Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > séquences

slow motion poétique : ralentir le temps pour saisir le mouvement

mis à jour le 06/10/2018


Capture 3

Dans le cadre d'un travail sur la poésie, plus particulièrement sur les visions urbaines et le rapport au temps et au mouvement, un module de création numérique propose à une classe de 2nde de travailler sur l'écriture poétique et son transfert vidéo. Les élèves doivent réaliser un court-métrage sur leur journée au lycée, utilisant la technique du slow motion, pour exprimer leur rapport à l'espace et à l'instant.

mots clés : création numérique, poésie, vidéo


Objectifs

PixilationPour approfondir la question du rapport au temps et à l'espace en poésie, et pour s'approprier des outils numériques, les élèves doivent réaliser une création numérique : la réalisation d'un court métrage mettant en oeuvre la technique du slow motion permet de lier écriture poétique et écriture visuelle.

Corpus

Un corpus de poèmes sur la ville est proposé à la classe :
  • "Aller en ville un jour de pluie", R.Queneau ;
  • "Chanson urbaine", R. Gellis ;
  • "Dans Paris...", P.Eluard ;
  • "Il s'en passe des choses dans ma cité", G.Foissy.

Les élèves travaillent sur les textes en s'intéressant au regard porté sur les mouvements et les déplacements dans l'espace. Les jeu des verbes d'action, des images, des rythmes, des sonorités montre l'importance accordé à cet aspect par les poètes qui envisagent l'espace comme un lieu d'inspiration où l'on peut saisir l'intensité de la vie. 

Cliquer sur l'image pour télécharger la fiche de consigne distribuée aux élèves     

Projet

A la suite du corpus étudié, la classe s'interroge sur le rôle de la poésie, conçue comme moyen d'exploration de notre rapport au monde, au temps, à l'espace. La concentration du regard associé au geste poétique de l'écriture, sont perçus comme des moyens de fixer l'instant, décomposant le mouvement pour mieux l'appréhender. Comme l'écrivait Arthur Rimbaud à propos de son expérience poétique : "Ce fut d'abord une étude. J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges." (Une Saison en enfer, "Alchimie du verbe"). En arrêtant le temps, en en ralentissant le mouvement, il s'agit d'approfondir notre rapport à la réalité, d'en percevoir l’invisible, d'en "fixer le vertige".
Ainsi, il est demandé aux élèves de choisir une journée au lycée, puis un objet ou un sujet à mettre en en scène dans l'un de ses lieux, et d'en approfondir l'étude, pour en saisir l'essence, à travers la captation du mouvement, du déplacement des corps dans l'espace choisi avec la technique du slow motion.

La démarche : la technique du slow motion

La technique du slow motion consiste à prendre des photographies d’un mouvement lent et continu. L'acteur commence par mimer le début de son action en faisant une pose, puis il modifie petit à petit sa gestuelle et son expression en fonction des prochaines étapes de son mouvement. À chaque instant figé, la caméra saisie sa posture. Il ne reste plus qu’à assembler les images grâce à un logiciel de montage vidéo (Movie maker...).
Les élèves utilisent ensuite le logiciel  pour assembler les images et créer à partir d'elles une vidéo qui montrera le sujet ou l'objet photographié dans ses mouvements décomposés.

 
Cliquer sur l'image pour voir un exemple de film en slow motion sur le site de François Vogel  
 

Déroulement

Capture 1Étape 1
Les élèves prennent connaissance de l'histoire et de la technique du slow motion sur le site UPOPI où l'artiste François Vogel propose un atelier de manipulation avec un playmobil.
A leur tour, ils testent la technique avec des jouets, un téléphone portable ou un appareil photo dans le lycée et font le montage sur movie maker.

Étape 2

Le corpus est mis à disposition, les élèves en prennent connaissance, et travaillent la question de l'image de la ville qui en est donnée, à travers notamment les questions du mouvement des corps et des objets, du regard et de la perception, du rapport au temps. Des procédés sont identifiés : abondance des verbes actions, travail du rythme, lexique du corps, du mouvement, indices spatiaux exprimant le rapport à l'espace.

Étape 3
Les élèves s'inspirent de ce travail poétique consistant à se focaliser sur le jeu de l'espace et du temps pour écrire un texte poétique qui rende compte de leur journée au lycée, ralentissant le temps pour mieux saisir ses mouvements dans l'espace scolaire.

Étape 4
Ils retravaillent le texte en scénario et préparent le tournage (matériel, autorisations...) pour la séance suivante.
 
Étape 5
Les élèves tournent dans le lycée par petits groupes et réalisent le montage vidéo avec le logiciel  disposition.

Étape 6
Un bilan est réalisé sur les différences entre texte et vidéo (ce que l'on garde, transforme, ce qui est difficile à transcrire, la plus-value...).

Bilan

Les élèves ont apprécié ce travail sur la poésie à travers sa dimension visuelle et créatrice. Le travail préparatoire aux techniques vidéos a pu paraître un peu long mais nécessaire pour bien comprendre les possibilités offertes sur le rapport à l'espace, au corps, au mouvement et au rythme. Il est préférable de travailler en petits groupes de trois à quatre élèves maximum en attribuant des rôles précis pour chacun.

Ce travail, s'il est géré efficacement, n'est pas trop chronophage et sa mise en place favorise l'appropriation par les élèves des enjeux de la séquence et des textes abordés. Il renforce leur adhésion au projet.
 
auteur(s) :

Valérie Tabuteau, lycée Jean Bodin, Les Ponts de Cé

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes