Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

qu'est-ce que l'aire urbaine d'Angers?

mis à jour le 11/10/2012


angersurb_pt.jpg

Il s'agit ici d'aborder avec les élèves la définition d'une aire urbaine à travers l'exemple d'Angers.

mots clés : mobilité, aménagement, transport, aire urbaine


1. Qu'est-ce que l'aire urbaine d'Angers?

 
Doc 1 : L'aire urbaine d'Angers c'est :



Le zonage en aires urbaines de 2010 s'appuie sur les définitions suivantes :

  • un pôle est une unité urbaine d'au moins 1 500 emplois. Une unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants ;

  • une aire est composée d'un pôle et le plus souvent d'une couronne. Sa couronne correspond aux communes ou unités urbaines, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci selon un processus itératif. On distingue les grandes aires urbaines, basées sur des pôles d'au moins 10 000 emplois, les moyennes aires, basées sur des pôles de 5 000 à moins de 10 000 emplois et les petites aires basées sur des pôles de 1 500 à moins de 5 000 emplois ;

  • les communes multipolarisées des grandes aires urbaines sont les communes situées hors des aires, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs grandes aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d'entre elles. Elles forment avec elles un ensemble d'un seul tenant, appelé espace des grandes aires urbaines. L'ensemble constitué par les couronnes des grands pôles urbains et les communes multipolarisées des grandes aires constituent l'espace périurbain ;

  • les autres communes multipolarisées sont les communes situées hors de l'espace des grandes aires urbaines, dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans plusieurs aires (qu'elles soient grandes, moyennes ou petites) ;

  • les communes isolées hors influence des pôles sont les communes n'appartenant pas à une aire et non multipolarisées.

Source : Insee
 
Doc 2: Angers Loire Métropole c'est...

Angers Loire Métropole fait partie des quelques 2500 EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) existants en France.

La Communauté d'agglomération a été créée au 1er janvier 2001 par transformation du District, créé en 1968. Le District était composé de 10 communes dont Angers. Aujourd'hui, Angers Loire Métropole regroupe 33 communes depuis l'adhésion des communes de Ecuillé et Soulaire-et-Bourg le 1er janvier 2012
 
Doc 3 : Evolution de l'aire urbaine d'Angers

Source : La ville, toujours plus loin ? (Portraits du périurbain angevin). Aura 2012.
 
" Le nouveau zonage en aires urbaines 2010 réalisé par l'Insee démontre la poursuite de la périurbanisation à l'échelle nationale entre 1999 et 2008. Il établit que 95% de la population française vit sous l'influence de la ville. Tandis que les emplois se concentrent davantage dans les grands pôles d'emploi, les ménages continuent donc à s'en éloigner. En conséquence, l'espace d'influence des grandes aires urbaines comme celle d'Angers s'est fortement étendu entre 1999 et 2008. Ce sont les périphéries des grands pôles urbains qui ont profité de cette croissance ".

La naissance du phénomène de périurbanisation est inhérente à la généralisation de l'usage de l'automobile qui a rendu possibles des stratégies résidentielles privilégiant, pour un prix abordable, la maison individuelle avec jardin dans un cadre de vie considéré comme plus agréable qu'en ville. Ainsi, cet étalement urbain prend, le plus souvent, la forme de développement pavillonnaire, avec un mode d'habiter qui n'est pas sans conséquences : uniformité des paysages, mitage des terres agricoles et des milieux écologiques, coût d'équipement et d'aménagement de ces territoires peu denses, faible mixité sociale... Il est, en outre, souvent source de conflits d'usage entre les différents acteurs de cet espace (agriculteurs, anciens habitants, nouveaux habitants, etc.).

Mais la sphère résidentielle n'est pas la seule concernée par ces stratégies liées au coût du foncier. La sphère économique l'est aussi et les activités se délocalisent à l'extérieur des villes dans des zones d'activités monofonctionnelles dédiées : après le départ des activités industrielles (davantage lié à une logique de rejet des activités nuisantes), le commerce, la logistique et l'artisanat ont suivi et maintenant, de plus en plus fréquemment, les activités de bureaux. Les conséquences sont les mêmes que pour les développements résidentiels.

Depuis une dizaine d'années, avec la montée en puissance de préoccupations environnementales, le législateur essaie de maîtriser le phénomène. La loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU) de décembre 2000 a fait, de la limitation de l'étalement urbain, un objectif prioritaire en préconisant le renouvellement de la ville sur elle-même. Elle établit ainsi des règles comme celle de la constructibilité limitée en l'absence de Schéma de cohérence territoriale (SCoT). Plus récemment, les lois Grenelle, guidées par un souci de protection de l'environnement (maîtrise de l'énergie, réduction des gaz à effet de serre, protection de la biodiversité...), ont repris à leur compte cet objectif. Elles élèvent la lutte contre l'étalement urbain au rang de contrainte majeure que devront dorénavant prendre en compte les projets de planification et les politiques d'urbanisme. Ce nouveau contexte de planification territoriale et urbaine interroge nécessairement les évolutions territoriales et leurs contenus sociétaux et questionne le phénomène de périurbanisation. Cette publication tente d'en rendre compte ».

Source : La ville, toujours plus loin ? (Portraits du périurbain angevin). Aura 2012.

 
auteur(s) :

Frédéric Durdon

information(s) pédagogique(s)

niveau : 3ème, 2nde, 1ère STG

type pédagogique : leçon, étude de cas

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : Programme de 1ère STMG:
Thème: La France, population, mobilités et territoires

Sujet d'étude: Les mobilités à l'échelle d'une agglomération urbaine ou d'une région.

Programme de Seconde:
Thème 3: Aménager la ville
Question: Villes et développement durable
Problématique: Transport et mobilités

Programme de 3ème
Thème 1: De la ville à l'espace rural: un territoire sous influence urbaine.
Les aires urbaines
La très grande majorité des habitants de la France vit dans une aire urbaine. La croissance urbaine s'accompagne de l'étalement spatial des villes (périurbanisation) en lien avec une mobilité accrue des habitants.
Démarche: une grande question d'aménagement urbain.


ressource(s) principale(s)

bac pro 3ans.gif mises en ligne terminale bac pro 3 ans 16/05/2011
Rappel des mises en ligne effectuées concernant le nouveau programme de terminale bac pro 3 ans
programme terminale bac pro 3 ans Thomas Doublier
mobilite_pt.jpg les mobilités à l'échelle d'une agglomération urbaine: Angers 14/10/2012
Il s'agit ici d'aborder la question des mobilités et de ses conséquences à l'échelle d'un territoire: l'aire urbaine.
mobilité, aménagement, transport, aire urbaine Frédéric Durdon

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes