Contenu

documentation

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > documentation > enseignement > séquences

ma présence sur le web : de l'identité à la présence numérique

mis à jour le 20/03/2013


identite-numerique3.jpg

séquence dont l'objectif est la prise de conscience, par les élèves, des traçabilités aveugle et concédée ainsi que l'amorce d'une réflexion sur la posture à avoir quand on publie sur le web, quand on navigue sur le web  

mots clés : présence numérique, identité numérique, expression de soi


 Séquence de 6 séances d'une heure chacune. Le déroulement de la séance 1 est plus long parce que c'est l'amorce de la séquence, instant décisif au cours duquel les hypothèses sont émises.

Objectifs de la séquence


  • Connaître l'hypermnésie du web : nos parcours sur le web laissent des traces, intentionnelles et non intentionnelles (que les firmes utilisent, stockent, ré-indexent et exploitent) qui nous caractérisent.
  • Percevoir l'économie du web qui se met en place : le profilage pour la recommandation.
  • Développer une posture de prudence quand publication sur le web, mais surtout prendre conscience qu'on ne peut pas ne pas laisser de traces, que l'idée de récupérer ses traces est illusoire, et qu'il faut donc se mettre en posture d'apprendre à se réapproprier ses traces pour anticiper une présence.

Production attendue


Un document de synthèse collaboratif (éditeur de texte en ligne, un Pad.), construit à partir de l'analyse d'un corpus de documents rassemblés par le professeur documentaliste. Ce document doit répondre aux caractéristiques attendues d'un document : un titre, un plan logique, des auteurs, une bibliographie commentée, des parties développées.

Déroulement des séances


 
Séance 1
« On ne peut pas ne pas laisser de traces sur Internet »

 Premier temps : prise de conscience par les élèves de leurs usages d'internet pour montrer que le « en-ligne » précède le « hors-ligne » dans leur vie quotidienne pour un grand nombre d'activités. Réponse anonyme et individuelle à un questionnaire après explicitation des questions posées sur leurs usages d'Internet.

  • Enumération des services utilisés en ligne : recherche d'informations, achat, communication, jeux.
  • Enumération des écrans utilisés pour la navigation : téléphone portable, tablette, ordinateur portable, ordinateur de bureau.
  • Calcul du temps quotidien et hebdomadaire passé sur Internet.
  • La conclusion est alors unanime : beaucoup d'activités passent désormais par Internet.
Deuxième temps :

Percevoir que ces activités laissent des traces : connexion de mon ordinateur portable personnel et navigation sur les services évoqués par les élèves. A partir de l'analyse de ces navigations, émettre des hypothèses sur certains résultats obtenus.

  • Requête météo sur un moteur de recherche, sans préciser le lieu : réponse automatique qui correspond à notre localisation. Pourquoi ?
  • Connexion à une librairie en ligne qui me propose, avant la connexion à mon compte personnel, des ouvrages supposés me correspondre pour les commander. Pourquoi ?
  • Interrogations de moteurs de recherche de personnes : je suis une collection de traces laissées sur les différents services auxquels j'ai accès depuis mon ordinateur.
  • Connexion à un Réseau social numérique : on me suggère de suivre des comptes. En vertu de quoi ? Au nom de quoi ?

Discussion sur les raisons de ces résultats, émissions d'hypothèses

  • Hypothèses dans un contexte de conflit sociocognitif : les élèves échangent sur les raisons de ces résultats à partir de leurs expériences, de leurs connaissances.
  • Production d'une carte heuristique pour poser les hypothèses, qui seront vérifiées avec la lecture de documents.
Séances 2 à 5
« La mémoire du web : quelles origines des traces et quelles conséquences pour mon identité numérique ? »

 Analyse d'un corpus de documents comportant des informations liées aux hypothèses d'explication de ces traces, leur origine, et leurs conséquences en terme

Résumé de ces documents sur un outil de texte collaboratif pour apprendre à publier sur le web une trace intentionnelle

Séance 6
« Face aux enjeux des traces, quelle attitude adopter ? me taire ou publier ? »


 Evaluation commune du texte collaboratif : les choix des éléments structurants du document produit collectivement seront :
  • Donner un titre explicite au document
  • Ordonner selon un plan logique qui montre la prise de conscience des enjeux des traces
  • Déterminer les mots-clés, pour faire ressortir les notions clés abordées

 Evaluation individuelle

  • Qu'est-ce que j'ai appris ?
  • Qu'est-ce que j'ai appris à faire ?
  • Qu'est-ce que j'ai appris à être ?



Avec l'autorisation de l'auteur qui mentionne à son tour la source d'origine qui l'a inspirée : Silvère Mercier « La pyramide d'un projet de médiation numérique » In Bibliossession accessible sur http://www.bibliobsession.net/2011/04/08/la-pyramide-dun-projet-de-mediation-numerique/ <consulté le 29/03/2012>)
 

Evaluation de la séquence


 Evaluation effectuée à partir du document de synthèse collaboratif, des brouillons conservés, des écrits réflexifs individuels demandés, des questionnements oraux :
 
Il y a eu acquisition de connaissances : toute activité sur le Web laisse des traces de soi qui constituent de fait une identité numérique. Cependant, la notion de trace est partiellement acquise puisque ce sont surtout les traces de publication qui ont été comprises mais pas ou très peu les traces des machines. Pourquoi ? cela est dû à l'orientation des documents sélectionnés sans doute, mais aussi à un manque de connaissance des outils et de leur fonctionnement, de l'internet, des machines.

Remédiation envisagée : travailler davantage des situations d'apprentissage qui permettent l'acquisition d'une véritable culture technique.

Par ailleurs, il y a désormais une prise de conscience de l'économie de la recommandation : les suggestions d'amis, les suggestions d'achats sont faites àpartir de profils. Mais cette prise de conscience est partielle. Des connaissances sur l'économie des médias en général restent à acquérir pour connaître véritablement cette économie de l'Internet en plein essor : l'idée de philanthropie des firmes l'emportant souvent sur la motivation entrepreneuriale des créateurs de services (faux semblant de la gratuité des services).

En terme de savoir-être, la prudence est acquise pour tous les élèves qui disent désormais « réfléchir avant de publier ». Comme signe de leur prudence ils disent connaitre le rôle de la CNIL, et lire désormais les Conditions Générales d'Utilisation des services utilisés. Ce qu'ils retiennent surtout, c'est le caractère illusoire de l'effacement de leurs traces « il faut apprendre à faire avec puisque le « droit à l'oubli » n'existe pas en terme juridique ».

 La voie est désormais ouverte pour faire en sorte qu'ils se réapproprient leurs traces et deviennent actifs sur le Web en anticipant les effets de leurs navigations.
 
auteur(s) :

Angèle Stalder

information(s) pédagogique(s)

niveau : Lycée tous niveaux, Lycée professionnel tous niveaux

type pédagogique : scénario, séquence

public visé : élève

contexte d'usage : espace documentaire, salle multimedia

référence aux programmes : dans le cadre de l'accompagnement personnalisé en classe de 2nde baccalauréat professionnel secrétariat.

haut de page

documentation - Rectorat de l'Académie de Nantes