Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > projets

la correspondance de cinq poilus de Doué-la-Fontaine (2)

mis à jour le 12/03/2014


JMichel_pt.jpg

La correspondance de  Jules Michel, le fils

mots clés : Grande guerre, Poilus, front, mémoire, commémorations, Centenaire


Jules Michel


Né le 9 avril 1897. Obtient son certificat d'études en 1911. Devient menuisier. Son père, Pierre Michel part à la guerre en 1915 et revient en 1917.
Incorporé au 6è régiment du génie d'Angers en mai 1916. Part en instruction, puis au front en mai 1917 en tant que sapeur-mineur. Démobilisé le 30 septembre 1919.
N° de matricule : 1504
Décoré de la fourragère.

 Portrait de Jules Michel

le livret militaire de Jules Michel 
 

Quelques extraits de sa correspondance.

 
Angers le 26 février 17.

Chers parents,
Cet après-midi je vous envoie cette carte je vous dirai que aujourd'hui je suis encore employé de corvée aujourd'hui toute la journée et je te jure que c'est le rêve. On ne sent pas le froid je suis au tri de linge et voila hier au soir j'ai été voir le père Guillot et il était content de me voir, il voulait allumer sa cuisinière car ça chauffe pas, il vous envoie le bonjour ainsi chez la mère Gérard et chez Douet. Allons je vois ton départ qui approche c'est le plus ennuyeux. Tu donneras le bonjour à la vieille mère Henry Mariteux. Maman je te remercie de ta lettre que j'ai reçu à l'instant et je vois que à ton tour tu es enrhumée, mais soigne toi et prend bien chaud .Allons je termine en vous embrassant de tout mon cœur et bonne santé et toi papa fait bon voyage. Votre Julot qui vous embrasse de tout son cœur.        Jules Michel.  


Mont-Notre-dame (dans l'Aisne près de Soissons) le 15/10/17

Bien chers parents,
Depuis midi nous voila arrivés à nouvelle destination et je vous jure que c'est le rêve nous sommes bien logés. Nous sommes dans un grand hôpital  et oublions être ici pour monter encore des baraques, ça ne va pas être trop sans doute, le meilleur endroit serait être dans cet hôpital carrément malade et non pour travailler, le patelin est à 100mètres d'ici mais pour ce soir on ne peut pas sortir, enfin ça vaut mieux que permis. La santé est toujours très bonne et je pense que vous êtes tous de même allons je finis pour ce soir
Bonjour à toute la famille.
Votre Julot qui vous embrasse de tout cœur  J.Michel
En fait d'effet chaud j'ai besoin de rien.



Le 18 (ou 10) janvier 1918
Cher parents,
Aujourd'hui samedi  je n'ai pas eu de vos lettres mais ça sera pour demain. Quant à moi la santé est toujours bonne, nous avons eu beau temps aujourd'hui. Je vous envoie une carte ; J'y ai travaillé pendant que j'étais au 3ème (régiment) et je vous jure qu'il n'y faisait pas bon les obus y tombaient enfin c'est passé. Gardez-la cette carte et les autres que je vous envoie, j'ai touché une chemise et des chaussettes alors je vais me changer avant de me coucher. Je pense que ma carte vous trouvera tous en parfaite santé. Voilà aujourd'hui 8 jours je pensais à prendre le train que ça passe vite. Mon autre perm va encore assez vite arriver. Bonjour  aux amis communs. Votre julot qui vous embrasse et vous oublie pas.            J. Michel
Demain repos
lettre de Jules Michel à ses parents, janvier 1918
 

 
Le 27 Aout 1918
Cher Oncle,
Nous sommes arrivés à destination hier au soir à 11h nous pensions aller du côté de Meaux et nous voila dans la Meuse dans ce patelin d'où est  cette carte. Je ne sais le temps que nous allons être ici, le patelin est pas joli mais enfin nous trouvons ce que nous voulons c'est le principal.
Nous sommes partis en camion hier matin à 7h et tu vois l'heure que nous arrivons ; nous sommes un peu fatigués mais ça passera. Lorsque nous serons installés je te ferai une plus longue lettre. La santé est excellente et je pense que ma carte te trouvera de même. Nous avons un temps couvert et je crois que le pays va être plus froid par ici. Allons je te quitte pour aujourd'hui.
Ton petit neveu qui t'embrasse et ne t'oublie jamais.
                                 Jules Michel  
Le 12 mai 1919
Bien cher oncle,
La santé est excellente et je désire que ma présente te trouvera de même. Nous travaillons à dix mètres de cette préfecture. Seulement voilà le mauvais temps un peu revenu car toute l'après-midi il pleut. Tout va bien chez nous. Je te quitte en t'embrassant de tout cœur.
Ton petit neveu.
Jules Michel
 
auteur(s) :

Anne Docteur

information(s) pédagogique(s)

niveau : 3ème

type pédagogique : démarche pédagogique, activité de recherche

public visé : enseignant

contexte d'usage :

référence aux programmes : I - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914 - 1945)

Thème 1
La première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914 - 1918)

ressource(s) principale(s)

correspmilit_pt.jpg la correspondance de cinq poilus de Doué-la-Fontaine (4) 13/03/2014
Les correspondances de deux amis de Pierre Michel.
Grande guerre, Poilus, front, mémoire, commémorations, Centenaire Anne Docteur
PMichel_pt.jpg la correspondance de cinq poilus de Doué-la-Fontaine (1) 11/03/2014
La correspondance de Pierre Jules Michel.
Grande guerre, Poilus, front, mémoire, commémorations, Centenaire Anne Docteur

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes