Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

Comment faire construire la notion de transition, fil rouge du programme de 2nde à partir des préacquis des collégiens ?

mis à jour le 14/05/2020


vignette GARD

Une proposition élaborée dans le cadre du GARD (groupe académique de réflexion disciplinaire) qui permet d'aborder la notion de transition , fil rouge du programme de géographie de Seconde, en partant des préacquis du collège.

mots clés : Transition, développement durable, changement global, environnement, croissance démographique, inégalités (sociales/spatiales), mobilités, GARD


Analyse et actualisatin de la question

 

La notion de transition est abordée de façon sous-jacente au collège dans les programmes du cycle 4 au travers de la notion de développement durable. Le programme de 5e est celui qui aborde le plus les notions liées à la transition sans que le terme ne soit mentionné dans les programmes officiels. Par exemple, on trouve l’occurrence une fois dans la fiche Eduscol portant sur le thème 2 (l’inégal accès aux ressources).

De même, cette notion de transition est en filigrane des programmes du cycle 4 sans pour autant être mentionnée directement hormis sous forme d’un enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) sur le thème Transition écologique et développement durable.

Au lycée, le processus de transition est présenté comme étant le fil rouge du programme de géographie de la classe de 2nde. Ainsi, on peut lire dans le bulletin officiel que « la notion de transition est mobilisée pour rendre compte de ces grandes mutations [croissance démographique, inégalités sociales et spatiales, fragilités environnementales et mobilités humaines en augmentation]. Elle est déclinée à la fois à travers l’étude des évolutions environnementales, démographiques, économiques, technologiques et à travers l’étude des mobilités qui subissent les influences de ces évolutions ». Le terme de transition est utilisé majoritairement sans adjectif qualificatif mais apparaît aussi dans les expressions « transition démographique (thème 2), « transition économique » (thème 2) et « transition urbaine » (thème conclusif).

Dans Les mots de la géographie, Roger Brunet définit la transition comme « le passage progressif, mais plus ou moins accusé » avec l’existence de « seuils de transition ».

On peut comparer cette définition à celle donnée par le dictionnaire juridique des transitions écologiques : la notion de transition insiste sur l’idée de rupture dans une « discontinuité générale » qui doit permettre à terme de passer d’un état à un autre, ces deux états présentant « des caractéristiques radicalement différentes ». Cette transition s’effectue par des changements multiformes, multiscalaires et plurisectoriels qui rentrent en résonnance les uns par rapport aux autres et permettant l’achèvement (parfois de manière provisoire) du processus de transition.

Par ailleurs, dans l’éditorial de la revue Urbanisme, Jean-Michel Mestre évoque la multiplication des usages du mot « transition » en ce début de XXIe siècle, recouvrant des phénomènes assez différents de par les rythmes, les effets ressentis, les acteurs impliqués. En effet, la notion de transition se décline en différents champs d’étude en fonction des adjectifs qui lui sont accolés et font appel à des disciplines autres que la géographie. 

On parle de :

  •  transition démographique : une croissance démographique variant suivant des phases ;
  •  transition économique qui définit le passage d’un système économique à un autre (par exemple, de l’économie planifiée à l’économie de marché)
  • transition énergétique qui correspond au passage du système énergétique actuel utilisant les ressources non renouvelables vers un système énergétique pluriel reposant sur une production d’énergie provenant principalement sur des ressources renouvelables ;
  • transition alimentaire qui désigne le changement dans la composition du régime alimentaire lié à la mondialisation des marchés alimentaires, à l’urbanisation et à l’augmentation du niveau de vie) ;
  •  transition technologique (appelée aussi transition numérique ou digitale parfois)
  • etc...

 


Dessin de presse de Chappatte, le Temps, 13 juillet 2018

Le dictionnaire encyclopédique du développement durable quant à lui, décline sept transitions : démographique, énergétique, épidémiologique, fiscale, forestière, numérique et nutritionnelle.

 

Afin d’éviter une profusion stérile des formes de transition, il apparaît primordial de privilégier certains processus de transition. En effet, le programme de géographie de 2nde invite l’enseignant à aborder la notion de transition comme « un processus de transformations majeures dans différents domaines aboutissant à une évolution différente en fonction des espaces étudiés. ». Les fiches Eduscol précisent que : « Le processus de transition interroge les acteurs sur les modes de gestion de l’environnement » (fiche Eduscol, Géographie, 2nde, thème 1, septembre 2019)) et que « le processus de transition […] doit être compris non comme le passage d’un état stable à un autre mais comme un ensemble de changements majeurs de différentes natures intervenant dans une période relative courte » (fiche Eduscol, Géographie, 2nde thème 2, septembre 2019). Ainsi, ce travail s’appuie sur les les notions de transition environnementale et énergétique mentionnées dans le thème 1 Sociétés et environnements : des équilibres fragiles., sur les notions de transition démographique et économique mentionnées dans le thème 2 et enfin sur la notion de transition technologique évoquée dans le thème 3 (les transitions environnementale et économique étant énoncées de nouveau).

 

Bibliographie, sitographie

Lydia Coudroy de Lille, Anne Rivière-Honegger, Lisa Rolland, Anaïs Volin, «Les géographes français et la transition: une étude du changement spatio-temporel» à lire sur https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01628802/document

 Une version plus synthétique de l’article précédent publié sur Géoconfluences avec l’article « Transition », Géoconfluences, février 2017. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/notion-transition

 Le monde habité, une géographie des peuplements, Jean-Marc Zaninetti, La documentation photographique, juillet-août 2017.

Géographie des environnements, de Paul Arnould et Laurent Simon, Belin Education, 2018.

 Le dictionnaire encyclopédique du développement durable, de Pierre Jacquemot, éditions Sciences Humaines, 2017.

Géographie de l’environnement, De Edouard Bélizal, Véronique Fourault-Cauët, Marie-Anne Germaine, Elise Temple-Boyer, Armand Colin, 2017.

Dictionnaire juridique des transitions écologiques, François Collart-Dutilleul (Dir.), Valérie Pironon (Dir.), Agathe Van Lang (Dir.), Institut Universitaire Varenne, coll. Transition & Justice, septembre 2018.

Grand Atlas 2020, sous la direction de Frank Tétart, éditions Autrement, août 2019.

 

la démarche proposée pour mobiliser la notion de transition

Le travail mené consiste en une proposition de séance d’évaluation diagnostique à mener en début d’année auprès des élèves de 2nde avec l’objectif de réinvestissement des préacquis de collège tant sur le plan des connaissances que des compétences.

1. A partir d’un corpus documentaire et d’une question ouverte, les élèves abordent en groupe les différents aspects que revêt la transition à l’échelle mondiale.

2. Lors d’une mise en commun, les élèves sont amenés à construire une carte mentale portant sur « les défis d’un monde en mutation ».

Annexes :

 Fiche de travail pour les élèves (annexe 1) Proposition de carte mentale (annexe 2)

1. L’effectif de la classe est divisé en groupes de 3 élèves ; chaque élève du groupe doit étudier deux documents et répondre à une question ouverte sur ce document. Pour les élèves rencontrant des difficultés, un second questionnaire guidant la démarche de recherche et d’analyse peut être fourni à la demande. Le questionnaire est élaboré afin de réactiver des notions construites dans le cadre des programmes de géographie du cycle 4.

Cette activité permet aux élèves d’aborder les différents aspects que revêt la transition à l’échelle mondiale. Il s’agit donc de mener une évaluation diagnostique sur les préacquis des élèves construits au collège, les notions à affiner en lien avec le concept de transition.

2. Une réflexion au sein de chaque groupe doit permettre de faire émerger le thème commun aux documents.

3. Lors d’une mise en commun, les élèves sont amenés à construire une carte mentale portant sur « les défis d’un monde en mutation ».

 

le corpus documentaire à l'appui de l'étude de la notion de transition

lien L’avenir flottant des Kiribati, Frédéric Joignot, article du Monde du 24 novembre 2018 publié dans Géopolitique des îles en 40 cartes, hors-série du Monde, 2019

lienDessin de presse de Chappatte, le Temps, 13 juillet 2018, l’eau de la planète.

Graphique sur la population indienne, ONU census of India, populationdata.net, université de Sherbrooke, 2018.

Carte sur les inégalités de revenus au Brésil de H. Théry, manuel Nathan 2nde.

lienPlanisphère à projection polaire sur les migrations internationales, Cartothèque de SciencePo, 2018.

lien Figure illustrant les aménagements touristiques à Dubaï, Géoconfluences, 2017.

lienArticle sur la mondialisation de Dubaï publié par Frank Tétart sur le site Internet Diploweb, mai 2018

 
auteur(s) :

Joel LARRE, lycée Clémenceau (Nantes) Audrey LE HENT BROCHOT, collège Agnès Varda (Ligné)

éditeur(s) :

jean-françois loistron, webmestre espace pédagogique HG EMC

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes