Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > séances

utiliser des textes latins oralisés pour comprendre les trois fonctions de la rhétorique antique

mis à jour le 17/03/2015


Cicéron

Ces différentes activités ont été conçues pour comprendre les trois objectifs d’un discours dans l’Antiquité et redonner à ce dernier sa dimension oratoire. Elles sont proposées  dans le cadre d’une séquence intitulée : "Comment venir au secours d’une république menacée ?" et vise à montrer le pouvoir des mots face aux menaces de guerre civile dans le contexte de la conjuration de Catilina.

mots clés : latin, 3e, Cicéron, Première Catilinaire, art oratoire, placere, movere, docere, oralisation


Contexte

Traduire l’exorde de la Première Catilinaire de Cicéron s’est révélé un exercice de moins en moins naturel ces dernières années, sans user de moyens détournés. Aussi la question suivante s’est vite posée : comment rendre attrayant, aux yeux d’élèves de 3e, ce texte si emblématique et éclairant sur la rhétorique antique, tout en gardant des objectifs d’apprentissage exigeants et ambitieux ?
L’approche par l’oral s’est imposée comme une solution pour la création des séances suivantes et a permis d’appréhender ce texte de Cicéron, en utilisant plusieurs aspects de la dimension orale de la langue latine.

 

Objectifs disciplinaires

  • Comprendre l’objectif visé par un discours prononcé dans la Rome Antique
  • Prendre en compte la dimension oratoire d’un texte pour élaborer une traduction plus pertinente
  • Comparer des traductions
  • Apprendre et réciter un texte en latin

Objectifs interdisciplinaires

  • Compétences de l'oral : réciter un discours en public
  • Utiliser les outils numériques pour s'enregistrer

Les références au programme

  • 3e : Domaine : Histoire et vie de la Cité : Res publica : Crises de la République vues par les orateurs
  • Lire et traduire

Corpus

  • Pseudo Aurelis Victor, De Viris Illustribus Urbis Romae, 81
  • Cicéron, Première Catilinaire, exorde
  • Cicéron, De Officiis, I, 22
  • Cicéron, De Oratore, II, III
  • Plutarque, Vie de Cicéron, 2-5, 49
 

 

Déroulement

 

Étape 1 : lecture oralisée du portrait de Cicéron
Voir le fichier : Fiche élève 3e Cicéron A.
Dans un premier temps, les élèves ont traduit la citation de Cicéron extraite du De Officiis : "Cedant arma togae, concedat laurea linguae", puis ils ont lu un extrait traduit de Plutarque pour cerner l’importance de la rhétorique dans la vie de Cicéron et découvrir la formation de l’orateur dans l’Antiquité.

Puis, pour parfaire leurs connaissances sur Cicéron, ils ont étudié des bustes le représentant et ont écouté une lecture de son portrait fait par Pseudo-Aurélius, oralisée par Monique Bouquet (De viris illustribus urbis Romae, CRDP Bretagne), sans avoir le texte sous les yeux. Ils ont répondu aux questions suivantes :

  • D’où Cicéron est-il originaire ?
  • Quelle est l’origine sociale de son père ?
  • De quelles qualités fait-il preuve adolescent ?
  • Où part-il faire ses études ? Quels furent ses maîtres ?   
  • Quelles sont les différentes charges politiques qu’il a exercées ? A quel parcours appartiennent-elles ?

Dans une pratique s’appuyant sur la méthode audio-orale, les questions ci-dessus devraient être posées en latin, ce qui n’a pas été choisi ici.

Après avoir compris globalement le texte du Pseudo-Aurélius, les élèves l’ont eu sous les yeux et ont dû en proposer une traduction globale, facilitée par le repérage de la structure syntaxique, pendant l’exercice oral. Ce texte a permis par la suite une révision sur le Cursus Honorum dans la vie politique du jeune romain.

Étape 2 : oraliser un discours écrit en français
Voir fichier : Fiche élève 3e Cicéron B
Un exercice intermédiaire est alors donné aux élèves. Lors des chapitres précédents, le contexte de la conjuration de Catilina a été dressé, notamment grâce à l’étude du portrait de Salluste.

