Contenu

numérique et enseignement

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > délégation au numérique > pédagogie, innovation > recherches et expérimentations > graf pédagogie et numérique > IAN

IAN

travailler ensemble avec le numérique en EPS

coop03r

Quelle est la place du numérique dans "travailler et apprendre ensemble" ?

 

Au niveau philosophique, "le travail est par nature social et collaboratif ; parce que les hommes ont très vite compris qu'en divisant les tâches nécessaires pour répondre aux besoins de la communauté et en se spécialisant, ils étaient beaucoup plus efficaces et productifs. Alors, si nous nous posons la question du travail collaboratif, c'est que, dans une certaine mesure, nous avons perdu le sens du travail. De sorte que retrouver et renouveler la dimension collaborative du travail, avec les outils qui sont les nôtres aujourd'hui, c'est retrouver le sens de ce que nous faisons et faisons faire à nos élèves." Stéphane Vendé

Au niveau institutionnel, le projet de l’académie de Nantes pour la période 2013-2017 s’articule autour de 4 ambitions : « RéussiteInsertionSolidaritéCoopération ».
La première ambition académique répond aux ambitions nationales de développement du numérique. Ainsi, cette ambition « Réussite » nous oriente vers l’école numérique et l’innovation et propose ainsi l’objectif R9 « Généraliser les outils numériques et leurs usages pédagogiques ».
La quatrième ambition académique est directement intitulée « coopération » ce qui montre clairement son importance majeure au sein de l’académie.

Au niveau du domaine 2 du S4C nous pouvons lire que :
« L'élève sait que la classe, l'école, l'établissement sont des lieux de collaboration, d'entraide et de mutualisation des savoirs. Il aide celui qui ne sait pas comme il apprend des autres. L'utilisation des outils numériques contribue à ces modalités d'organisation, d'échange et de collaboration. »

Donc la collaboration fait également partie du socle commun de compétences. Les élèves doivent être capables d’aider ceux qui ne savent pas apprendre, notamment grâce aux outils numériques qui contribuent à ces modalités d’organisation, d’échange et de collaboration.

Qu’en est-il au niveau des élèves en classe ?

Le « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique permet-il une plus value ?

Au niveau du champ disciplinaire
Les exemples présentés au niveau de l’EPS se réalisent avec les classes du Collège Les Sources Le Mans.

Le « travailler et apprendre ensemble » est omniprésent dans le quotidien de la classe, par la mise en place d’échanges entre les élèves mais aussi entre élève et professeur…
Cette collaboration se réalise systématiquement lorsque l’on fait verbaliser les élèves pour trouver des règles d’action pour réussir.

Le « travailler et apprendre ensemble » est utilisé comme dispositif pédagogique dans une démarche de projet pour construire l’autonomie des élèves.

Voici quelques illustrations en EPS dans diverses APSA (Activités Physiques Sportives et Artistique) :


1) « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique en danse :
Les élèves de 6° réalisent un brainstorming sur ce que représente, pour eux, l’activité danse en le réalisant et le formalisant sur tablette grâce à une carte heuristique. Sur cette carte mentale, le professeur a préalablement placé les mots clés suivants :
DANSE – QUOI – POURQUOI – COMMENT – AVEC – OÙ
Cet exercice est réalisé en groupe de 3-4 élèves par tablette lors d’un premier cours.
Ensuite,  chaque carte heuristique est projetée à tous les élèves sur grand écran pour une mise en commun synthétique dans une seule carte mentale.
Ce travail collaboratif permet réellement à tous les élèves, même les plus timides, de s’impliquer dans la tâche à leur niveau pour l’objectif commun.
Le numérique y ajoute la possibilité de modification et d’incrémentation instantanée tout en projetant.






2) « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique en cirque avec l’EPI
« le mouvement dans l’art – l’art dans le mouvement » :
Rappelons que, dans cet Enseignement Pratique Interdisciplinaire (EPI), les élèves produisent une prestation collective (par groupe de 4 à 5 élèves) en cirque, sur un support musical créé par leur soin en éducation musicale et incluant la présentation de leur "flipbook", réalisé en arts plastiques.
Ainsi, les élèves de 4°, dans leur processus de création en cirque vont, dans un premier temps, échanger et partager les brainstorming individuels pour les enrichir, et ce, grâce au service "Forum" d’e-lyco. Ensuite, au sein de leur groupe, ils laissent une trace de leur processus de création (idées retenues, pourquoi, expérimentations motrices, choix moteurs,etc...) pour aboutir à une présentation argumentée de leur chorégraphie, et ce, grâce à une écriture collaborative permise par le service "Pad" d’e-lyco.
Le pad est un outil numérique permettant une véritable écriture collaborative aisée. De par les couleurs individualisées identifiant chaque rédacteur, on peut voir qui a écrit et quoi. De plus, l’outil « historique dynamique» permet de revoir un enregistrement vidéo de l’intégralité de la construction, depuis la page blanche jusqu’à la fin de l’écriture collaborative. On peut ainsi percevoir comment les négociations et collaborations ont pu être réalisées au sein du groupe de travail.












3) « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique en petit groupe, en vue de créer un document synthèse pour la classe.
Cette activité consiste à faire collaborer 2 ou 3 élèves pour l’écriture d'une fiche synthèse. Ces différentes fiches seront ensuite agrégées dans le but d'avoir un seul dossier pour la classe. Chaque élève, grâce à ce travail coopératif, pourra garder une trace de chaque séquence APSA dans son porte-vue. Il saura ainsi ce qu'il est essentiel de retenir. Grâce au format numérique, ces fiches pourront ultérieurement être réutilisées ou modifiées en vue d'en créer de nouvelles.















4) « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique en volley-ball :
Les élèves de 5°, en filmant une action motrice, vont collaborer pour définir le niveau d’habileté perçu par rapport à une échelle descriptive,  puis proposer des régulations de variables (+) ou variable (-) pour adapter au mieux le niveau.
Ensuite, ils devront adapter les niveaux individuels de chaque joueur d’une équipe pour avoir la meilleure efficacité collective dans la réussite. Nous utilisons 1 tablette pour 4 élèves avec une application du type (dartfish express ou Coach eyes…).
Nous avons 2 élèves dans l’action motrice et 2 observateurs avec la tablette qui vont filmer l’action de réception-passe pour pouvoir retirer une image clé qu’ils vont illustrer et commenter. Ensuite, les élèves se regroupent pour échanger et pour émettre des hypothèses de remédiation. Ces hypothèses sont mises en application et filmées pour analyser leur efficacité. Lors de ces multiples allers-retours les élèves changent régulièrement de rôle ; ce qui leur permet ensuite de rendre compte de leurs hypothèses de remédiation à toute la classe en affichant et en commentant les différentes images clés illustrées, sur grand écran.

Grâce à l’utilisation de la tablette tactile et de certaines applications, les élèves filment leurs actions durant la situation d’échange et ainsi peuvent identifier leur niveau d’habilité, en inscrivant des commentaires concernant des arrêts sur image clés.
Par cette analyse fine de l’image, et par ce passage à l’écrit, les élèves, en petits groupes, émettent des hypothèses, préconisent des remédiations, des règles pour pouvoir réussir cette action complexe de réception-passe. Ils expérimentent alors leurs choix pour augmenter leur efficience, puis les exposent en grand groupe pour permettre une mise en commun des découvertes.

Durant cette utilisation de l’outil numérique, la possibilité d’avoir une connaissance immédiate du résultat de ses actions, a permis aux élèves de se sentir immédiatement acteurs et très impliqués dans la tâche d’apprentissage. Ils ont réussi à verbaliser, à l’oral et à l’écrit, des remédiations efficaces et ont ainsi trouvé plus de sens à ce travail de co-observation.
Il ne fut pas rare d’entendre « c’est trop bien de se voir… on comprend mieux ce qu’il faut faire pour progresser… !!! »



En conclusion :

Les exemples présentés nous montrent que l’utilisation du numérique dans « le travailler et apprendre ensemble » peut aider à renforcer l’efficacité des collaborations et coopérations, grâce à la capacité de connaissance immédiate du résultat, à la possibilité de garder une trace numérique facilement modifiable…

La collaboration est présente au sein d’un même groupe pour réaliser un même projet ou une tâche commune du début jusqu’à la fin. Nous apercevons ici de multiples allers-retours, des négociations à tous les instants entre chaque membre du groupe en vue d’une création ou d’une écriture collaborative.

La coopération se fait entre plusieurs personnes ou groupes pour intervenir en autonomie à différents niveaux d’un projet commun. Chaque groupe gère sa propre partie dans la construction d’un projet commun plus grand.

Il est même intéressant d’associer, dans une coopération entre différents groupes de travail, une collaboration au sein de chacun des groupes.

Le « travailler et apprendre ensemble » avec le numérique nous a alors montré tout son intérêt et son efficacité pour que les élèves apprennent à devenir autonomes dans leurs réflexions pour s’émanciper…
Ces exemples montrent la nécessité de poursuivre l’expérimentation.


Franck Kerhamon, IAN EPS, juin 2017
 

haut de page

numérique et enseignement - Rectorat de l'Académie de Nantes