Contenu

philosophie

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > philosophie > focus

Sujets de philosophie du Bac 2018 STHR

mis à jour le 17/11/2018


vignette sujet 02

Sujets 2018 de la série STHR

mots clés : philosophie, sujet, bac, 2018, STHR


Séries Technologiques série STHR seulement


Énoncé des sujets

Sujet 1, dissertation : 
Qu’est-ce qui peut faire obstacle à mon bonheur ?


 
Sujet 2, composition :
Quel besoin avons-nous de chercher la vérité ?


Pour rédiger votre composition, vous répondrez de manière explicite, précise et développée aux questions suivantes, qui sont destinées à guider votre rédaction.

[A]
1. Comment définir un besoin ? Y en a-t-il de différentes sortes ? Donnez des exemples. Quelle différence de sens y a-t-il entre « besoin » et « désir » ?
2. Comment définir la « vérité » ? À quoi s’oppose-t-elle ?
3. À qui peut renvoyer le « nous » dans la question posée ?
4. Chercher quelque chose, qu’est-ce que cela suppose ?
5. Y a-t-il des situations dans lesquelles nous pourrions ne pas avoir besoin de chercher la vérité ? Donnez des exemples précis dans votre réponse.

[B]
1. En tenant compte de la distinction entre besoin et désir, expliquez en quoi le besoin de chercher la vérité peut s’opposer au désir de ne pas savoir.
2. Recherche-t-on la vérité pour elle-même ou comme un moyen en vue d’autre chose ?
3. Certaines vérités peuvent-elles être particulières alors que d’autres sont universelles ? Aurions-nous davantage besoin des unes que des autres ?
4. Dans quelle mesure la recherche de la vérité pourrait-elle être nuisible ?
5. Dans quelle mesure le besoin de chercher la vérité est-il un moteur de progrès ?

[C]
Donnez, à présent, les différentes réponses possibles à la question : « Quel besoin avons-nous de chercher la vérité ? ». Justifiez chacune d’elles dans un paragraphe développé et argumenté.

[D]
En tenant compte des éléments précédents et à l’aide de vos connaissances et de votre expérience, vous proposerez et justifierez de manière précise et développée la réponse qui vous paraît la plus pertinente à la question posée par le sujet. Vous ferez apparaître les raisons de votre choix ainsi que ce qu’il implique.



Sujet 3, explication de texte :

Expliquez le texte suivant :

   Dès qu’un contrat enferme quelque inégalité(1), vous soupçonnez aussitôt que ce contrat viole le droit. Vous vendez ; j’achète ; personne ne croira que le prix, fixé après débat et d’un commun accord, soit juste dans tous les cas ; si le vendeur est ivre tandis que l’acheteur est maître de son jugement, si l’un des deux est très riche et l’autre très pauvre, si le vendeur est en concurrence avec d’autres vendeurs tandis que l’acheteur est seul à vouloir acheter, si le vendeur ignore la nature de ce qu’il vend, livre rare ou tableau de maître, tandis que l’acheteur la connaît, dans tous les cas de ce genre, je dirai que le prix payé est un prix d’occasion (2) . Pourquoi? Parce qu’il n’y avait pas égalité entre les parties.
Qu’est-ce qu’un prix juste ? C’est un prix de marché public. Et pourquoi ? Parce que, dans le marché public, par la discussion publique des prix, l’acheteur et le vendeur se trouvent bientôt également instruits sur ce qu’ils veulent vendre ou acheter. Un marché, c’est un lieu de libre discussion.
Un tout petit enfant, qui connaît mal l’utilité relative des choses, et qui ne règle le prix que sur son désir présent, un tout petit enfant sera l’égal de l’acheteur le plus avisé, si seulement plusieurs marchands offrent publiquement à plusieurs acheteurs la chose que le petit enfant désire. Je n’en demande pas plus. Le droit règne là où le petit enfant, qui tient son sou(3) dans sa main et regarde avidement les objets étalés, se trouve l’égal de la plus rusée ménagère.
On voit bien ici comment l’état de droit s’opposera au libre jeu de la force. Si nous laissons agir les puissances, l’enfant sera certainement trompé ; même si on ne lui prend pas son sou par la force brutale, on lui fera croire sans peine qu’il faut échanger un vieux sou contre un centime neuf. »

ALAIN, Propos sur les pouvoirs (18 octobre 1907)

(1) « enferme quelque inégalité » : dissimule une forme d’inégalité.
(2) « d’occasion » : de circonstance.
(3) On appelait autrefois « sou » une pièce de monnaie d’une valeur de cinq centimes. Pour expliquer ce texte, vous répondrez de manière explicite, précise et développée aux questions suivantes, qui sont destinées à guider votre rédaction.

[A]
1. Qu’est-ce qui définit un « contrat » ? Dans le texte, de quelle sorte de contrat est-il question ?
2. Comment Alain caractérise-t-il, dans ce texte, « l’inégalité » contenue dans un contrat ? Pour ce faire, il expose des situations diverses : lesquelles ? Que permettent-elles de montrer ?
3. Alain définit le « prix juste » comme « un prix de marché public » : qu’est-ce dans ce texte qu’un « marché public » et pourquoi définit-il le « juste prix » ?
4. Pourquoi Alain choisit-il l’exemple de l’enfant ? De quoi l’enfant est-il ici le symbole ?
5. Qu’est-ce que « l’état de droit » ? En quoi s’oppose-t-il au « libre jeu de la force » ?

[B]

1. Expliquez la phrase : « Le droit règne là où le petit enfant, qui tient son sou dans sa main et regarde avidement les objets étalés, se trouve l’égal de la plus rusée ménagère. »
2. En vous aidant des éléments précédents, dégagez l’idée principale du texte ainsi que les étapes de son argumentation.

[C]
1. Pourquoi, selon Alain, « la discussion publique » garantit-elle la justice des échanges ?
2. À la lumière de vos connaissances, de votre expérience et de vos lectures, et en tenant compte du texte d’Alain, cherchez à déterminer les conditions d’émergence d’un marché équitable. Quelles sont, selon vous, les moyens dont nous disposons pour garantir son établissement et le préserver ?



Série STHR.


Énoncé des sujets

Sujet 1, dissertation :
Avoir de l’expérience, est-ce suffisant pour savoir ce qui est vrai ?
 

 
Sujet 2, composition :

Une contrainte peut-elle être légitime ?


Pour rédiger votre composition, vous répondrez de manière explicite, précise et développée aux questions suivantes, qui sont destinées à guider votre rédaction.

[A]
1. Qu’est-ce qu’une contrainte ? En existe-t-il de différentes sortes ? Donnez des exemples.
2. Aurait-on quelque chose à gagner à exercer certaines contraintes ? À en
subir ? De quelle nature en serait le bénéfice ?
3. Que signifie « légitime » ? Cela veut-il dire la même chose que « légal » ?
4. Pourquoi le fait d’envisager une « contrainte légitime » est-il paradoxal ?

[B]
1. Qu’est-ce qui différencie une « contrainte » d’une « obligation » ? Une
obligation est-elle plus légitime qu’une contrainte ?
2. Quel est le rôle des lois dans la vie sociale ?
3. Pour exister vraiment, la liberté doit-elle ne rencontrer aucun obstacle ?

[C]
Donnez, à présent, les différentes réponses possibles à la question : « Une
contrainte peut-elle être légitime ? ». Justifiez chacune d’elles dans un paragraphe développé et argumenté.

[D]
En tenant compte des éléments précédents et à l’aide de vos connaissances et de votre expérience, vous proposerez et justifierez de manière précise et développée la réponse qui vous paraît la plus pertinente à la question posée par le sujet. Vous ferez apparaître les raisons de votre choix ainsi que ce qu’il implique.


 
Sujet 3, explication de texte :

Expliquez le texte suivant :

   L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l’une a intérêt
d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels.
Mais si l’esprit de commerce unit les nations, il n’unit pas de même les particuliers. Nous voyons que, dans les pays où l’on n’est affecté que de l’esprit de commerce, on trafique (1) de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l’humanité demande, s’y font ou s’y donnent pour de l’argent.
L’esprit de commerce produit dans les hommes un certain sentiment de justice exacte, opposé d’un côté au brigandage, et de l’autre à ces vertus morales qui font qu’on ne discute pas toujours ses intérêts avec rigidité et qu’on peut les négliger pour ceux des autres.
La privation totale du commerce produit au contraire le brigandage, qu’Aristote(2) met au nombre des manières d’acquérir. L’esprit n’en est point opposé à (…) certaines vertus morales : par exemple, l’hospitalité, très rare dans les pays de commerce, se trouve admirablement parmi les peuples brigands.

MONTESQUIEU, De l’Esprit des lois (1758)

(1) « Trafiquer » signifie « commercer » et n’a aucun sens péjoratif.
(2) Philosophe grec du IV° siècle av. J.-C., auteur, entre autres, d’ouvrages de politique et d’économie

Pour expliquer ce texte, vous répondrez de manière explicite, précise et développée aux questions suivantes, qui sont destinées à guider votre rédaction.

[A]
1. Qu’est-ce qui fait que les nations qui négocient se rendent réciproquement
dépendantes ?
2. S’agissant des effets du commerce, quelle différence Montesquieu permet-il
d’établir entre ce qui se produit pour les nations et ce qui se produit pour les individus particuliers ?
3. Pourquoi le commerce produit-il entre les hommes un « certain sentiment de
justice exacte » ? Sur quoi repose cette exactitude ?
4. Qu’est-ce que « le brigandage » et pourquoi n’est-il pas, pour Montesquieu,
opposé à certaines vertus morales ?

[B]

1. Selon Montesquieu, à quoi la « justice exacte » est-elle opposée (notamment
dans le troisième paragraphe du texte) et pour quelles raisons ?
2. En vous aidant des éléments précédents, dégagez l’idée principale du texte
ainsi que les étapes de son argumentation.

[C]
1. Que se produit-il lorsque tout ce que font les hommes devient l’objet d’un
commerce ?
2. À la lumière de vos connaissances, de votre expérience et de vos lectures, et
en tenant compte du texte et des arguments de Montesquieu, vous
examinerez pour quelles raisons l’intérêt mutuel et les bénéfices de ceux qui
commercent ne suffisent pas à les rendre « bons » ou « justes ». Vous
tiendrez compte aussi bien des dimensions individuelles que des dimensions
collectives et sociales, de la question.

Série STHR


Deux autres énoncés de sujet pour cette série, session 2018

Troisième lot de sujets

Quatrième lot de sujets
 

information(s) pédagogique(s)

niveau : Terminale

type pédagogique : sujet d'examen

public visé : enseignant, élève

contexte d'usage : non précisé

référence aux programmes : philosophie, bac, sujets, 2018

haut de page

philosophie - Rectorat de l'Académie de Nantes