Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > projets

latin version lapbook

mis à jour le 06/10/2017


vignette

La séance présentée propose d’aborder la découverte de la conjugaison latine dans une démarche ludo-éducative : observer un texte pour y distinguer noms et verbes ; analyser les verbes pour les trier, pour maîtriser la notion de temps primitifs ; construire un lapbook qui servira de boîte à outil. Cette enquête grammaticale amène les élèves à construire des réflexes d'observation, d'analyse et d'interprétation des textes.

mots clés : grammaire latine, conjugaison, lapbook, nature des mots, outil d'apprentissage


Contexte

La classe  
Il s'agit d'une classe de latinistes de 5e, dans un établissement classé REP+.
Les Image result for écolier romainpremières séances de découverte de la langue latine se sont appuyées sur des textes authentiques, le plus souvent sans traduction. Une accoutumance est née de cette confrontation, et des jalons de connaissances ont été posés : les terminaisons nominales au nominatif et à l’accusatif pour les deux premières déclinaisons et les terminaisons verbales -t et -nt, très présentes dans les textes narratifs rencontrés.
Il s’agit à présent d’entrer dans le système de la langue. Au préalable, les élèves, pour débuter la séquence intitulée "Romanus sum", ont été confrontés à un extrait remanié de l’Hermeneumata Pseudodositheana (III, 2), dont ils ont dû rétablir la traduction offerte désordonnée : le texte évoque la journée d'un écolier. 
Un point de civilisation a pu fixer des connaissances sur la scolarité romaine. 

Les objectifs 
Cette séance est née d’une double exigence : celle de voir le paysage lexical latin des noms et des verbes fixé et clarifié dès le début de l’apprentissage de la langue, et celle d’investir les nouvelles démarches d’apprentissages proposées dans le cadre de l’étude de la langue française par les nouveaux programmes de 2016 pour les transposer au LCA. Elle naît aussi du désir de rénover les pratiques pour rendre l’enseignement du latin attractif et cohérent avec les innovations des autres disciplines.

L'outil : le lapbook
Le travail sur le lapbook a été inspiré du document Eduscol suivant : L’atelier de traduction 5e-4e.
Un lapbook est un support pédagogique créé par l’élève lui-même. Cet objet prend souvent la forme d’un triptyque réalisé à partir d’un papier cartonné et mettant en scène un sujet. La réalisation d’un lapbook en atelier de traduction permet de répondre à la problématique suivante : par quelles étapes doit-on passer pour traduire un texte et quelles connaissances mobiliser ? La création de cet objet permet donc à l’élève de faire un bilan sur ses compétences et ses connaissances et de les mettre en scène dans le cheminement si particulier de la traduction.

Références aux programmes 
Lire, comprendre, traduire, interpréter
  • Développer des stratégies pour accéder au sens d'un énoncé simple dans la langue étudiée.
  • Repérer et traiter les indices donnant accès au sens d'un texte en mobilisant ses connaissances culturelles et linguistiques.
  • Proposer et justifier la traduction d'un passage, à partir de sa propre analyse et/ou de traductions disponibles.
  • Mobiliser ses connaissances linguistiques et culturelles pour interpréter un texte.

Comprendre le fonctionnement de la langue.
  • Comprendre le principe de fonctionnement des langues à déclinaison.
  • Connaître les grandes catégories qui structurent la langue étudiée.
  • Saisir l'organisation d'un énoncé simple dans la langue étudiée en utilisant les connaissances en morphologie et en syntaxe nécessaires.
  • Utiliser les ressources et outils qui permettent de vérifier ou compléter ses connaissances linguistiques.

Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre.

  • Organisation du travail personnel : l’élève sait se constituer des outils personnels […] dont il peut se servir pour s’entraîner, réviser, mémoriser.
  • Coopération et réalisation de projet : l’élève travaille en équipe, partage des tâches, s’engage dans un dialogue constructif, accepte la contradiction tout en défendant son point de vue, fait preuve de diplomatie, négocie et recherche un consensus.

Cette séance mobilise et développe les connaissances et compétences disciplinaires suivantes chez les élèves :
  • Savoir discriminer les noms des verbes latins dans leur présentation traditionnelle au sein des dictionnaires et des lexiques.
  • Comprendre la présentation du nom latin et son intérêt pour trier les noms en fonction de leur déclinaison.
  • Comprendre la présentation du verbe en latin et son intérêt pour trier les verbes en cinq conjugaisons.
  • Initier à la lecture du dictionnaire en latin.  

Cette séance permet également de développer des compétences transversales :
  • Élaborer une stratégie entre pairs, coopérer.
  • Verbaliser pour conscientiser les apprentissages.
  • Passer d’une compréhension intuitive à une institutionnalisation des savoirs.
  • Développer des outils pour apprendre, se connaître pour mieux apprendre.
 

