Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > séquences

entrée dans le monde poétique d'un conte musical

mis à jour le 22/12/2007


soldatrose2.jpg

Séquence d'étude du "Soldat Rose", le conte musical écrit par Louis Chédid et Pierre Dominique Burgaud.

mots clés : conte musical, poésie, musique, soldat rose, Chédid, Burgaud


Cette séquence s'inscrit dans un début de progression annuelle, de classe de 3ème, permettant, de façon plutôt ludique, de revoir ce qui a dû être vu précédemment en 5ème et 4ème. Les connaissances poétiques seront réactivées à nouveau plus tard dans l'année lors de la séquence «poésie lyrique et poésie engagée » dans laquelle on insistera sur l'engagement (politique) pendant les périodes de troubles et de guerre.
On peut aussi placer cette séquence en classe de 4ème, au cours de l'année, avec l'objectif de faire découvrir les caractéristiques de la  forme poétique.




Etude de deux textes extraits du Soldat Rose, le conte musical écrit par Louis Chédid et Pierre Dominique Burgaud (et qui va devenir comédie musicale) : "Gardien de nuit", interprété par Francis Cabrel, et "Made in Asia", interprétée par Vanessa Paradis. Elles peuvent être écoutées sur le site officiel Le Soldat rose dans la rubrique podcast.


Objectifs :
(outre celui de coller à une actualité artistique, musicale et poétique)
1) réactiver les notions de poésie acquises au cours des trois années précédentes du collège. (Pour la classe de 4ème c'est, sans doute, une découverte.)
2)  réactiver la lecture méthodique d'un texte.
3)  comprendre que la poésie, (qu'elle soit musicale ou non)

    *     peut jouer avec les mots
    *     peut faire sourire (décalage, humour, dérision)
    *     peut dénoncer et devenir engagée.




SEANCE 1 : écoute et découverte des textes, analyse du texte 1 :
=> du premier au second degré

Télécharger le document élève


Explication du contexte : un petit garçon s'est laissé enfermer dans un grand magasin pour fuir le monde des grands et vivre au milieu des jouets... il est devenu ami avec le soldat rose, qui, comme les autres jouets, s'anime à la nuit tombée. C'est alors qu'arrive le gardien de nuit qui se présente dans ce texte.


Etude du texte :

1.    Observation de la forme : 2 strophes  de 8 vers, 2 strophes de 4 vers (quatrains), curieusement, ce sont les quatrains qui forment les couplets et les longues strophes qui forment le refrain, (caractéristique de la chanson)
Peut-on parler de poésie dans la forme ?
Refrain: Rimes croisées,  riches et suffisantes (notion de phonème à expliquer ou réexpliquer) :
terre/révolver/ouvert/ militaire
droit/froid
épaules/contrôle
pierre/univers
rimes approximatives en assonances :
froide/baignoire
dimanche/méfiance
Couplets: rimes suffisantes :
peinard/barrent
fastoche/poches
rimes pauvres :
compliqué / s'échapper/arriver


2.    Enonciation :

    - qui parle ? Je (pronom personnel de la 1ère personne du singulier);
    - qui est-il ? Le titre nous renseigne : Gardien de nuit. Définition du mot ? Autre terme, habituellement utilisé : veilleur de nuit.


Autres marques de l'énonciation de la 1ère personne : les adjectifs possessifs : ma (baignoire) mon (lit, pyjama)
Public concerné ? Enfants petits et grands.


    3. Relevé du champ lexical dominant :  récurrence du verbe garder, la tête froide, révolver, veste militaire, pyjama gris,  buste droit, regard froid, écran de contrôle, cœur de pierre, méfiance... tous ces mots contribuent à dessiner un portrait empreint de rigidité, de rigueur, d'absence de sensibilité, voire d'humanité.


    4. Niveaux de langue ? Mélange de jeux de mots et de langage familier : peinard, se barrent, fastoche, d'ses poches, rappel du destinataire du message (enfants).


    5. Attention, toutefois, le texte, s'il est simple et familier, peut avoir un sens caché, qu'il faut essayer de retrouver ; c'est ce qu'on appelle l'implicite, ou le second degré :
C'est en cela que l'on parle d'humour, de dérision, de clin d'œil.

Observation des expressions du refrain : des évidences aux métaphores et aux jeux de mots...
garder les pieds sur terre.
garder la tête froide.
un cœur de pierre.

L'humour naît surtout des couplets : « c'est pas souvent que les pingouins se barrent »
« suffit d'enlever les mains d'ses poches... »effet de réaction réflexion,
et des métaphores personnifications : la nuit, et le jour.


En résumé, un texte simple en apparence, dans lequel  un personnage se décrit lui-même, mettant l'accent sur le sérieux et les difficultés de son métier,
Mais aussi un texte drôle, si on prend la peine de lire entre les lignes, et qui ridiculise en quelque sorte, ce vigile, cet homme de la sécurité, représentant l'ordre, la rigidité, qui, en principe, sont à l'opposé de la poésie, d'où  cette impression d'humour décalé.
 
SEANCE 2 : un texte court, qui dénonce... comment on peut toucher le cœur et la raison, par des mots simples
Etude de la chanson : Made in Asia

On peut ici, citer Jacques Brel, qui  ne voulait pas dissocier musique et texte «Sans les notes, voyez-vous, ce ne sont que des mots », ce à quoi on peut aussi rajouter que, sans le talent de  l'interprète, la chanson n'a pas le même effet. On soulignera donc la voix posée, enfantine et douce, de Vanessa Paradis, qui, par son timbre même, renforce toute la poésie du texte, (voix posée avec effet, à la fin, pause avant le dernier «poupée chiffon » qui suggère la mollesse et la fragilité du petit jouet.)