Pour cet exercice intermédiaire, il est demandé aux élèves de se mettre dans la peau de Cicéron et d’inventer, en français, le discours que ce dernier aurait prononcé dans le temple de Jupiter Stator devant les Sénateurs, pour révéler la conjuration et convaincre Catilina de fuir Rome.
Chaque groupe doit ensuite mettre en scène le discours inventé en classe et à chaque passage, la classe relève ce qui est convaincant et ce qui ne l’est pas, dans un premier temps en observant la construction de l’argumentation des textes que les élèves ont produits, ensuite en observant la mise en scène de ces mêmes textes. Les élèves concluent en général que leurs textes oralisés sont convaincants plutôt par une argumentation bien construite que par leur mise en scène.
Voir fichier : Réalisation d’élèves

Étape 3 : comprendre la lecture oralisée de l’exorde de la première catilinaire

On propose ensuite aux élèves d’écouter la version oralisée du vrai discours prononcé par Cicéron, de comparer celui-ci à leurs propres productions, pour s’interroger sur les écarts et réfléchir sur les différents objectifs d’un discours dans l’Antiquité.
On leur donne à lire en traduction quelques extraits théoriques du De Oratore avant de poursuivre avec la traduction effective de l’exorde de la Première Catilinaire. On propose enfin aux élèves de comparer plusieurs traductions.

Étape 4 : réciter l’exorde de la Première Catilinaire
Enfin, la Première Catilinaire est apprise par cœur et déclamée en cours. Pour cela, les élèves utilisent les gestes propres à la rhétorique répertoriés sur les planches de la Chironomia de John Bulwer.
Voir le fichier : Catilinaire enregistrement élève casque audio

En prolongement et pour conclure, on demande aux élèves de chercher des images de discours d’hommes politiques actuels et d’observer si leur gestuelle est conforme à celle utilisée dans les discours antiques.

 

Bilan

 

Une expérience des trois objectifs de la rhétorique
Grâce à l’écriture et à la mise en scène de leur discours, les élèves perçoivent bien qu’aujourd’hui, on cherche surtout à convaincre avec des mots et des structures syntaxiques efficaces dans le discours argumentatif, plus qu’avec une gestuelle ou une théâtralisation des propos, ce que contrecarre inévitablement l’audition du texte oralisé de Cicéron. La dimension théâtrale de celui-ci est flagrante. Les trois objectifs de la rhétorique ne sont plus seulement abordés de façon théorique mais bien vécus par la propre expérience des élèves à rédiger et à mettre en scène un discours, confronté ensuite au texte original de Cicéron.

L'expérimentation de techniques oratoires
Les élèves ayant eux-mêmes expérimenté certaines techniques oratoires comme le rythme ternaire, les phrases interrogatives,
 

les anaphores, ces structures syntaxiques deviennent limpides et transparentes lorsqu’ils les devinent dans l’exorde de la Première Catilinaire.
Ils ont également plus de plaisir à produire une traduction qui a du sens et qui s’inscrit dans un contexte de réception, mieux défini par la pratique orale de la langue latine.

Une approche séduisante
Cette approche est séduisante pour les élèves et les rassure face à l’obstacle sémantique que représente le texte latin. Vivre et entendre la Première Catilinaire donne une dimension plus actuelle à ce texte et mobilise davantage les élèves dans l’élaboration d’une traduction fine, en travail d’équipe, avec des débats interprétatifs qui se mettent en place pour élucider le sens des structures syntaxiques du texte de Cicéron.

 
auteur(s) :

Magali Le Sénéchal, Collège Pierre et Marie Curie - Chemillé

information(s) pédagogique(s)

niveau : 3ème

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : élève

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

ressource(s) principale(s)

vignette utiliser l’oralisation des textes pour comprendre la scansion d’un texte poétique 17/03/2015
Activité conçue au début d’une séquence intitulée : "Pourrait-on recommander l’art d’aimer d’Ovide aujourd’hui ?" pour comprendre les éléments de versification et de scansion dans la poésie la ...
latin, Catulle, scansion, prosodie, expression de l’ordre, oralisation Magali Le Sénéchal

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes