Contenu

innovation pédagogique

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > innovation pédagogique > échanger

la manipulation des cartes

mis à jour le 02/01/2017


échanger_dossier_9

Au lycée professionnel Estournelles-de-Constant, à La Flèche, la géographie s’apprend en action : pour Nathalie Regrain, enseignante de lettres et histoire-géographie, les apprentissages dans cette discipline ne s’envisagent qu’avec le soutien des Technologies usuelles de l'information et de la communication (TUIC). Les élèves travaillent directement sur des cartes numériques conçues par leur professeure et rendent compte de leur réflexion au Tableau blanc interactif (TBI). Comment concevoir des cartes adaptées pour enseigner autrement grâce au numérique ? Quelles valeurs ajoutées aux apprentissages leur recours permet-il ?)

mots clés : échanger, numérique, cartographie


Aux origines, il y a tout simplement un manque au moment de la conception des cours. Comment construire ses propres séquences sans créer ses propres cartes ? Les manuels en proposent, bien sûr, mais elles ne correspondent pas nécessairement aux objectifs de séance fixés par le professeur. Par ailleurs, elles sont souvent en couleurs. Pour des raisons de coût et de législation, on ne peut envisager de les photocopier pour une classe. Ultime obstacle, majeur, elles sont davantage illustratives que réels supports de réflexion, puisque toutes les informations sont déjà données. Pour Nathalie Regrain, l’analyse d’une carte est efficace si l’élève peut “avoir la main dessus”. Pour apprendre, mieux vaut oublier les cartes couleurs, légendées, pleines de symboles. Bien au contraire, cette enseignante privilégie celles à trames, en noir et blanc : elles sont claires, lisibles. Et c’est pendant les cours que les élèves vont les compléter, l’analyse se faisant en pratique. Ainsi, elle s'est donc lancée dans la création de cartes numériques 1 adaptées aux objectifs de ses cours en développant une pédagogie active.

Pour les créer, nul besoin de logiciel sophistiqué ou complexe : Nathalie Regrain utilise Open Office OrgWriter (devenu Libre Office) et son module Cart’ooo. “Ce logiciel permet de réaliser des cartes à trames là où d’autres logiciels privilégient la couleur. Il présente un autre intérêt, celui de créer des cartes vectorielles qui sont redimensionnables et modifiables à volonté une fois que la structure générale de la carte a été faite”, précise l’enseignante. Quand on agrandit des éléments de la carte, objets géométriques (segments, courbes, polygones) créés par un ensemble de points qui sont autant de coordonnées modifiables, la qualité d’image est préservée, il n’y a aucun effet de pixellisation, contrairement aux images matricielles.
Autre avantage de ce logiciel : la possibilité de travailler le nuancé des gris. “Une carte se conçoit comme un millefeuille, les informations s’empilent les unes sur les autres”, explique l’enseignante. Parfois il faut refaire les contours, les frontières… Un travail certes chronophage, puisqu’il faut compter environ dix heures par création, mais passionnant. Pour commencer, l’idéal est de se créer une banque qui sert de base de travail.
Des fonds de cartes sont téléchargeables sur le site de l’académie d’Aix-Marseille (http://www.histgeo.ac-aix-marseille.fr). Une cartothèque est également à disposition sur le site de Sciences politiques (http://cartotheque.sciences-po.fr). Cependant, ces deux sites ne proposent que des cartes matricielles au format gif ou jpeg, donc elles ne se modifient pas. Pour disposer de fonds de cartes vectorielles, il faut se diriger vers le module Cart’ooo. Et la formation ? Il faut tout simplement se lancer, nous explique l’enseignante, convaincue que c’est en manipulant le logiciel que l’on apprend. Un apprentissage par l’expérimentation qu’elle met en œuvre également auprès de ses classes et qui fonctionne comme une expérience dynamisante.
 
Certes, elle pointe les difficultés liées au nombre insuffisant d’ordinateurs, aux problèmes de connexion, parfois… Mais elle note surtout la valeur ajoutée apportée aux apprentissages.
Lors d'une séance de géographie, le travail d’analyse et de manipulation des cartes favorise l'autonomie des élèves qui, en général, apprécient de travailler sur informatique. Il faut compter vingt à trente minutes pour la manipulation sur ordinateur, puis la correction au TBI avec justification des choix et analyse orale de la carte. Cette mise en réflexion accroît la réussite des élèves aux évaluations et leur capacité à rédiger une trace écrite. Corollairement, grâce à cette pratique régulière ils apprennent à rechercher efficacement des informations précises au sein d’un document général. Pour développer ces compétences, l’enseignante tâche de concevoir des activités qui permettent à chacun de suivre son rythme. Parfois, elle ne hiérarchise pas les consignes. Ainsi, en construisant son document numérique, l’élève définit et interroge la pertinence de ses choix. De plus, l’ambiance de travail est sereine ; comme partout, certains élèves sont davantage moteurs, mais tous participent. Ils savent qu’ils sont susceptibles de venir au tableau et ne le refusent jamais quand ils sont sollicités. De même, les différents supports de travail proposés (cartes ou croquis) et ce qu’ils donnent à voir amènent les élèves à développer un esprit critique face au traitement de l’information, à considérer la géographie non plus comme une entité figée mais plutôt pour se représenter le monde autrement.
 
Enfin, Nathalie Regrain a décidé de renforcer cette approche numérique de la géographie en décidant de mettre les élèves aux manettes (feuillet 3) pour concevoir une carte dans le cadre d'un projet en accompagnement personnalisé. C’est donc bel et bien une autre manière de vivre le cours de géographie qui est ici proposée.


1. Nous désignons sous le terme générique carte les deux types de supports proposés par l’enseignante : croquis ou cartes
Le choix du support est important au cours de la réflexion didactique, il dépend de l’objectif assigné à la séance.
La carte relève souvent d’une thématique (par exemple : l’énergie en Chine, les densités de population), c’est une représentation visuelle de données ou de phénomènes. Elle peut être aussi seulement le repérage de lieux géographiques (les villes dans le monde, les pays…)”, explique Nathalie Regrain. Les cartes sont le plus souvent proposées en tant que documents ressources que les élèves doivent analyser pour réaliser le TP proposé.
Le croquis se veut plus un exercice de synthèse, il dispose donc comme la carte d’une légende et d’une échelle, mais suppose une réflexion”. L’enseignante utilise beaucoup les croquis pour leur lisibilité. C’est un exercice rapide et aussi formateur, car il suppose d’être capable de retirer l’essentiel des informations et permet donc de développer un esprit de synthèse. C’est pourquoi, parfois, le croquis remplace une trace écrite rédigée.
 
auteur(s) :

N. Le Rouge

contributeur(s) :

N. Regain, Lycée professionnel d'Estournelles-de-Constant, La Flèche [49]

ressource(s) principale(s)

echanger dossier 9 enseigner dans un environnement numérique de travail 24/10/2011
L'ENT est "un dispositif global fournissant à un usager un point d'accès, à travers les réseaux, à l'ensemble des ressources et des services numériques en rapport avec son activité. Il ...
échanger, ENT, E-Lyco, communication, équipe

haut de page

innovation pédagogique - Rectorat de l'Académie de Nantes