Contenu

éducation aux médias et à l'information

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > enseignements tranversaux > emi > CLEMI

CLEMI

opération « Renvoyé Spécial »

logo clemi ac nantes

Renvoyé Spécial est une opération organisée au niveau national par le CLEMI et la Maison des Journalistes, depuis 2006. L’objectif principal est de sensibiliser les lycéens à la liberté d’expression et à la liberté de la presse par la rencontre avec un.e journaliste réfugié.e politique en France. Seuls deux lycées sont retenus par académie, chaque année.

La plupart de ces journalistes ont été victimes de violences physiques et/ou psychiques. Ils sont syriens, tchadiens, afghans, soudanais, iraniens, algériens ou encore ouzbeks, et viennent expliquer devant les élèves la difficulté d’exercer leur métier dans leur pays d’origine. D’une grande richesse, ces rencontres offrent aux élèves un contact direct avec l’actualité, un témoignage qui permet d’incarner des concepts souvent abstraits, une prise de conscience de l’importance de la liberté d’expression et de la pluralité dans les médias.

Vendredi 16 février 2018 après-midi, le journaliste tchadien Makaila NGUEBLA est intervenu au lycée Sainte Marie, à Cholet. Cet ancien résident de la Maison des Journalistes a témoigné auprès de trois classes de Terminale ES de son parcours de journaliste exilé.

Rencontre Makaila NGUEBLA

Makaila NGUEBLA a été journaliste pour la radio communautaire Dakar ainsi que pour la radio Manoore, et est depuis 2007 l’auteur d’un blog très suivi : « Le blog de Makaila ». Makaila Nguebla écrit depuis fort longtemps… et s’est attiré les foudres des pouvoirs en place depuis presque autant. Etudiant à Tunis, Makaila commence d’écrire des courriers publiés dans le magazine Jeune Afrique. Les critiques qu’il formule à l’égard des inégalités dans l’attribution des bourses d’études, puis les articles suivants, lui valent d’être arrêté par le régime de Ben Ali, alors en place en Tunisie. Il échappe de peu au renvoi dans son pays, synonyme d’emprisonnement et de mort, grâce à la pression des ONG internationales.

Makaila est alors expulsé vers le Sénégal. A l’époque, le Sénégal est une vitrine démocratique sur le continent africain. Pendant quelques années, Makaila est correspondant au sein de deux médias tchadiens et crée son propre blog, afin de continuer à se battre pour améliorer la situation des droits de l’homme et de la liberté de la presse dans son pays d’origine. Mais en 2013, Makaila Nguebla est invité une émission radio très suivie, durant laquelle il explique que l’armée tchadienne ne devrait pas être le pilier de la lutte contre le terrorisme de par son aspect anti-démocratique. Makaila est aussitôt convoqué par la DST sénégalaise. Il a à peine le temps de prévenir Reporters sans Frontières qu’il est emprisonné dans une cellule de l’aéroport, puis expulsé en Guinée Conakry, échappant de nouveau de peu au renvoi dans son pays d’origine.

Rencontre Makaila NGUEBLA

A l’été 2013, Makaila Nguebla réussit finalement à être accueilli en France, puis à obtenir un visa longue durée ainsi qu’un statut de réfugié politique. Sa vie est désormais plus en sécurité, mais pour autant il continue de recevoir de fréquentes menaces. Il espère pouvoir rentrer un jour au Tchad, lorsqu’Idriss Deby ne sera plus au pouvoir…
Caroline Malville
 

haut de page

éducation aux médias et à l'information - Rectorat de l'Académie de Nantes