Contenu

lettres-histoire

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres-histoire > enseignements

de New-York à New-York, je t’écris pour ne pas oublier… 11 septembre 2001

mis à jour le 13/05/2018


documentation vignette 80 px - écriture, lecture

Cette séance bivalente Lettres-Histoire est extraite d'une séquence de Terminale Bac professionnel intitulée "Je prends racine ?". A travers des ateliers d'écriture, l'enseignante questionne les élèves sur le rôle de l'Histoire dans la construction de leur identité.

mots clés : atelier d'écriture, écriture collaborative, identité, diversité, le monde au tournant des années 90


Projet de la séquence intitulée "Je prends racine ? " :
Comment la mémoire familiale participe-elle à la construction de notre identité ? Comment notre identité se construit-elle aussi au-delà de la famille ? Comment l’Histoire peut-elle bouleverser notre vie ? 

 

Programme : Identité et diversité, Terminale Bac pro

Interrogations :
- En quoi l'autre est-il semblable et différent ?
- Comment transmettre son histoire, son passé, sa culture ?
- Doit-on renoncer aux spécificités de sa culture pour s'intégrer dans la société ?     
Capacités :
- Appréhender le récit de filiation comme un genre littéraire
- Comprendre les mécanismes de l’écriture du souvenir
- Comprendre que la littérature met en tension les expériences personnelles avec des questions collectives
- Comprendre que le moi se construit grâce à autrui et avec le monde qui nous entoure
- S’investir dans une écriture personnelle et partager son expérience.  
Attitudes : 
- Exprimer les singularités de son héritage culturel dans le respect de l’autre et de sa culture.
- Etre sensible aux échos et aux interférences entre soi et les autres
- S’intéresser à l’expérience d’autrui comme élément de l’expérience universelle 
 

Corpus de la séquence : 

1.  « Jusque dans nos bras », Alice Zeniter ( incipit)
2. « Jusqu’à la mer », Jacques Mazeau (extraits)
3. Entretiens 1 et 2 d’Aimé Césaire accordés à France Culture en 1976 (http://www.potomitan.info/cesaire/entretien_1976.php), « Noël » in  Le Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire : sa grand-mère et la négritude
4. « La résistance expliquée à mes petits enfants », Lucie Aubrac
5. Photographie des attentats du 11 septembre 2001
6. « La grand-mère de Jade », Frédérique Degheld
7. « Tu t’en vas, Magali »,  Thuillier
8. « Les identités meurtrières », Amin Malouf 
9. Extraits de Mona Ozouf
10. « La reine du silence », Marie  NIMIER  Editions Gallimard, 2004, pages 59 à 61.
11. « Lambeaux» de Charles Juliet
12. « Rien ne s’oppose à la nuit », Delphine de Vigean ; pages 238-239
13. «La confusion des peines », Laurence Tardieu 
 


 
 
La quatrième séance, intitulée « Une histoire dans l’ Histoire » interroge les liens entre la mémoire individuelle et la mémoire collective. Elle dure deux heures.
 
Projets de cette séance 4 : 
- Comment l’histoire individuelle rencontre-t-elle l’histoire collective et me permet de me construire ?
- Comprendre les mécanismes de l’écriture du souvenir.
- Comprendre que la littérature met en tension les expériences personnelles avec des questions collectives.
- Comprendre que le moi se construit grâce à autrui et avec le monde qui nous entoure.
- S’investir dans une écriture personnelle et partager son expérience. 
- S’intéresser à l’expérience d’autrui comme élément de l’expérience universelle 
 
Dominante : lecture et écriture 

Champ littéraire : XXème siècle 

Supports : 
- Photographies des attentats du 11 septembre 2001
- Lucie AUBRAC, « La Résistance expliquée à mes petits-enfants », 2000
- Alice ZENITER, « Jusque dans nos bras », 2010
- Léopold SEDAR SENGHOR, « Ethiopiques », 1956

 
Pistes de réflexion :
Il faut, en histoire-géographie, pouvoir maîtriser un vocabulaire propre aux deux disciplines permettant de se situer et se repérer dans l’espace et le temps.
La réflexion et les qualités rédactionnelles de l’élève sont pleinement convoquées et réunies quand il convient de réaliser des supports informatifs, dont l’objet final est de présenter oralement ou à l’écrit une situation historique ou géographique.
La didactique de l’écriture considère l’écriture comme « quelque chose qui s’enseigne ». L’apprentissage de l’écriture « concourt à la construction de soi » et il n’y a pas de meilleur moyen d’apprendre à écrire qu’en écrivant… L’école est le cadre privilégié, voire unique pour certains, de cet apprentissage. L’écriture est une pratique sociale parce qu’elle rend possible la communication entre les hommes. C’est pour cette raison que l’école enseigne d’abord la « maîtrise du code linguistique » contrôlée par la composition de la rédaction, exercice éminemment scolaire. Le but est cependant de dépasser le cadre d’une juste maîtrise de la langue pour aller vers le statut de « sujet écrivant », c’est-à-dire de celui qui « utilise le langage pour réfléchir ».
Source : Interlignes n° 40, juin 2010 (bulletin de liaison des PLP Lettres-Histoire de l’Académie de Versailles).

 

Activité 1 : Entraînement à la question de présentation d’un corpus à partir des extraits de Lucie Aubrac et Léopold Sédar Senghor.


Activité 2 : Lecture analytique de New-York selon Léopold Sédar Senghor, Ethiopiques (1956) 


Activité 3 : Ateliers de lecture/écriture.

Consigne :  Et vous, de quelle génération êtes-vous ? 
 
a. Á la manière d’Alice Zeniter, listez des faits historiques marquants des XXème et XXIème siècle.
Support : A partir de l’incipit d’Alice Zeniter, Je suis de la génération qui…  
b.  C’était le 11 septembre…lien de téléchargement  atelier d’écriture.
 
 

Activité 4 : « Le 11 septembre 2001, nous sommes tous américains. » 

Étude de la situation : le 11 septembre 2001 en relation avec le sujet d’étude du référentiel de Terminale, Le monde au tournant des années 90 (Bulletin officiel spécial n°2 du 19 février 2009).

Consigne : Á partir d’un ensemble documentaire : 
 
- déterminer la problématique et le plan du récit à écrire 
 
- entrer dans l’échange par lien de téléchargement l'écriture collaborative
 
Capacité : Raconter et caractériser un événement historique.

Modalités : Ecriture collaborative à trois mains.



 
 
 
 
auteur(s) :

Mme Christelle Pasquier-Chevrier

information(s) pédagogique(s)

niveau : bac pro

type pédagogique : démarche pédagogique, grille d'évaluation, scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, travail autonome

référence aux programmes : Identité et diversité, Terminale Bac pro

haut de page

lettres-histoire - Rectorat de l'Académie de Nantes