Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

deux exemples d'entreprises : les Renault et les Bollée.

mis à jour le 12/01/2008


renault.jpg

Piste pédagogique en compte-rendu du stage sur "Science, innovation, société des années 1870 aux années 1950".

mots clés : science, technique, revolution, industrielle, Renault, automobile, industrie, entreprise, ST2S


L'entreprise Renault    Les Bollée  Proposition de plan

Pistes pédagogiques

1-Documents proposés :

Au choix :
-La chronologie de l'entreprise Renault de 1898 (brevet de la « prise directe ») à 1954 (la 500 000e 4CV) ou la vidéo « Renault, l'automobile de France », de Marcel Teulade, Les films d'Ici, L'INA, La Sept Arte, 1998. L'un et l'autre document ont été travaillés à partir du site officiel de Renault (http://www.renault.com):

-En option pour les Manceaux : la chronologie des Bollée de 1839 et l'installation au Mans jusqu'en 1933 et la fermeture de l'usine.

Les trois documents peuvent être travaillés avec la même grille de lecture


Doc 1  De l'usine nationale à l'entreprise internationale

-1898 : Louis Renault, âgé de 20 ans, convertit son tricycle De Dion-Bouton en "Voiturette" à 4 roues et il l'équipe d'une invention de son cru : la "prise directe", la première boîte de vitesses. Sa Voiturette peut remonter la pente à 13% de la rue Lepic à Montmartre. Il dépose le brevet de la « prise directe » qui sera à l'origine de sa fortune : tous les constructeurs de l'époque l'adoptent. 

Premiers partout

1899 : Ses deux frères, Marcel et Fernand créent la société Renault Frères. La marque Renault Frères se fait connaître avec Louis et Marcel au volant de leurs voiturettes. Dès le Paris-Trouville en 1899, ils alignent victoire sur victoire dans la plupart des courses de ville à ville de l'époque, dont des Paris-Bordeaux, Paris-Ostende, Paris-Berlin et Paris-Vienne.  Ces succès sont à la fois une publicité et un marketing très efficaces auprès d'un public enthousiaste et le carnet de commandes s'épaissit de course en course. Les voiturettes sont vendues 3 000 francs or, soit dix ans de salaire moyen. 
1902 : La marque se développe rapidement. Les ateliers couvrent maintenant 7 500 m². Le catalogue compte plusieurs modèles, dont la première conduite intérieure du marché. Cette même année, Louis présente le premier moteur Renault, un 24 CV 4 cylindres. Il fait également breveter le premier turbo. 
1905 : Tournant décisif : la société reçoit une première commande de 250 taxis. Les installations sont réorganisées et la fabrication passera ainsi de l'artisanat à la production en série. Renault devient le premier constructeur français. Deux ans plus tard, un taxi sur deux est un Renault. Ils s'exportent jusqu'à New York et Buenos Aires. 
1913 : L'usine a grossi : 136 000 m2. Elle essuie ses premières grèves : la nouvelle méthode de travail destinée à augmenter la productivité, le taylorisme, ne passe pas. Cette méthode, Louis Renault l'a rapportée des Etats-Unis où il a vu son efficacité chez Ford, le redoutable adversaire avec son modèle unique et pas cher, la Ford T. L'usine Renault compte près de 5 000 employés.
1914 : la guerre éclate. Les usines Renault se reconvertissent à la production militaire et fabriquent en 4 ans des quantités impressionnantes de matériel de tout genre - camions, ambulances, brancards, plus de 8 millions d'obus. Renault deviendra le premier producteur de moteurs d'avion.
 1917 : Louis Renault dessine le premier char mitrailleur léger, le fameux FT 17. Ses qualités remarquables aident à enfoncer les lignes allemandes et remporter la victoire finale en 1918. La réputation de Louis Renault devient internationale. 
 1921 :  Il constitue la Société Anonyme des Usines Renault (SAUR), fait entrer une banque dans son capital. A l'image de Ford, la SAUR a l'ambition d'être un "tout complet" avec un éventail de fabrications et de sites d'une extraordinaire diversité. C'est la "concentration verticale". Il fabrique tout ce qui comporte un moteur : voitures, utilitaires divers, fourgonnettes, autobus et camions, tracteurs agricoles avec leurs chenillettes héritées des chars de 14-18, moteurs marins, locomotrices, autorails et moteurs d'avion. Pour alimenter cette production, il possède ses fonderies, forges, carrières de sable, domaine forestier, scierie... Il fabrique tout ce qui peut réduire sa dépendance, des aciers au carton et matériel électrique, en passant par le caoutchouc industriel, les huiles et les lubrifiants. Dans la mesure où certains composants sont meilleur marché et de la qualité qu'il exige, il se fournit à l'extérieur.
-1922
: Première chaîne de montage construite à Billancourt, la grande usine de l'île Seguin à Paris.
Années 30 : Pour résister à la crise, Renault fait un effort de productivité et de compression des coûts en réduisant effectifs et salaires, ce qui provoque aussi des grèves tournantes. Parallèlement, l'entreprise accélère la diversification de sa production, en particulier dans les véhicules de transports en commun. Mais elle s'appuie aussi sur les commandes de l'Armement.
-1936 : Renault devient le cœur de la lutte ouvrière en France avec la plus forte concentration de grévistes.
-1945 : Ordonnance de nationalisation : la SAUR devient Régie Nationale des Usines Renault, la RNUR. Pierre Lefaucheux en est nommé Directeur Général par le gouvernement. Il lance la 4 CV. 
-1947 : Fabrication en série de la 4CV. Elle ne s'arrête qu'en 1961 après un formidable succès. Exportée dès 1947, elle sera aussi la première source de devises étrangères. 
-1951 : Une 4 CV spécialement préparée pour les 24 Heures du Mans arrive en tête de sa catégorie. Pierre Lefaucheux décide cette année-là de créer un service compétition qui deviendra plus tard Renault Sport. Renault existe maintenant hors de l'Hexagone : l'usine belge de Haren-Vilvorde ; l'usine anglaise d'Acton est rachetée. La 4 CV est déjà montée en Irlande, en Australie, en Inde, au Mexique, en Afrique du Sud, et le sera au Japon jusqu'en 1960 par Hino. En 1953, l'Espagne, avec la FASA, entre dans l'arène. Pierre Lefaucheux envisage aussi de créer des usines dans des pays de l'Union Française, au Viêt-Nam, au Maghreb, bref positionner la Régie sur les marchés coloniaux.
-A la fin de 1954
 : La 500 000e 4 CV est sortie des ateliers, un record. La Régie Renault emploie 51 000 personnes, elle répond de 35 % de la production automobile nationale. Plus du quart des 200 000 véhicules produits (dont près de 160 000 voitures particulières) est monté hors de France. Le réseau étranger compte 1 000 points de vente.

Doc 2 : De l'inventeur à l'entrepreneur : les Bollée au Mans

1839 : Ernest-Sylvain Bollée, fondeur de cloches, d'origine lorraine, s'installe au Mans. Outre son activité de fondeur de cloches, il invente des béliers hydrauliques et des éoliennes.
1873 : Amédée Bollée, son fils, poursuit les activités de fonderie mais c'est aussi un inventeur. Il dépose le brevet d'un système de direction à 2 pivots permettant une machine à vapeur mobile d'évoluer sur route. Les roues, dissociées, peuvent prendre les virages. Et en mai 1873, sort sur la rue Saint-Hélène au Mans, en passant les grilles de la fonderie de cloches Bollée, un étrange engin appelé « l'Obéissante ». La première voiture auto-mobile du monde est née.
1875 : « L'Obéissante » réalise l'aller-retour le Mans-Paris. Ce jour-là, le Préfet de police de Paris ne reçut pas moins de 75 procès-verbaux d'agents de la circulation, signalant leur effarement d'avoir vu passer un engin sans chevaux se déplaçant à la vitesse inouïe de 45km/heure !
1878 : Amédée Bollée présente à l'exposition universelle de Paris une  nouvelle machine encore plus perfectionnée, appelée « La Mancelle ». Il reçoit la première commande de son automobile par l'industriel alsacien Koechlin. Bollée achète alors un nouveau terrain et construit non loin de sa fonderie de cloches, au 99, rue de Paris (aujourd'hui, avenue Bollée), une usine spécialisée dans la construction automobile.
1887 : Amédée Bollée fils, construit un moteur à explosion monocylindrique, suivi par un moteur rotatif à trois cylindres prévu pour un... aéroplane.
1895 : Léon Bollée, 2ème fils d'Amédée Bollée, fabrique d'abord un étonnant tricycle « la Voiturette » qui est un des véhicules les plus rapides de son époque. Avec, il remporte le Paris-Dieppe et le Paris-Trouville.
1896 : Construction par Léon Bollée de la 1ère voiture à essence.
1897 : La société métallurgique allemande De Dietrich achète une licence pour l'exploitation des brevets d'Amédée Bollée fils. Ce dernier effectue alors de nombreux allées et venues entre son atelier du Mans et les usines De Dietrich à Reichshoffen et à Lunéville. Les moteurs sont fabriqués au Mans, les voitures assemblées par De Dietrich. Les premiers modèles sortent en juillet 1897. La gamme de voitures comporte 4 modèles : 5, 9, 12, 18 HP. Amédée Bollée fils participe à de nombreuses courses automobiles avec « Le Torpilleur » qui atteint les 90 km/heure.
1900 : Léon Bollée fonde sa propre firme d'automobiles, au Mans, non loin de la fonderie de cloches paternelle, aux Sablons.
1903 : Léon Bollée obtint l'appui de capitaux américains et présente une nouvelle gamme de modèles a quatre roues de conception très classique. Ce sont des voitures chères, mais de bonne qualité. Elles sont destinées à être exportées outre-Atlantique.
1906 : Son usine emploie 360 ouvriers et sort une automobile par jour. Léon Bollée ouvre des succursales à Paris, Berlin, Londres et même New York. Il sera le premier entrepreneur sarthois à introduire le travail en série dans son usine, ce qui sera à l'origine du déclenchement d'une grève assez dure en 1906.
1906 : Naissance de l'Automobile Club de la Sarthe qui devient très vite l'Automobile Club de l'Ouest.
1908 : Léon Bollée invite Wilbur Wright à faire ses expériences d'aviation au Mans (W. Wright y effectue son premier vol le 8 août 1908).
1911 : 1er grand prix automobile organisé en Sarthe par Georges Durand
1913 : Mort de Léon Bollée. Son usine perd son dynamisme initial.
1923 : Les premières 24 heures du Mans, une compétition capable de tester l'endurance des voitures et de certains accessoires comme les phares. 35 voitures appartenant à 18 constructeurs prennent le départ.
1924 : L'entreprise Bollée s'associe à l'Anglais Morris.
1933 : L'usine mancelle ferme ses portes, victime des conséquences de la crise de 1929
1936 : installation d'une usine Renault au Mans

2-Les consignes
-Lecture de la chronologie (ou vidéo)
-A partir du document, compléter un tableau thématique (voir ci-dessous)             

3-La séquence
-La leçon est bâtie à partir du tableau, chaque colonne correspond à une sous-partie.
-Reprise ensemble et élargissement sur les éléments qui manquent dans le document. 


Proposition de plan

I-La 2ème industrialisation : un moment d'innovation



Innovations

                                         

                

matériaux utilisés

                                        

Moyens de faire
reconnaître
son invention et
les moyens
de sa diffusion
                                 

Reprise et élargissement :

-Les deux premières colonnes doivent aboutir à la définition de système technique ; l'élargissement concerne les principales innovations dans d'autres domaines que celui de l'automobile en évitant le côté catalogue.

-La troisième colonne aboutit à la définition de propriété intellectuelle.

 

II-La 2ème industrialisation : une Révolution


  Révolution dans les modes de production
(Taylorisme)


  Révolution des structures de production 
(taille de l'entreprise, concentration
financement, diversification)
 

Révolution dans la vie quotidienne



 









                                                

 

information(s) pédagogique(s)

niveau : 1ère, 1ère ST2S

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : Programme de première ST2S

ressources associées

science.jpg science Innovation technique, société années 1870-1950 12/01/2008
Compte-rendu et proposition du stage sur le programme de première ST2S
par les participants au stage sur le nouveau programme de ST2S
science, innovation, technique, révolution, industrielle, renault, Bollée, bombe, atomique,
bombevign.jpg le projet Manhattan 12/01/2008
Exemple de sujet d'étude du compte rendu su stage sur les programme de première ST2S
revolution, industrielle, bombe, atomique, Manhattan, guerre, totale,

ressource(s) principale(s)

bombevign.jpg le projet Manhattan 12/01/2008
Exemple de sujet d'étude du compte rendu su stage sur les programme de première ST2S
revolution, industrielle, bombe, atomique, Manhattan, guerre, totale,
science.jpg science Innovation technique, société années 1870-1950 12/01/2008
Compte-rendu et proposition du stage sur le programme de première ST2S
par les participants au stage sur le nouveau programme de ST2S
science, innovation, technique, révolution, industrielle, renault, Bollée, bombe, atomique,
ST2STG.jpg mise en oeuvre des programmes : premières ST2S et terminale STG 21/01/2008
Présentation de travaux de stage sur les programmes
stage, proposition, sujets, thèmes, stage de professeurs

documents complémentaires

ressource
Les Bollée et l'aviation
    
ressource
science.doc
charger le fichier

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes