Accès direct au contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Recherche avancée

espace pédagogique > 2nd degré > histoire-géographie > mutualisation > numérique

Google maps vs Géoportail

mis à jour le 10/10/2012


geoportail

Comparaison de deux serveurs cartographiques

mots clés : sign géoportail, cartes numériques


L'idée est de comparer deux serveurs cartographiques pour étudier la manière dont l'espace est représenté à différentes échelle.

La démonstration suivante s'appuie sur l'étude de la ville de Rue, située dans la Somme.

Un problème de localisation dans Google Maps !

Une requête sur "Rue" dans google.maps ne donne aucune ville de ce nom en France mais  renvoie vers le site "Rue 89 " qui arrive en tête des classements pour google.   constate  un problème de bruit documentaire.

Le géoportail apparait beaucoup plus fiable grâce à une recherche qui porte  exclusivement sur sa banque de données Toponymes.
 
Dans Google maps, il faut choisir une approche par proximité : faire une requête sur Saint Valéry sur Somme est ainsi  plus rapide pour trouver l'estuaire de la Somme.
 
 gmaps1







vue 1
 
 geoportail
 gmaps2 vue 2
 géoportail
  vue 3
 géoportail
 
On observe :
dans google maps  la hiérarchie des toponymes n'est pas claire.  Il est impossible de déduire le poids démographique ou administratif entre les noms de communes( vue 1)
Plus gênant encore : plus on zoome pour atteindre une grande échelle, plus le nom de la commune s'amenuise jusqu'à se confondre avec une simple rue...(vue2)
Sur le plan de la ville, il faut avoir l'oeil pour repérer le nom de la commune qui se confond avec le nom d'une rue.

Les cartes IGN apparaissent nettement plus claire et facile à lire. La hiérarchie administrative entre les communes est respectée à l'échelle régionale (vue 1).
Des indications administratives, démographique, touristiques sont présentes à plus grande échelle( vue 2)
Au 1/25000e : une claire hiérarchisation entre le nom de la commune et la trame viaire(vue3)

Conclusion
La cartographie embarquée sur les gps intégrés aux automobiles et les smartphones (dont sont de plus en plus équipés nos élèves) est loin d'atteindre la qualité de la cartographie produite par l'IGN dont la base de données toponymes comprend une table attributaire précise (statut administratif et population).

Les cartes proposées par les deux géants que sont  Google ou Apple sont  loin d'être irréprochables.  Des problèmes de généralisation, de précision dans la localisation  font ainsi douter de l'intérêt de recourir en classe à de telles solutions.

Quelle géographie veut-on enseigner à nos enfants ?
 
auteur(s) :

pouzin jackie, Professeur au lycée Vadepied

information(s) pédagogique(s)

niveau : Lycée tous niveaux

type pédagogique : analyse de pratique

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : Géographie terminales
Thème 1 : Clés de lecture pour un monde complexe
Des cartes pour comprendre le monde.

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes