Contenu

numérique et enseignement

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > délégation au numérique > documentation

bibliothèque

numérique et différenciation en Lettres

différencier avec le numérique en Lettres
 
Existe-t-il vraiment une classe homogène ? Avec des élèves qui se ressembleraient tellement qu'on pourrait finalement leur enseigner d'une seule voix les mêmes choses en même temps au même rythme et avec les mêmes supports d'apprentissage ? 


Une classe sans aucun élève à besoin spécifique, sans dys, sans élèves allophones, sans élèves voyageurs, décrocheurs, sans élève plus à l'aise à l'oral qu'à l'écrit ou bien présentant des difficultés plus ou moins grandes de lecture, sans élèves handicapés ou déscolarisés pour raisons médicales, etc.

Cette classe relève bien-sûr de la fiction.

Les outils numériques ne constituent pas la seule réponse pour gérer cette fameuse hétérogénéité, mais ils peuvent apporter une aide précieuse, souvent facile à mettre en œuvre et permettent de résister à la construction d'élèves idéaux, ceux de bien des manuels de français du collège et du lycée.
 
 
---
 
Plutôt que de se poser la question des publics d'élèves pour lesquels on différencie, et risquer par là-même de balkaniser le groupe classe, on préférera prendre appui sur la fiche "Différencier avec les TIC en classe" du site canadien "diffencier.org" et envisager l'éventuel apport du numérique pour différencier :
 
  1. les contenus,
  2. les structures,
  3. les processus
  4. et les productions.
---



différencier les contenus : "
La différenciation des contenus réfère au Programme de formation et au matériel didactique qui soutiennent l’apprentissage."



Cette première différencation portant sur les contenus est rendue possible par la numérisation des textes étudiés en classe; elle permet :
 

  • de modifier la mise en page, notamment la taille et la police des caractères. Il pourra être utile de proposer à des élèves dyslexiques ou rencontrant des difficultés de lecture des textes avec des caractères particuliers, à la taille plus grande. 
lien externe consulter le tutoriel "une macro pour les dys"

  • de conserver sous format numérique un document proposé par son enseignant au format papier, grâce à l’application Camscanner par exemple, accompagnée d’un outil OCR (reconnaissance optique de caractère) tel Online OCR et éventuellement de l’application In note. Ces outils permettront à l'élève d’annoter et modifier le texte.
  • d'utiliser les ressources du traitement de texte (taille, police, couleur, fonction souligné, gras ...) pour proposer une interprétation du texte, donner des consignes de lecture ou de mise en scène
lien externeconsulter l'article "mettre en scène un extrait de L'Avare par un travail sur les didascalies"


  • de proposer un contenu "enrichi", d'ajouter notamment des définitions de mots (par clic sur le mot à définir sur certaines liseuses), de proposer à l'élève une version audio du texte écrit (en exploitant des sites tels que littératureaudio par exemple), en ajoutant des images pour rendre le texte plus accessible à certains élèves, par exemple pour des EANA et EFIV.
lien externeconsulter l'article du Casnav sur l'utilisation d'imagiers avec des élèves allophones.

lien externeconsulter l'article "utiliser des textes oralisés pour comprendre les trois fonctions de la rhétorique antique" (latin)

lien externe
consulter l'article "utiliser l’oralisation des textes pour comprendre la scansion d’un texte poétique" (latin)

  • d'utiliser des ressources numériques variées proposant une interaction synchrone ou asynchrone (padforum, chat, ...), des usuels, des outils de présentation (diaporama), de planification, d'organisation 
lien externeconsulter l'article sur l'application tablette "çATED", un agenda électronique destiné aux élèves autistes créé par le pôle recherche de l'Université de Nantes, en collaboration avec le CRA des Pays de la Loire et la société Sii.

NB : Afin de respecter "la neutralité commerciale" dont est censé faire preuve tout professeur, on s'efforcera quand c'est possible de proposer pour une même tâche des applications et des logiciels de marques différentes.

---


différencier les structures : "On entend par structures la manière dont on organise le déroulement d’une situation d’apprentissage par l’organisation du temps, des lieux, des regroupements d’élèves et par le choix des ressources matérielles"


  • On pourra nommer par exemple des élèves "experts" dans le domaine du numérique, servant de guides auprès des pairs pour expliquer l'utilisation et accélérer la prise en main d'un outil numérique en classe de français. Cette mission confiée à ces élèves tuteurs leur sera bénéfique, si l'on reconnait les bienfaits de la démarche "Lernen durch Lehren". La dernière édition du printemps des poètes du Casnav a ainsi montré que cette mission permettait de de rapidement et efficacement développer chez des élèves tuteurs allophones leurs capacités langagières orales. Une telle organisation de la coopération entre élèves permet à l'enseignant de dégager de la disponibilité pour prendre en charge un élève en difficulté.

  • On pourra également permettre à certains élèves d'utiliser un ordinateur portable (élèves équipés dans le cadre d'un PAI) ou leur propre smartphone (démarche "BYOD") pour s'enregistrer dans une séquence sur l'oral (lecture à voix haute, interprétation d'un poème, d'un extrait de théâtre par exemple). 

  • Le numérique amène également le professeur de Lettres à repenser l'organisation du temps, en dehors ou non de l'heure du cours. Une plateforme numérique comme D'col, par exemple, propose des exercices (avec 3 niveaux de difficultés) qui sont logiquement en ligne 24/24 h. Plus original, le tutorat asynchrone offert à 25 % des élèves inscrits est assuré par une équipe du CNED d'une trentaine de professeurs chaque jour de semaine de 8 heures à 18 heures 30. De même, le modèle pédagogique de la classe inversée qui s'est bien-sûr développé avec la mise à disposition massive de ressources en ligne semble s'avèrer pertinent en FLE/FLS. Comme l'écrit Youmna TOHMÉ, chargée de programmes au département langue française au CIEP dans L'Ecole Numérique, FLE, FLS, FLSCO - juin 2013., "Que ce soit au premier degré, au collège ou au lycée, la classe inversée est un modèle pédagogique centré sur l'élève, qui s'appuie sur les ressources en ligne. Or, une des principales spécificités des unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A) est que ces classes sont à effectifs variables tout au long de l'année. Difficile alors pour l'enseignant de prévoir une progression annuelle et d'intégrer les derniers arrivés qui n'ont pas assisté aux notions précédemment travaillées en classe. De même, l'hétérogénéité des parcours et des besoins est une autre particularité des classes de FLE/FLS. Avec l'approche de la classe inversée, l'enseignant peut faire travailler ses élèves en leur proposant un complément théorique sur une notion mal maîtrisée et en répondant à leurs difficultés propres. S'il fixe des objectifs à atteindre pour toute sa classe, il s'adapte néanmoins aux besoins spécifiques de chacun en respectant son rythme d'apprentissage." La classe inversée pourrait ainsi répondre à la nécessité de proposer des parcours différenciés, véritable priorité pour les UPE2A. Les ressources numériques ont vocation à être mutualisées. Le partage de toutes ces ressources en ligne offre enfin la possibilité aux élèves d'entendre des documents audio et vidéo élaborés par différents enseignants. Ainsi, l'apprenant est confronté à plusieurs voix, plusieurs intonations, plusieurs accents ...On veillera néanmoins sur ce point à ne pas trop externaliser la différenciation hors les murs de la classe (travail à la maison, au CDI, en étude surveillée ...) sous peine d'aggraver encore l'écart entre élèves. 
  • Quant à l'organisation des lieux, un espace dans la salle de français avec plusieurs postes connectés serait souhaitable, à la façon des salles médialangues en Langues Vivantes. La mise à disposition de tablettes numériques s'avère également fructueuse et plus simple à mettre en oeuvre que le déplacement d'une classe en salle multimédia. De même, l'utilisation de tablettes semblent bien se prêter à une organisation en îlots. 

lien de téléchargement d'un fichier télécharger le diaporama sur la salle médialangues de Philippe Dudoué, iatice Anglais

lien externe
consulter l'article de Christelle Guillot, chargée de mission à la DAN sur l'utilisation de tablettes

lien externeconsulter l'article sur l'utilisation de tablettes en français langue seconde

---


différencier les processus : "
Le processus correspond à la possibilité qu’ont les élèves de comprendre le contenu de cheminements différents qui reposent, entre autres, sur les rythmes d’apprentissage et les stratégies."



  • Dans le cadre de la maîtrise de la langue et afin de favoriser l'autorégulation de l'élève, on pourra utiliser à profit le correcteur orthographique ainsi que la saisie intuitive, prédictive des outils de texte. La consultation de dictionnaires et encyclopédies en ligne s'avère également précieuse. On ne négligera pas non plus pour solliciter certains élèves auditifs sur le dictionnaire Trésor de la langue française informatisé la possibilité d'effectuer une recherche phonétique.

  •  Pour faciliter la production de certains élèves en situation de handicap, un clavier virtuel d'aide à l'écriture peut s'avérer une solution. Personnalisable et disponible en open source, le clavier virtuel CIVIKEY par exemple, propose une prédiction de mots dynamique. Il est possible également de choisir gratuitement dans une bibliothèque des modules comme le pavé numérique. Ce clavier est également équipé d'une loupe grossissant les touches survolées.