Même déroulement que la séance précédente :
1.    Observation de la forme : 3 couplets en quatrains, rimes plates (ou suivies), donc 2 à 2, pauvres, approximatives et suffisantes.
         Un refrain avec une expression récurrente, le titre de la chanson, expression anglaise, inscrite sur l'étiquette.

     2. Enonciation :
Qui parle ? Je
Qui est-elle ?  (j'ai été cousue) une poupée chiffon, prénommée Made in asia, puisque c'est écrit sur l'étiquette.
Indices grammaticaux ? "ma tête..." (adjectif possessif, 1ère personne du singulier)  "me fredonnera" (pronom personnel complément de la 1ère personne du singulier)
A qui s'adresse-t-elle ? Aux enfants qui écoutent le conte mais qui sont aussi susceptibles d'acquérir cette poupée.
On observe des paroles rapportées à l'intérieur du texte, avec changement d'émetteur (c'est l'étiquette) et de destinataire (ici c'est la poupée elle-même) : «n'oublie surtout jamais, n'oublie pas d'où tu viens ».

    3. Le thème sous le signe du contraste : opposition entre les 2 premiers vers, qui plongent le récepteur dans un monde stéréotypé du rêve exotique, comme le montre  le champ lexical : Asie, sable fin, mer bleue de Chine (on observe le jeu de mots sur le pays et la couleur)...
et le vers 4 du premier quatrain qui dénonce le travail des enfants dans des conditions inhumaines.

Le deuxième quatrain pousse la dénonciation plus loin : absence de famille, d'enfance, résignation, acceptation de l'inacceptable par manque de possibilité, de choix, de liberté.

Les locutions adverbiales négatives renforcent cette idée de manque de tout ce qui fait l'humanité de la vie «n'a que la rue », «elle ne pleure plus ».

Une autre opposition dans ce second quatrain  entre la métaphore « à l'âge où l'on est porcelaine » (qui suggère la finesse, la beauté et la fragilité de la petite fille, de l'enfant en général... si facile à casser, donc ) et l'image des «doigts qui saignent », blessés par le travail pénible, en l'occurrence ici, le fait de coudre, avec des aiguilles, qui piquent et qui font saigner les petits doigts fragiles.

Et le refrain, lui aussi, joue sur l'opposition apparence et réalité «joli nom »/ »triste chanson » qui résonne comme une antonymie, bien annoncée par la mise en garde «mais attention ».


En résumé cette deuxième chanson, plus simple en apparence que la première, envoie un message plus fort, qui l'apparente à de la poésie engagée : elle dénonce en effet le travail des enfants en Asie, en Chine, plus précisément, travail qui doit être considéré comme un esclavage, inhumain, pour des raisons évidemment financières... les enfants, mais les adultes aussi, et surtout,  savent-ils que les jouets, les articles, made in China, in Asia.... sont constitués et fabriqués le plus souvent dans des conditions qu'on imagine mal, par une population qui peut être enfantine, et toujours  à moindre coût ?





Ouverture (en 3ème uniquement) texte écho si l'on peut dire... une poésie engagée plus forte encore :  « Rouge sang » de Renaud Séchan

Activité :
- faire découvrir aux élèves, par une écoute du texte, les passages qui utilisent des images faisant écho aux paroles de « made in Asia ». (enfants birmanes, peau de porcelaine, Tien an men)
- aborder ainsi la notion d'ouverture (Mais l'actualité tragique de septembre 2007 sur la Birmanie peut amener à d'autres ouvertures qui sortent du cadre précité.)
 
SEANCE 3 : Evaluation permettant de vérifier les récentes acquisitions, questions sur le texte Le Parapluie (Paroles et musique de Georges Brassens, 1952), proposé à l'écoute dans l'interprétation de Yann Tiersen et de Natacha Régnier (in Les Oiseaux de passage)



Questions :  Un texte poétique ou une chanson ?

1) Identifiez la forme de ce texte, nommez précisément les éléments qui le composent en justifiant votre réponse. 3pts

2) Observation des rimes, organisation et richesse. 6pts

3) Quel est le niveau de langue du texte ? Justifiez votre réponse. 2pts



L'énonciation
4) Qui parle ? De qui ? Justifiez votre réponse par des indices grammaticaux que vous identifierez (classe grammaticale). 4pts

5) Dans l'interprétation de Yann Tiersen et de Natacha Régnier, qui parle en fin de texte ? Quel nouvel éclairage cette interprétation apporte-t-elle ? 1pt



Thème 4pts

6) En vous aidant de deux  champs lexicaux que vous relèverez, vous direz quel est le thème du texte. Votre réponse devra être rédigée sous forme de synthèse.



BILAN : une séquence courte, (de début d'année pour la classe de 3ème) qui présente un caractère ludique (l'écoute de CD plaît toujours aux élèves, quand les textes, sobres, pas trop longs, ne présentent donc aucune difficulté)
Le premier degré, enfantin, s'estompe vite devant la prise de conscience que l'on peut revoir des notions importantes (la plupart des élèves avaient besoin de revoir, entre autres, la richesse des rimes ) et que derrière ces textes simples se profile un appel à la réflexion... Les résultats, positifs, obtenus à  l'évaluation, révèlent que «l'essai a été réussi », que les objectifs ont donc été atteints.
 
contributeur(s) :

GUIBERT Claudie

information(s) pédagogique(s)

niveau : Collèges tous niveaux, 4ème, 3ème

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : non précisé, enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

haut de page

Site officiel Le Soldat rose
(rubrique "podcast" pour écouter les chansons)

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes