Contenu

éducation artistique et action culturelle

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > action culturelle > pratiques

le Goncourt des Lycéens 2009 au lycée Carcouët (Nantes)

mis à jour le 20/10/2009


gdl2009.jpg

Les élèves de première L participent au Goncourt des Lycéens 2009 avec Frédéric Palierne, leur professeur de lettres et avec le concours de Sigrine Delmon et Ghislaine Denayer, professeurs documentalistes.

mots clés : lecture critique, lecture, prix littéraire, Goncourt


un regard de critique littéraire...




Les élèves de première L sont investis dans le travail de lecture des 14 romans goncourables.
Une occasion pour travailler avec un journaliste à l'élaboration de critiques journalistiques et de « brèves » littéraires.
Des échos sur le site du lycée.
 

quelques chroniques de livres


le livre qui fait profil bas



Le nouveau livre de Fottorino : son témoignage sur la mort de son père. Fottorino ne sort pas, pour cette rentrée littéraire, sa plus belle écriture.
L'homme qui m'aimait tout bas... Michel Fottorino s'est donné la mort, un an auparavant. Son fils adopté, mais son fils, Éric, anéanti, nous témoigne ici, ses souvenirs, sa tristesse. Il évoque son passé avec son père. Son présent, son deuil, ses remords. Son futur. la question pourrait se poser : à qui s'adresse l'auteur ? A son père ?  A ses filles ? A lui même ? On s'y sent peu concerné. Son incohérence, implique l'incertitude de ses mots, l'absence de ses maux. On lui connaissait jusque là, une plus grande richesse d'écriture.
Comme nous tous pouvons le connaître, son livre évoque la complexité du deuil.
N'était t il pas trop tôt pour Fottorino d'écrire sur son père ?

Rebecca E.

Métro, boulot, dodo...


Delphine de Vigan, « les heures souterraines » (JC Lattès)

Résumé

Mathilde, la quarantaine, veuve qui vit avec ses trois garçons, travaille dans une entreprise où tout a changé depuis que son supérieur l'a mise de côté.  Thibault, un jeune médecin fou amoureux de Lila, sa compagne, qui ne partage pas ce sentiment. Un amour non partagé qui va l'obséder ...

Qualités et défauts

Ce qui est touchant, c'est la situation de Mathilde : une femme déprimée par cette ambiance au travail, qui n'a plus rien à faire dans cette entreprise. Son supérieur, Jacques, la harcèle moralement parce qu'elle l'a contredit lors d'un débat. Elle doit s'occuper seule de ses enfants. Elle ne mérite pas de subir cela car c'est quelqu'un de bien.                                                                                         
C'est un contexte très contemporain : Inciter des employés à démissionner en les détruisant moralement, les poussant parfois au suicide. Au niveau de l'écriture, les phrases sont courtes, ce qui donne une certaine vivacité au texte.
Malgré ce contexte intéressant, il est dommage que l'on ne parle pas beaucoup de la vie de Thibault : le récit de sa vie est assez court, contrairement à celui de Mathilde où il y a trop de détails et peu d'évènements et peu de rebondissements : on parle toujours de la même chose, elle s'ennuie, elle déprime, elle n'a rien à faire.                                                                                        
La vie de cette femme est tellement ennuyeuse que l'histoire finit par le devenir aussi.

Mylène F.
 

une histoire intéressante et un personnage émouvant


Un témoin parfait de JAN KARSKI

Varsovie, 1942, la Pologne est dévastée par les nazis et les soviétiques.
Jan Karski,  jeune officier  polonais durant la second guerre mondiale. Ayant rejoint la résistance, il est amené en 1942 à entrer deux fois dans le ghetto de Varsovie . Il en observe les horreurs pour les transmettre aux alliés et les persuader d'intervenir.
L'histoire est réelle. Ecrite avec un vocabulaire assez facile, surtout  une histoire bien menée car Yannick Haenel cherche vraiment à traduire le plus sincèrement possible les sentiments de Karski. On se met à la place du personnage : on souffre, on a envie de se révolter  et on admire son courage. L'écriture précise, descriptive renforce  l'empathie pour ce personnage.
Le roman ne nous laisse pas indifférent  même si on croyait tout connaître sur ce génocide, sur les victimes juives de l'idéologie nazie antisémite, sur les alliés. Et nous pose des questions sur l'homme et sa barbarie. Ici Yannick Haenel nous apprend beaucoup sur le peuple polonais, en particulier sur le personnage de   jan Karski et son parcours  incroyable : « Lorsque les soviétiques m'avaient fait prisonnier, j'avais sauté d'un train en marche. Lorsque les nazis me torturaient, je m'étais enfui d'un hôpital. Chaque fois, dans les pires conditions j'avais réussi à m'évader. »
 Yannick Haenel, en écrivant ce livre, voulait surtout rendre hommage à ce résistant polonais :   Jan Karski, et en même temps dénoncer tous les crimes commis contre l'humanité par les nazis et les soviétiques.

Isabelle G.

à l'ombre des souvenirs


La lumière et l'oubli de Serge Mestre

En Espagne dans les années 1950. Esther et Julia, quatorze et dix-huit ans, sont  transférées de force d'un couvent à l'autre. Par chance, elles réussissent à s'enfuir.
35 ans après on les retrouve sur des chemins différents. L'une essaye d'oublier cette période tandis que la souffrance de l'autre reste intacte. Le couvent, était une prison dirigée par des religieuses strictes. Ensuite leurs retrouvailles les amènent à raconter leur période de « cavale », leurs peines, leurs séparations avec des êtres chers ; la mort surtout qui fait partie de leur histoire mais aussi des rencontres parfois inattendues qui donnent à ce livre une touche d'émotion supplémentaire.
En revanche la répartition des chapitre est assez inattendue, chacun correspondant à une année, à un moment différent  de l'histoire. Il est donc  parfois difficile de s'y retrouver dans les différentes périodes. La narration chronologique de ce roman y est plutôt confuse
Ce qui ressort de ce livre est le lien d'amitié très fort entre Esther et Julia. Elles ne se connaissent pas mais leur fuite ainsi que toutes ces années passées ensemble en font des personnages touchants et attachants.  Même si c'est une fiction, le contexte historique du livre ainsi que le style de l'auteur laisse une impression de vérité.

Anissa O.

de la délicatesse parmi la tristesse


La Délicatesse de David Fœnkinos (Gallimard)

La délicatesse... ou la vie sentimentale de Nathalie, une jeune et jolie femme d'une trentaine d'année. Elle vient de perdre son mari accidentellement et  travaille dans une entreprise. Nathalie connait un certain succès auprès des hommes, notamment auprès de Charles, le dirigeant de l'entreprise. Mais elle ne veut pas de lui... Un jour, Markus, un employé suédois, entre dans son bureau, Nathalie l'embrasse spontanément. Pour Markus, c'est une illumination, il tombe amoureux mais pour Nathalie ce geste reste inexplicable. Il devra faire preuve de beaucoup de délicatesse et d'humour pour séduire la jolie Nathalie qui se rendra compte de sa vraie personnalité.
Ce livre est plaisant, son histoire intéressante, il se lit facilement. L'auteur utilise l'humour et l'originalité. Le personnage principal de l'histoire, Nathalie, est attachante car elle a une vie sentimentale difficile tout au long du livre. Malgré ses problèmes personnels, elle s'en sort par ses propres moyens.

Alexandra D.
 

Des Prix littéraires en Allemagne


Une élève allemande scolarisée au lycée nous parle des Prix littéraires décernés en Allemagne.
La plus prestigieuse distinction littéraire en Allemagne est le Prix Georg Büchner.
Il a été créé en 1923 par l'Etat de Hesse en l'honneur du poète et révolutionnaire Georg Büchner (p.E. Lenz).
Depuis 1951, avec  40 000 Euro, ce prix est décerné par l'Académie allemande de la langue et de poésie de Darmstadt (Deutsche Akademie für Sprache und Dichtung). Il est réserver aux les auteurs qui émergent à travers leurs œuvres et qui ont une part significative dans la formation de la vie culturelle allemande.
En 2008, l'auteur autrichien Josef Winkler l'a gagné avec son œuvre « Menschenkind ». Dans des livres autobiographiques il raconte son enfance dans une famille catholique et conservatrice et les liées la vie difficultés  de l'homosexualité.
En 2009 l'autrichien Walter Kappacher a remporté le prix avec se livre « Fliegenpalast ». Là, il parle d'un auteur, qui cherche en vain la grande créativité poétique de son enfance heureuse.

Un deuxième grand prix littéraire est le Prix Kleist.
Heinrich von Kleist vivait à la fin du 18ième siècle et il était dramaturge, conteur, poète, journaliste et patriote.
En 1912, le prix Kleist est décerné pour la première fois à l'occasion de son 101e anniversaire de sa mort.
Il existe pour encourager les jeunes écrivains et est doté de 20 000 Euro.
En 2008, le prix a été décerné à Max Goldt. Avec ses  jeux de mots, sa perspicacité et son discernement esthétique il a convaincu le jury.
En 2009, c'était Arnold Stadtler, qui était nommé par un lauréat antérieur du Prix Kleist.
Ses œuvres influencées en partie par sa vie sont souvent jouées dans son pays natal. Le thème en est souvent l'apparence d'un paysan et l'influence catholique d'une région dans le sud de l'Allemagne.

Désaccord dans l'attribution de Prix Heinrich Heine en 2006
Le troisième prix le plus important en Allemagne est le Prix Heinrich Heine. Organisé par la ville de Düsseldorf, il est remis tous les deux ans.
 Il est réservé à l'auteur d'une œuvre qui « aura su défendre ou promouvoir les idéaux chers à Heine, tels que la protection des droits de l'homme, la foi dans le progrès social et politique et le fait de servir la compréhension entre les peuples ou la reconnaissance d'une culture commune et égale à tous les hommes. »
En 2006 c'était le 150ième anniversaire de la mort de Heinrich Heine. Cette année là le jury a choisi,  Peter Handke qui est  écrivain, traducteur, scénariste et réalisateur autrichien. Mais la majorité du conseil de la ville Düsseldorf étaient contre la décision à cause de son point de vue sur les guerres de Yougoslavie. Puis Handke a écrit une lettre de refus du prix.
Deux ans après le scandale a été oublié et un nouveau gagnant devrait être choisi. Amos Oz. Un écrivain israélien, auteur de nombreux romans, nouvelles, d'essai, recueils et livres pour enfants.
Il fut loué par le jury pour son souci de dialogue entre Israéliens et Palestiniens. On a dit qu'il rappelle Heine par sa créativité et son engagement.  
Le prix Heinrich Heine et le prix Joseph Breitbach sont doté de 50 000 Euro ce qui en fait les plus riches prix littéraires en Allemagne.
Le prix Joseph Breitbach attribués depuis 1998 par l'Académie des Sciences et Lettres, à Mayence et ont réservés par la fondation de Joseph Breitbach pour les écrivains allemands. Il est décerné pour des œuvres de genres littéraires (littérature narrative, drame, poésie).
Marcel Beyer, le gagnant de 2008, est un auteur de poésie, d'essais et de romans. Ses livres qui sont concentrés sur l'histoire allemande, surtout sur le 3ième Reich.
La lauréate en titre est Ursula Krechel. Ses œuvres traitent souvent de la subjectivité des femmes et du surréalisme.

Dernière minute : 08/10/2009

 Le prix Nobel de littérature décerné cette année à Herta Müller, une romancière allemande d'origine romaine. Dans ses livres elle élève la voix contre la dictature communiste. Elle, qui a vécuplus de 30 ans sous une dictature dans un village roumaine-allemande.
  C'est le troisième prix Nobel en 10 ans pour un auteur de langue allemande, après Günter Grass (1999) et Elfriede Jelinek (2004).

Maïke
 
contributeur(s) :

Frédéric Palierne, professeur de lettres

information(s) pédagogique(s)

niveau : 1ère L

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, espace documentaire

référence aux programmes :

ressource(s) principale(s)

GDL08.gif participer au Goncourt des Lycéens 20/11/2017
Chaque année, des classes de lycéens participent au Goncourt des Lycéens en relation avec les magasins FNAC de proximité (Angers, La Roche S/Yon, Le Mans, Nantes).
lecture, jury littéraire, lecture critique, prix littéraire
GDL08.gif participer au Goncourt des Lycéens 16/09/2021
Chaque année, des classes de lycéens participent au Goncourt des Lycéens en relation avec les magasins FNAC de proximité.
lecture, jury littéraire, lecture critique, prix littéraire

haut de page

éducation artistique et action culturelle - Rectorat de l'Académie de Nantes