Contenu

éducation musicale

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > éducation musicale > accueil

exercer sa responsabilité individuelle dans un cadre collectif dans un contexte polyphonique et improvisé

mis à jour le 09/11/2013


vignette mutualisation

proposition de situations d'évaluation et d'apprentissage permettant à l'élève d'ajuster sa voix dans un cadre collectif  dans un  contexte polyphonique et improvisé

mots clés : évaluation, polyphonie, voix, justesse, accord, interprétation


Objectifs poursuivis


  • Faire travailler la classe en polyphonie
  • Intégrer les élèves qui « chantent faux » et/ou qui bourdonnent (n'exclure personne)
  • Améliorer la perception
  • Aboutir progressivement à de courtes créations.  

Présentation

Les situations d'apprentissage tendent à ce que l'élève apprenne à maîtriser sa voix dans un contexte de plus en plus complexe mais très progressif.

Disposition de départ: les élèves sont debout autour du clavier.

Nombre d'élèves : une 1/2 classe mais c'est envisageable avec un grand groupe, dans le cas d'une 1/2 classe les autres élèves doivent être en autonomie sur un autre travail.

Il est possible de montrer dès le départ le cheminement poursuivi et de présenter les modalités d'évaluation (en fait une autoévaluation, complétée par le regard de l'enseignant)

Exemple de progression


Etape I - sur une syllabe choisie (Tau-Bi- Vou- Lu- etc...) le groupe chante une note tenue, chacun devant resté maître de sa voix dans le groupe. Il est important de ne pas donner d'exemple car les élèves auront toujours tendance à chanter la hauteur de l'exemple (sauf à en donner beaucoup pour brouiller les pistes).

A partir de l'agrégat obtenu, on peut multiplier les demandes, le groupe doit par exemple:

o    pouvoir répéter à volonté le même agrégat (maîtrise de chacun)

o    le groupe doit pouvoir tenir l'agrégat assez longtemps, les élèves doivent donc reprendre leur respiration et être capable de rechanter le même son.

o    Faire varier la hauteur de l'agrégat, changement de registre (grave, médium, aigu)

o    Faire varier l'intensité

o    Possibilité de combiner registre/intensité

Prolongement possible de cette étape  (et qui constitue quasiment un aboutissement à part entière), à réaliser avec 8 élèves maximum:

·         lorsque l' agrégat est bien installé (hauteurs variées et répétitions acquises), on peut désigner un élève qui devra chanter une nouvelle note, à charge pour lui de penser que cette nouvelle note vaaméliorer la sonorité de l'ensemble. Lorsque cet exercice fonctionne, on peut aller relativement loin, et faire changer plusieurs notes, le résultat conduit presque inéluctablement à un accord parfait.

Quelques précautions: demander à l'élève (au moins pour les deux /trois premiers) de ne pas chanter le son de leur voisin immédiat. 

Etape II (1/2 classe) - toujours en partant d'une syllabe choisie, les élèves doivent chanter un son tenu, son perçu dans un accord joué par le professeur au clavier. Un son « synthétiseur» peut s'avérer utile pour permettre aux élèves de « balayer » longuement les sons. En général, tous ont tendance à chanter la fondamentale de l'accord. Cet exercice doit donc se décliner largement pour éviter ce piège.

On peut en profiter pour parler de l'accord parfait, l'attirance naturelle de l'oreille sur les sons extrêmes et notamment sur le son fondamental.

On peut aussi retarder cette explication et leur demander de trouver un autre son, avec un peu de temps ils arrivent à chanter plusieurs sons différents. Certains n'y arrivent pas ou chantent le même son en l'octaviant (dans ce cas, presque toujours la fondamentale), d'autres chantent systématiquement le son le plus aigu donné par le clavier. On peut alors leur jouer une hauteur qu'ils doivent essayer d'intégrer...

Pour éviter le « piège » de l'attraction du son fondamental, on peut jouer un accord renversé éventuellement avec une septième ou tout autre accord plus complexe, les réponses du groupe sont alors souvent plus variées dès le départ.

Pour l'élève, il est important qu'il prenne conscience de ce qu'il réalise: je suis capable de chanter un son contenu dans un accord, je suis capable de le changer etc...

Etape III Il s'agit en fait de l'étape deux mais élargie, les élèves doivent s'adapter aux changements d'accords, trouver un chemin vocal sur une grille d'accord.

A partir de ce moment de l'apprentissage, il faut gérer plusieurs difficultés:

§  attendre pour chaque changement d' accord que les élèves puissent se stabiliser

§  éviter que les élèves ne chantent que des mouvements descendants (pour cela, une seule solution: ne pas descendre plus de deux fois mais cela demande une grande rigueur de l'élève et... du prof!! censé contrôler tout ce qui ce passe!!)

Etape IV Il s'agit d'un élargissement de l'étape III avec un support littéraire auquel on aura adjoint une structure rythmique et harmonique. Tout est possible.....

Ex: Le sanglots longs des violons de l'automne

Mi m                                                           La m (+sixte M ajoutée)

Blessent mon cœur d'une langueur monotone.

Si M7                                                         Mim (+ 7eme m + 9ème M)

 
auteur(s) :

Remy Arnaud

information(s) pédagogique(s)

niveau :

type pédagogique : préparation pédagogique, scénario, séquence

public visé : non précisé, enseignant

contexte d'usage : classe, milieu professionnel

référence aux programmes :

fichier joint

information(s) technique(s) : tableaux d'auto évaluation du travail vocal

haut de page

Pour faire un lien, saisissez l'adresse complète du site web (http://www.siteweb.fr) ou du mail.


écoutez le mot à saisir

éducation musicale - Rectorat de l'Académie de Nantes