Description de la démarche

Étape 1 : observation et tri
Pour aborder la présentation du verbe en latin et la répartition en cinq conjugaisons, les élèves sont invités à trier des étiquettes, sur lesquelles l’enseignant a placé des noms extraits du texte de la séance 1, représentatifs des trois premières déclinaisons, et des verbes représentatifs des cinq conjugaisons. 
Dans un premier temps, il s’agit pour eux de trier les étiquettes en deux tas et d’expliquer leur choix. La coopération et le travail de groupe sont favorisés par le dispositif des îlots.
Lors de la phase d’explicitation et le retour au groupe-classe, après collecte des résultats de groupe, un premier "Je retiens" est rédigé, fixant la présentation des noms latins en trois parties (nominatif, terminaison du génitif et genre) et le principe de discrimination des cinq déclinaisons.  

learning appsÉtape 2 : observation des formes verbales
Dans un deuxième temps, les élèves ne reprennent que les étiquettes des verbes, et doivent là encore trouver un mode de tri et justifier leur choix. Cette étape dure quelques minutes. On pourra, dans une démarche de différenciation, venir surligner les trois premiers temps primitifs, ou les terminaisons des trois premiers temps primitifs, pour les groupes les plus en difficulté.
Lors de la phase d’explicitation et le retour au groupe-classe, après collecte des résultats de groupe, un deuxième "Je retiens" est rédigé, fixant cette fois la présentation des verbes latins en cinq temps primitifs et le principe de discrimination des cinq conjugaisons. 

Étape 3 : jeux et exercices d'application
Les élèves sont invités à mémoriser et fixer leurs connaissances en ateliers.
Un atelier se déroule en salle informatique et permet aux élèves de s’exercer via des exercices réalisés sur le site LearningApps .

Un autre atelier se déroule en classe (la salle informatique et la salle de classe étant concomitantes) et met à disposition un jeu de "cinq familles", réalisé par l’enseignant, pour favoriser la mémorisation des cinq conjugaisons.  


Étape 4 :
 construction du lapbook
En prolongement de la séance, on peut faire réaliser un lapbook aux élèves, qui permet de spatialiser et d’organiser différemment les savoirs proposés. 
                                                                                                                    

Pistes de différenciation 
La différenciation peut être engagée à différents moments de la séance. Il peut s’agir d’orienter le tri des élèves en faisant apparaître (en gras, en surlignant), des éléments signifiants ou en leur indiquant sur quoi faire porter leur attention (la terminaison du génitif, les trois premières terminaisons verbales…).
L’étape 3 de fixation des connaissances donne la possibilité à l’enseignant de procéder à de la remédiation, d’accompagner les élèves en difficulté dans la compréhension de la leçon : l'organisation en ateliers permet de circuler de table en table et de répondre au cas par cas.
Enfin, la réalisation du lapbook peut être plus ou moins étayée : on peut choisir de partir sans trame ou de fournir aux élèves les éléments à y figurer. On peut fortement guider la réalisation ou laisser les élèves spatialiser à leur guise.
L’intérêt d’un tel dispositif est la position en retrait de l’enseignant, qui laisse surgir les savoirs par le travail collectif, accueille les propositions et les institutionnalise en mettant en valeur les découvertes des élèves.

À l’issue de la séance 
Les élèves sont capables de différencier noms et verbes latins, de comprendre leur mode de présentation et de les inscrire dans le système de la langue. Cette phase est une propédeutique à l’introduction des premières déclinaisons et conjugaisons.
Ils ont d’autre part acquis un nouveau mode d’apprentissage et de spatialisation des savoirs et étoffent leur boîte à outils de collégien.
Ils ont enfin découvert en l’autre, par le jeu du dialogue, de la concertation et de la mise en commun, un allié dans la construction de leurs apprentissages.
 

Bilan

Ce dispositif est né de la conviction qu’il est profitable pour les élèves de fixer en même temps la présentation du nom et du verbe latins, pour leur permettre de comparer, de différencier et de mettre au plus tôt en place des principes de structuration de la langue.

Cette séance ne doit pas, à mon sens, consister en une introduction à la langue. Elle intervient après plusieurs séances d’accoutumance à la langue par le plaisir des textes : des points grammaticaux abordant le nominatif, l’accusatif ou une ébauche de désinences personnelles ont déjà été abordés. Il est tout à fait possible de considérer même que la conjugaison du parfait a pu être installée, puisqu’elle ne repose pas sur la nécessité de différencier les groupes de conjugaison.

La confection du lapbook peut s’avérer chronophage, raison pour laquelle la trame est fournie aux élèves. Pour plus d’efficacité, on peut imaginer remplacer l’institutionnalisation classique des savoirs (les "Je retiens") par la confection progressive du lapbook ou inviter les élèves à le faire chez eux – si tant est que des devoirs à la maison fassent partie des pratiques de l’enseignant en LCA.

La transposition en LCA des pratiques préconisées dans les nouveaux programmes, pour accéder à la grammaire française (tri, manipulation, classement, comparaison…), s’avère également très riche, et au-delà du bénéfice procuré par une uniformisation des pratiques, elle oblige l’enseignant à faire verbaliser par les élèves les faits de langue, leur en garantissant une meilleure appropriation et une meilleure intelligence.

L’enseignement dans un établissement classé REP+ rend d’autant plus prégnante la question de l’appropriation des savoirs. Ainsi, les stratégies qui engagent le corps (tri d’étiquettes, confection d’un lapbook), la verbalisation des notions par l’élève et le traitement par le jeu sont un creuset de réussite pour des collégiens en difficulté. Une telle séance développe la coopération entre pairs et améliore la prise de conscience des enjeux et besoins d’apprentissage individuels en développant le panel des stratégies d’acquisition des savoirs et savoir-faire.
 
auteur(s) :

Isaline Braquehais , Collège Alain-Fournier, Le Mans

information(s) pédagogique(s)

niveau : Cycle 4, 5ème

type pédagogique : démarche pédagogique, scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, salle multimedia

référence aux programmes : Bulletin officiel n°11 du 17 mars 2016

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes