Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > projets

les conditions de vie au front

mis à jour le 12/03/2014


froid_pt.jpg

À travers la correspondance, des détails témoignent de la vie au front.

mots clés : Grande guerre, Poilus, front, mémoire, commémorations, Centenaire


Les conditions de vie au front


Les conditions de vie sont terriblement éprouvantes pour les soldats. Les hommes vivent et combattent dans des tranchées insalubres, boueuses. Ils ont froid l'hiver, chaud l'été.
Les rats et les poux accompagnent les misères quotidiennes des soldats. Les maladies guettent autant que la mort au combat.
La nourriture et le ravitaillement arrivent mal.
Quand ils s'ennuient,  pour occuper leur temps, les soldats sculptent souvent des cannes en bois qui leur servent ensuite pour chasser les rats ou lors des longues marches avec leur barda d'une trentaine de kilos sur le dos.
Le découragement règne dans les tranchées et à l'arrière du front. L'inactivité pèse sur les hommes dont le moral ne cesse de varier tant la guerre se prolonge. On écrivait beaucoup sur le front, en témoignent toutes ces cartes postales. C'est comme cela aussi que l'on gardait le moral.

 

Des extraits de correspondances.


Le froid

« Pour les effets, je ne sais si ils ont envie de nous renvoyer cette hiver mais nous touchons absolument rien ce qui fait que nous sommes pas longtemps avant de sentir le froid. Aussi nous ferons notre possible pour nous en garantir enfin que veux-tu il faut espérer que nous ne crèverons pas. »

Pierre Michel et le froid

« Ce matin j'ai endossé mon tricot qui est encore tout neuf cela n'est pas un défaut car c'est un sale pays pour les frileux. Vivement notre retour au Maine et Loire. Aujourd'hui forte gelée et en plus brouillard, le cuisinier me voit souvent auprès de ses fourneaux enfin c'est cela. »



« En réponse à ta carte du 31 dernier qui m'a bien fait plaisir comme je vois vous n'oubliez pas le vieux camarade de guerre de Vaugilbert ni moi non plus je ne vous oublie pas crois le bien car ici je peux pas m'y faire, il n'y fait pas chaud et le bois est assez rare pour faire du feu, le service est assez dur nous faisons 4 patrouilles par jour de près de 9 kilomètres, il est vrai que le terrain est plat mais il passe plus de trains qu'a Sompuis, des centaines par jour il faut ouvrir l'œil pour ne pas se faire écraser. »


le froid, encore

 
Le mauvais temps, la boue...

« Cher petite je ne vois pas grand chose à te dire pour le moment sinon que l'on est toujours dans la boue et pas d'eau pour se laver. Je crois que nous resterons 15 jours dans ce trou. »


Les mouches...

« Je crois que ça va être bien long car ça n'avance ni ça recule dans la Meurthe-Et-Moselle. Je ne vois plus rien à te marquer. Pour le moment je suis toujours en bonne santé mais ce qui m'ennuie c'est que je ne me fais pas aux mouches car elles piquent trop dur. »
 
auteur(s) :

Anne Docteur, Professeure d’histoire-géographie,Collège Lucien Millet, Doué-La-Fontaine

éditeur(s) :

Claudie Ferchaud

information(s) pédagogique(s)

niveau : 3ème

type pédagogique : démarche pédagogique, activité de recherche

public visé : enseignant

contexte d'usage :

référence aux programmes : I - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914 - 1945)

Thème 1
La première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914 - 1918)

ressource(s) principale(s)

poilu_15_pt.jpg histoires et mémoires de la Grande Guerre à travers les cartes postales de poilus 11/03/2014
Projet mené avec des 3emes de Doué-la-Fontaine sur des cartes postales de la Grande Guerre  qui  a obtenu en février 2014 le label national du Centenaire.(L'ensemble des ressources est attac ...
Grande guerre, Poilus, front, mémoire, commémorations, Centenaire Anne Docteur

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes