative. Ceci, sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur, de l'éditeur et la source  tels que signalés dans le présent document. IDDN

 
auteur(s) :

Joël Gaubert

contributeur(s) :

Société Nantaise de Philosophie

information(s) pédagogique(s)

niveau : Terminale, enseignement supérieur, classes préparatoires

type pédagogique : connaissances, leçon

public visé : enseignant, élève, étudiant

contexte d'usage : non précisé

référence aux programmes : Le sujet, La conscience, La perception, La culture, Le travail et la technique, La raison et le réel, Théorie et expérience,La démonstration, L'interprétation, Le vivant, La matière et l'esprit, La vérité, La morale

ressources associées

vignette stanguennec philosophie La nouvelle connaissance du vivant, André Stanguennec 19/07/2007
L'auteur se propose ici d'aborder deux questions, la première de nature épistémologique : « En quoi consiste la nouvelle connaissance de la vie ? », la seconde d'ordr ...
philosophie, science, vivant, rationalité, savoir, stanguennec Joël Gaubert
vignette lecourt philosophie La philosophie et l'histoire des sciences, Dominique Lecourt 19/07/2007
Il s'agit de réinscrire la science dans la culture afin, précisément, de combattre le scientisme toujours renaissant et d'éclairer le style propre des systèmes que les sciences humaines prennent pour ...
philosophie, science, technique, histoire, rationalité, lecourt Joël Gaubert
vignette engel philosophie La philosophie, les sciences cognitives et la psychologie, Pascal Engel 16/07/2007
Sceptique à l'égard de la prétention des sciences cognitives de réduire les états mentaux à des états cérébraux, l'auteur fait référence à Wittgenstein qui distingue l'intention mentale de la cause cé ...
philosophie, science, psychologie, sciences cognitives, engel Joël Gaubert
vignette psychiatrie philosophie Les débuts de la psychiatrie : un problème philosophique, Jackie Pigeaud 15/12/2007
Si le cicéronien pense que l'on est responsable de ses passions, donc de sa folie. La maladie de l'âme n'est donc pas fondamentalement l'effet d'une causalité organique, et la force vitale de l'âme es ...
philosophie, science, psychiatrie, connaissance, croyance, savoir, pigeaud Joël Gaubert
vignette frey philosophie La raison et le réel, Jean-Marie Frey 19/11/2007
Philosopher, c'est désirer la vérité, l'accord de la pensée avec la réalité. Mais quelle est cette réalité ?
philosophie, problème, universalité, sensible, intelligible, être, devoir-être, dialogue, idée, image, illusion, science, sens, pratique, théorie, passion, action, objectivité, absolu
vignette benoit philosophie Textes centrés sur la notion de démonstration, Blaise benoit 02/11/2007
Ce document propose un certain nombre de textes qui sont autant de supports à l'exposé de Blaise Benoit sur la notion de démonstration.
démonstration, raison, réel, liberté, loi, interprétation, vérité, science, logique, Dieu Blaise Benoit

ressource(s) principale(s)

vignette engel philosophie La philosophie, les sciences cognitives et la psychologie, Pascal Engel 16/07/2007
Sceptique à l'égard de la prétention des sciences cognitives de réduire les états mentaux à des états cérébraux, l'auteur fait référence à Wittgenstein qui distingue l'intention mentale de la cause cé ...
philosophie, science, psychologie, sciences cognitives, engel Joël Gaubert
vignette lecourt philosophie La philosophie et l'histoire des sciences, Dominique Lecourt 19/07/2007
Il s'agit de réinscrire la science dans la culture afin, précisément, de combattre le scientisme toujours renaissant et d'éclairer le style propre des systèmes que les sciences humaines prennent pour ...
philosophie, science, technique, histoire, rationalité, lecourt Joël Gaubert
vignette stanguennec philosophie La nouvelle connaissance du vivant, André Stanguennec 19/07/2007
L'auteur se propose ici d'aborder deux questions, la première de nature épistémologique : « En quoi consiste la nouvelle connaissance de la vie ? », la seconde d'ordr ...
philosophie, science, vivant, rationalité, savoir, stanguennec Joël Gaubert
vignette psychiatrie philosophie Les débuts de la psychiatrie : un problème philosophique, Jackie Pigeaud 15/12/2007
Si le cicéronien pense que l'on est responsable de ses passions, donc de sa folie. La maladie de l'âme n'est donc pas fondamentalement l'effet d'une causalité organique, et la force vitale de l'âme es ...
philosophie, science, psychiatrie, connaissance, croyance, savoir, pigeaud Joël Gaubert
vignette stanguennec philosophie L'interprétation, André Stanguennec 13/01/2008
Partant des différents sens de la notion d'interprétation, il s'agit ici de reconnaître le « bon sens », autrement dit celui qui convient particulièrement à la philosophie envisagée comme « discours » ...
philosophie, science, interprétation, hermeneutique, croire, savoir, stanguennec
Christian Rouby Fin de vie, euthanasie et dignité : un débat de société 24/03/2008
Cette ressource propose de réfléchir philosophiquement à la question de la mort en générale et des conditions du mourir en particulier.
philosophie, mort, euthanasie, dignité, liberté
vignette dagognet philosophie La biologie, François Dagognet 29/03/2008
François Dagognet (philosophe et médecin) aborde ici la question de la biologie et du vivant. Documents vidéos et texte.
philosophie, science, biolgie, raison, réel, vie, vivant, dagognet
quiniou La théorie de l’évolution et les croyances religieuses par Yvon Quiniou (actualisation) 01/05/2009
Texte de la conférence de M. Yvon Quiniou prononcée lors du séminaire national "Enseigner l'évolution" oraganisé par le Ministère de l'éducation nationale par l'inspe ...
philosophie, Athéisme, croire, savoir, Croyance, Darwin, Dieu, créateur, Evolution, Matérialisme, Métaphysique, Religion, Science, Spiritualisme, quiniou
Joël GAUBERT L’homme n’est-il qu’une espèce naturelle ?, Joël GAUBERT 01/12/2012
CONFERENCE DE LA SOCIETE NANTAISE DE PHILOSOPHIE DU 17 NOVEMBRE 2011 Si l'homme n'est qu'une espèce naturelle, en ce qu'il est une créature de la natur ...
philosophie, culture, homme, nature, culture, déterminisme, liberté, sujet, individu, espèce, genre, raison, paix, sciences de l'homme, anthropologie, anthroponomie
Michel-Elie MARTIN L’unité de la nature dans la science physique contemporaine, Michel-Elie MARTIN 24/11/2012
CONFERENCE DE LA SOCIETE NANTAISE DE PHILOSOPHIE DU 11 MAI 2012 Au plan de notre vécu irréfléchi, l'unité de la nature est de l'ordre d'une croyance. Mais, pour la p ...
philosophie, science, technique
philosophie en morceaux Philosophie des sciences en films d'animation 16/04/2011
Quatre petits films d'animation de philosophie des sciences pour amorcer, illustrer ou prolonger une réflexion philosophique ou/et scientifique. Transversalité
philosophie, sciences, philosophie des sciences, mathématiques
Démocrite Un exemple d'intervention philosophique ciblée en amont de la terminale : "Les atomismes" 09/02/2012
Dominique Tyvaert, (IA-IPR académies de Nancy-Metz et Strasbourg) a animé, conjointement avec Henri Elie ( IA-IPR acédémie de Nantes et Rennes), deux ateliers aux Rencontres nationales de philoso ...
philosophie, physique, atomisme, culture
stanguennec.jpg L’humanisation de la nature, André STANGUENNEC 26/11/2012
  CONFERENCE DE LA SOCIETE NANTAISE DE PHILOSOPHIE DU 3 FEVRIER 2012
La conférence vise à présenter non seulement l'hypothèse philosophique  d'une dialecti ...
philosophie, nanture, culture, symbole
phusis La nature comme phusis : éclosion ou fabrication ?, Michel HERREN 02/12/2012
CONFERENCE DE LA SOCIETE NANTAISE DE PHILOSOPHIE DU 13 janvier 2011 Dominé qu'il est par la science et la technique, notre monde est en train de faire de tout phénom ...
philosophie, science, technique, anature

haut de page

sciences de la vie et de la terre - Rectorat de l'Académie de Nantes