Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > ressources

travailler la chronologie avec des élèves allophones

mis à jour le 24/01/2018


Napoleon.jpeg

Cet article propose une première approche de la frise chronologique avec des élèves allophones.

mots clés : frise chronologique, allophones, FLSco, FLS


FLS et FLSco


Il s'agit d'une approche à la frontière entre le français langue seconde (FLS) et le français langue de scolarisation (FLSco). Pour reprendre l'expression de G. Cherqui et F. Peutot, les élèves nouvellement arrivés ne doivent pas seulement apprendre le français : ils doivent "apprendre le français à/de l'école", et d'ailleurs "les problèmes de compréhension du français de scolarisation sont partagés par les allophones arrivants et d'autres élèves de la classe qui ne le sont pas forcément".[1].

L'idée ici est de familiariser les élèves avec :
  • la frise chronologique
  • le découpage du temps en grandes périodes d'après l'historiographie française
  • le découpage du temps en fonction des années d'enseignement (6e, 5e, 4e, 3e)
  • quelques repères historiques mondiaux et français

Cadre de la séance


Ce travail a été réalisé sur une heure de cours avec des élèves de niveau A1 et A1/A2 de niveaux très divers, certains étant peu scripteurs et peu scolarisés antérieurement. Cela fait 4 mois qu'une grande partie est scolarisée en France et le vocabulaire quotidien est assez bien maîtrisé pour la plupart, au moins à l'oral. 

En amont, les élèves ont travaillé :
 
  • les nombres en français
  • une première approche comparée des calendriers juif, chrétien et musulman, avec un accent particulier sur l'absence d'année zéro.

L'approche religieuse de la frise chronologique est intéressante car elle permet de travailler l'écueil particulier du passage de l'année - 1 directement à l'année 1 en montrant qu'il s'agissait au départ de l'année 1 avant Jésus-Christ et de l'année 1 après Jésus-Christ (les nombres négatifs n'étaient pas connus en Occident lors de la mise en place du calendrier chrétien). 
 

Déroulement

Etape 1: la frise chronologique


10 feuilles blanches en format A3 sont positionnées, format paysage, en ligne sur un mur. 
Les élèves doivent placer des dates aux points de contact entre les feuilles. Les discussions entre les élèves leur permettent de réviser la place des dates sur une frise avec la question des dates négatives. 

Une partie de la frise, en salle de classe

Les 10 dates retenues sont constituées par les bornes classiques des grandes périodes historiques mais aussi les dates auxquelles s'arrêtent approximativement les programmes de chaque année scolaire. Elles ont également un code couleur correspondant aux années de collège. J'ai retenu :

  • Pour le programme de 6e (en bleu) : - 3 000 000 ; - 10 000 ; - 3 000 ; 1
  • Pour le programme de 5e (en rouge) : 476 ; 1492 ; 1720
  • Pour le programme de 4e (en noir) : 1789 ; 1914
  • Pour le programme de 3e (en vert) : 1945 ; aujourd'hui.

La frise est terminée par une flèche. 

Etape 2: les périodes chronologiques


Les élèves doivent ensuite placer des étiquettes proposant le nom des grandes périodes historiques. Puisque la frise veut aussi respecter les divisions entre les différentes années du collège, certaines périodes apparaissent deux fois sur la frise : par exemple l'étiquette "antiquité" apparaît à la fois de - 3000 à 1, dans la partie de la frise correspondant à l'enseignement en fin de classe de 6e , et de 1 à 476, dans la partie de la frise correspondant au début de la classe de 5e.

Le document en pièce jointe vous donne une proposition d'étiquettes correspondant à ce que j'ai testé en cours.

Une fois cette étape réalisée, on explique aux élèves la signification du code couleur qui correspond à chaque année du collège. On revient également sur chaque période préhistorique ou historique en évoquant des mots ou des images caractéristiques de ces périodes. Il est intéressant de pointer la spécificité du repère 1789 et de la Révolution française. 

Etape 3: les repères illustrés


J'ai effectuée une petite sélection d'illustrations pour chaque période. On peut proposer d'abord de classer les images en deux catégories : les images "anciennes" et les images "récentes". L'idée est qu'ils soient confrontés à l'impossibilité de tout discriminer et la nécessaire création d'une autre catégorie entre deux, tout en vérifiant et en réactivant leurs connaissances antérieures. Les discussions leurs permettent aussi de pointer certains détails révélateurs d'une époque - une voiture le long du mur de Berlin par exemple.

On donne ensuite à chaque élève 3 ou 4 illustrations et 3 ou 4 petites phrases (avec la date) correspondantes. Ils doivent dans un premier temps associer chaque phrase à une image à l'aide de différents indices : la date, les mots de vocabulaire employés, les noms propres... Cette phase fonctionne bien, les élèves s'entraidant et faisant également appel à leurs connaissances en langue maternelle ("calife", "sultan" par exemple). Il est possible de lire à voix haute les phrases pour les élèves non scripteurs. 

Enfin, ils placent les images au bon endroit dans la frise. On peut enfin relire l'ensemble en s'arrêtant sur les points qui suscitent l'intérêt ou rappellent quelque chose aux élèves.

Bilan


Cette séance a bien fonctionné et peut servir de préalable à des cours de FLSco tournés vers l'histoire.
C'est satisfaisant pour les élèves de réactiver des souvenirs de leurs propres cours d'histoire ; cela fonctionne particulièrement pour la préhistoire, l'antiquité (surtout romaine dans les pays de l'ancien empire romain), le moyen-âge autour de l'islam, la révolution industrielle et les deux guerres mondiales. Le découpage en couleurs des programmes permet de bien visualiser ce qu'ils apprendront en cours ordinaire en histoire par la suite. Le défaut de cette frise est cependant la séparation sur plusieurs feuilles d'une même période historique. 

La difficulté pour le professeur d'histoire consiste à accepter de résumer sauvagement certains points historiques par manque de vocabulaire - en particulier une fois que les élèves tiennent absolument à savoir pourquoi les Français ont tué leur roi suite à la Révolution... 

 


[1]: Inclure : français de scolarisation et élèves allophones, G. CHERQUI et F. PEUTOT, éd. Hachette, pp. 22-23 

 
auteur(s) :

Elsa Goujard, CLG La Reinetière (Ste Luce sur Loire)

information(s) pédagogique(s)

niveau : tous niveaux

type pédagogique : activité de découverte

public visé : non précisé

contexte d'usage :

référence aux programmes :

documents complémentaires

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes