Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > ressources

connaître et utiliser des SIG étrangers pour un travail sur les frontières

mis à jour le 10/05/2016


Capture.JPG

comment les revendications territoriales et les dilemnes frontaliers se vérifient-ils avec les SIG ? L'exemple de la frontière sino-indienne est examiné.

mots clés : Frontières, SIG, revendications, territoires


Des SIG qui illustrent une vision de l'espace de pays connaissant des tensions frontalières

 

-    En Inde, le SIG Bhuvan : très simple et bien fait, illustre l'organisation fédérale du pays. Par défaut, la visualisation du territoire se fait par Etats et territoires. Un module de dessin existe. On trouvera également des portails annexes ouvrant sur des thématiques précises comme les sinistres.

-    En Chine, le SIG Tianditu (et GlobeLand, équivalent Google Map) n'offre pas de module croquis mais une base de données statistiques importante qui ramène un peu Tianditu aux Géoclips…
Une présentation de Tianditu existe sur EducTice tandis que Bhuvan peut être découvert sur le site de Géoconfluences.
Note :

Pour contourner la barrière de la langue, on peut utiliser le navigateur Chrome qui intègre le traducteur Google translate et traduit directement la page visitée. Cela fonctionne très bien avec le chinois. Les autres navigateurs, même s'ils offrent des capacités de traduction, n'offrent pas la même facilité d'utilisation.
 

Le cas de l'Arunachal Pradesh, un Etat indien revendiqué par la Chine


Situé au Nord-Est de l'Inde, l'Arunachal Pradesh est un Etat montagneux, terminaison orientale de l'Himalaya, principalement peuplé de communautés tibéto-birmanes. Lors de l'annexion du Tibet par la République Populaire de Chine en 1950, le territoire de l'Arunachal Pradesh a été naturellement revendiqué par Pékin. Lors de la guerre sino-indienne de 1962, la Chine annexe le territoire, un temps, et revient sur ses positions. Cet état de fait sera symboliquement fort.
 

Qu'observe-t-on sur les SIG chinois et indien ?

 
Vu de Chine, avec Tianditu :

La province d'Arunachal Pradesh est intégrée au territoire chinois. Des requêtes statistiques peuvent être faites. L'exemple montre ici des informations sur la densité de population. Cette province est tout simplement rattachée au Tibet et il n'est pas possible d'obtenir des informations de manière plus fine et pour cause !


Vu d'Inde avec Bhuvan :

l'Arunachal Pradesh est naturellement intégré au territoire fédéral indien. Le SIG permet des requêtes fines sur cet Etat et les infrastructures, comme les axes de communication, orientés N/S, ne sont pas montrés sur Tianditu. Ci-dessous, les deux grandes villes (Along et Daporijo) sont localisées et un zoom permet d'accéder à des informations locales.
 

La prise de position d'un SIG tiers : Google

 
Il semble intéressant de voir comment la firme Alphabet (propriétaire des outils Google et porteur d'un discours universaliste) traite ce problème des frontières au travers de ses différents portails :
- Les Etats-Unis avec Google.com
- L'Inde avec Google.in
- La Chine de Hong Kong avec Google.com.hk (la firme étant absente du reste de la Chine, elle s'est ancrée à Hong Kong, territoire dont le libéralisme est préservé).

   La situation de l'Arunachal Pradesh (AP) vue par :
 Google EU Google Hong Kong Google Inde
Les frontières de l'AP sont montrées en pointillées ce qui signifie "Frontières définies par un traité et frontières de facto" selon la terminologie de Google. L'AP est intégré à l'Inde.

A l'heure où Alphabet négocie avec la Chine pour un retour de Google.cn, il est probable que la firme américaine adaptera sa cartographie des frontières pour ne pas froisser le pays hôte, à l'instar de sa position en Inde. L'Arunachal Pradesh deviendra-t-il pour Google.cn une possession chinoise ? Cette variabilité de la réponse montre que l'accès d'une population aux services Google vaut bien quelques écarts...
 

Quelle utilisation en classe ?

 
La découverte comparée de SIG autour d'un problème de type ici géopolitique, permet d'amener les élèves à la critique de l'outil et à considérer qu'il peut être porteur d'un discours qui n'est en rien neutre.

Au collège, cela peut cadrer avec les attendus de la compétence "s'informer dans le monde du numérique" (domaines "connaître différents systèmes d'information, les utiliser" et "exercer son esprit critique sur les données numériques [...]").

Parallèlement, un travail autour des frontières peut être réalisé en classe de 3ème, en fin du thème 2 "Le monde depuis 1945", "Enjeux et conflits dans le monde après 1989" et amener ainsi la notion de territoire.

En lycée, ce travail peut avoir sa place dans la question « des cartes pour mieux comprendre le monde » du thème introductif "Clés de lecture d'un monde complexe" en Terminale.

Note : un article du journal Le Monde du 8 août 2016 élargit le problème à la Palestine.

A 4700 m d'altitude dans l'Arunachal Pradesh, la frontière Chine-Inde. L'inscription "Two old neighbouring civilizations" montre une autre forme d'opposition que celle purement géopolitique. (Source : Frontline.in).
 
auteur(s) :

Vincent FOLLIOT, Interlocuteur Académique au Numérique

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes