Contenu

éducation prioritaire

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > enseignements transversaux > éducation prioritaire > ressources pédagogiques

enseignement

« le Présentoir »

découvrir le point de vue du lecteur pour mieux écrire

EP.jpg

Fil rouge : lire pour coopérer ; Relation coopérative : tutorat ; Niveaux : 6ème et 4ème





Constat de départ :


L’écriture est souvent une pratique solitaire. Pourtant un lecteur intériorisé par l’auteur est présent dans le processus d’écriture : on écrit pour être lu (1). La présence et le rôle de ce lecteur, le dialogue entre l’auteur et lui sont, si ce n’est bien souvent implicites dans l’apprentissage de l’écriture, en tout cas difficiles à appréhender par les élèves.
Dans ce dispositif, il s’agit de favoriser l’émergence du lecteur de son propre texte par le biais de la coopération.




Objectifs d’apprentissage :

  •   construire une posture de sujet lecteur et d’auteur
  •   aider ses pairs dans la réécriture d’un texte intermédiaire
  •   développer la métacognition en s’entrainant à passer de lecteur à auteur, d’auteur à lecteur



Description :                                                                                                                


Première étape

Un rituel d’écriture hebdomadaire de 10 mn est mis en place : « Un jour, un texte ». Les élèves choisissent un lanceur d’écriture parmi une douzaine différents chaque mois. Il leur est également proposé de rédiger un texte libre ou d’imaginer la suite d’un de leur texte.
Après le temps d’écriture, trois élèves volontaires peuvent partager leur écrit en le lisant à haute voix. Les autres ont la possibilité de le déposer dans une boîte prévue à cet effet de façon à ce que  le professeur le commente plus tard à l’écrit. Les premières semaines, le professeur fait un retour rapide à l’oral sur les textes en privilégiant les observations subjectives, en mettant en évidence sa propre posture de lecteur sujet.
Les élèves sont invités à faire de même peu à peu.


Seconde étape :

Lors de travaux d’écriture longs, les élèves lisent à leur voisin de la même manière les textes intermédiaires. Leur binôme doit leur faire un retour subjectif et donner quelques conseils.
Pour l’écriture du second jet, les élèves sont invités à prendre en compte, à réfléchir aux remarques faites.


Troisième étape :

A la fin de chaque période, les élèves choisissent un de leurs textes (rituel d’écriture sur le carnet d’écrivain ou écriture longue) et le réécrivent. Les textes sont disposés dans des enveloppes et suspendus à un présentoir. Toutes classes, tous les niveaux sont mêlés. De façon à offrir un espace de partage sécurisé, les auteurs peuvent signer de leur propre nom, utiliser un pseudonyme ou bien garder l’anonymat.






Quatrième étape :


Chaque élève a ensuite pour tâche de lire au moins deux textes de deux niveaux différents (4ème/6ème) et de déposer un commentaire à l’intérieur de l’enveloppe.
Les lecteurs critiques précisent leur nom et classe.
Pour renforcer le sentiment de sécurité des auteurs, il n’est pas autorisé de lire les textes de sa propre classe.

(cliquer sur l'image pour la télécharger)






Une formation aux gestes d’aide critique est proposée en parallèle : il ne s’agit pas en effet d’un déblocage sur des tâches simples.
Ce retour critique demande une réflexion coûteuse cognitivement, de l’empathie et une formulation habile.
Une Charte du lecteur et de l’auteur est donc établie et un brevet permet d’en vérifier la bonne compréhension.

(cliquer sur l'image pour la télécharger)




Par ailleurs, des fiches coup de pouce intitulées « Les mots pour dire… » (cf. annexes) sont mises à disposition sur le présentoir pour débloquer et/ou enrichir le vocabulaire réflexif des élèves.
Par exemple : « Ce que l’on aime (ou pas) dans un texte » ; « Les émotions que procure la lecture » ; « Des questions aux auteurs ». Elles ne sont pas données d’emblée aux lecteurs de façon à privilégier une approche critique spontanée et personnelle.


Cinquième étape :

Après avoir pris connaissances des retours des lecteurs, les textes sont réécrits dans une version finale. Un dernier coup de pouce est proposé pour faciliter la vigilance orthographique au moyen de la méthode CHAMPIONS : https://www.twictee.org/2015/10/03/la-methode-champion/
L’ensemble des textes est rassemblé dans un recueil commun à toutes les classes participantes.



Bénéfices espérés :


Les bénéfices visés sont  :

  • que les textes gagnent en épaisseur,
  • que les compétences métacognitives se développent à la fois dans le domaine de la lecture et dans celui de l’écriture, voire dans les gestes coopératifs (ici le tutorat),
  • que les lecteurs bénéficient du plaisir d’observer les évolutions et ainsi rencontrer la satisfaction d’avoir aidé,
  • que les auteurs bénéficient du plaisir d’avoir fait évoluer leur texte grâce aux autres,
  • que les compétences de lecture et d’écriture puissent se transférer dans d’autres activités de manière automatisée.





Aurélie Guillaume
Professeur de Lettres modernes
Collège Pont Rousseau
Rezé (44)






Les annexes
Fiche coup de pouce n°1 : "Les émotions que procure la lecture"
Fiche coup de pouce n°2 : "Ce que l'on aime (ou pas) dans un texte"
Fiche coup de pouce n°3 : "Des questions aux auteurs"
Brevet de lecteur (quizz en ligne sur Elyco)
Lanceurs d'écriture



Références bibliographiques

Susie Morgenstern, Le carnet de l'apprenti écrivain, éd. La Martinière, 2026
https://www.editionsdelamartiniere.fr/livres/carnet-de-lapprenti-ecrivain/

Sylvain Connac, La coopération, ça s'apprend, éd. ESF, 2020
https://www.esf-scienceshumaines.fr/education/368-la-cooperation-ca-s-apprend.html



(1) Pierre Clanché, chercheur spécialisé dans l'étude de la technique Freinet du texte libre évoque dans sa thèse la pratique du journal intime, mais en souligne une double caractéristique : sa rareté et son austérité. Autrement dit, c'est loin d'être une pratique démocratisée, non pas parce qu'elle n'est pas connue, mais parce qu'elle est très difficile. Il la présente comme une exception, qui éprouve la règle que les écrits, pour vivre, ont besoin d'être socialisés. C'est d'ailleurs pour échanger que l'écriture a trouvé sa place et son utilité dans l'humanité.
Pour compléter une série de documentaires sur la naissance de l’écriture : https://www.arte.tv/fr/videos/083905-001-A/l-odyssee-de-l-ecriture-1-3/
 

haut de page

éducation prioritaire - Rectorat de l'Académie de Nantes