  • Utiliser les outils numériques vocaux dans les documents remis aux élèves et travailler l'expression orale (phonétique articulatoire, prosodie, ...). On connaît généralement bien l'outil audacity, surtout utilisé pour la production orale (voir le point 4).
En revanche, on n'utilise encore peu en cours de français les outils du type :

- "speech to text" (discours au texte) dits également "outils de transcription". 

lien externeconsulter l'article "la dictée à l'envers" au sujet d'une expérimentation en classe de 3ème pour développer les compétences orthographiques



- "text to speech" (texte au discours) dits également "outils de synthèse vocale". Une consigne oralisée pourra ainsi être donnée à l'élève. C'est le cas pour certains exercices de la plateforme d'Col. Ces consignes pourront aussi être simplement enregistrées par l'enseignant (au format mp3 par exemple) et données en ligne via l'ENT sur elyco avec le devoir. On pourra également proposer l'utilisation par l'élève présentant des difficultés face à l'écrit un outil du type "acapela" ou "Ivona" ou encore l'application "text to voice" pour oraliser automatiquement des consignes données par écrit.
---



différencier les productions : "
C’est le choix du véhicule de communication pour démontrer l’apprentissage des élèves (débat d’idées, journal de bord, document électronique, blogue, portfolio, etc.)."


On veillera, comme le montrent les exemples qui suivent, à varier les formes de productions des élèves qui pourront préférer rendre quand c'est possible plutôt que le travail d'expression écrite traditionnelle sur la feuille double ou simple à grands ou petits carreaux :


  • une carte heuristique. Les exemples sont nombreux.
(voir la page dédiée sur Eduscol lien)

  • un article pour une encyclopédie collaborative
(voir la ressource "écrire un article encyclopédique avec un wikilien)


  • un diaporama
(voir la ressource en latin "reprendre une traduction d'élève avec un diaporamalien)


  • un post de forum, un article de blog, la rédaction d'une page dans le cadre d'un réseau social
(voir la ressource "analyser les personnages de La Peste d'Albert Camus avec les réseaux sociauxlien)




  • une production vidéo
(voir les interprétations dans le cadre du printemps poétique du Casnav lien)

 


"Le voyage d'un poème", contribution au printemps poétique du Casnav adressée par l'antenne départementale de Vendée. "Une réalisation collective et à distance de 4 élèves dits à besoins éducatifs particuliers. Un classique de notre patrimoine culturel interprété par 3 élèves itinérants et une élève allophone tous en cycle 3 qui, grâce aux possibilités du numérique, ont appris à se connaître et à collaborer malgré la distance." (L'équipe du CDSNAV 85).

 

  • un enregistrement audio . Relevons la fonctionnalité proposée par D'Col d'adresser à son tuteur des productions audio ainsi que de poser des questions à l'oral sous forme de fichiers audio. Ces questions et demande d'aide recevront une réponse par écrit et seront traitées de façon prioritaire par l'équipe de tutorat du CNED.
(voir la ressource "une bande son pour un roman bruyantlien)


 On exploitera ainsi toutes les fonctionnalités des outils multimédias numériques.
 
  • le e-portfolio. S'inspirant de la pédagogie par e-portfolios, un blog individuel est créé pour chaque élève dans une rubrique qui le suivra tout au long de sa scolarité au collège : il y dépose aussi bien des travaux contraints que des travaux libres. Face à une très forte hétérogénéité des élèves et à leur manque de goût pour l'écriture, l'idée est de proposer un espace d'expression libre permettant de décliner la maîtrise de la langue en actions : enregistrements audio, vidéos d'exposés, clips lecture, travaux écrits, diaporamas de recherche, etc. 
 
Il s'agit de permettre : 
  1. un suivi personnalisé
  2. un travail sur l'autonomie et la prise d'initiative.
     
 
 
 
 retour vers le dossier "différenciation et numérique" (GRAF 2014/2015)
 
Emmanuel Vaslin, IATICE Lettres - juin 2015



 

 

haut de page

Pour faire un lien, saisissez l'adresse complète du site web (http://www.siteweb.fr) ou du mail.


écoutez le mot à saisir

Pour aller plus loin


lien externedossier "différenciation" dans la rubrique Lettres 

lien externebibliographie-sitographie générale sur la différenciation en Lettres

lien de téléchargement d'un fichier"différencier avec les TIC en classe" (extrait du site differencier.org)

lienTohmé, Y. (2013). "La classe inversée", L'Ecole Numérique, FLE, FLS, FLSCO".

lienCaron, J. (2003). "Apprivoiser les différences. Guide sur la différenciation des apprentissages et la gestion des cycles. Montréal : Les Éditions de la Chenelière."

C'est de cet ouvrage qu'est extraite la division de cet article en 4 sections. Que les auteurs soient ici remerciés. 

numérique et enseignement - Rectorat de l'Académie de Nantes