Contenu

lettres-histoire

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres-histoire > bibliothèque

bibliothèque

interroger et manipuler un texte: comment lire, analyser et interpréter ?

plus-value d’une modalité de lecture : la lecture analytique.

vignette lecture analytique

Nous proposons ici une approche possible de mise en œuvre d’une lecture analytique en classe de baccalauréat professionnel.

Il ne s'agit en aucun cas d'une vulgate mais de pistes possibles pour accompagner les enseignants dans la pratique de cette modalité de lecture. Cette fiche-conseil ne saurait se substituer aux Ressources pour faire la classe, publiées sur Eduscol dont la lecture est fortement recommandée. 

À quoi sert-elle ?

-    À construire du sens
-    À confronter des interprétations
-    À émettre des hypothèses de lecture
-    À échanger, à confronter et à oraliser
-    À questionner le texte (démarche réflexive)
-    À préparer l'épreuve du Bac (Compétences de lecture)

Démarche possible de l'enseignant :                                                     un exemple de lecture analytique

-imaginons lecture analytique Il doit choisir son texte au sein du corpus en sachant que tout texte n'invite pas à une lecture analytique. Le texte doit être résistant et présenter un intérêt littéraire.
- Le texte doit être présenté sans titre de séance.
- La préparation du texte en amont doit être approfondie (en effet, il faut se préparer à toutes les interprétations possibles qui vont émaner des élèves). Les manuels et/ou livres pédagogiques peuvent être une aide mais ne suffisent pas.
- Il doit effectuer une première lecture du texte devant les élèves (c'est elle qui donne déjà du sens au texte).
- Il doit accepter les interprétations erronées puisque c'est la lecture analytique qui permettra de confirmer ou d'infirmer les hypothèses de sens.
- Il peut utiliser la partie gauche du tableau de la classe qui lui sert ainsi à noter TOUTES les impressions de lecture, les hypothèses de sens que lui donnent les élèves, en conservant les termes utilisés (ce ne sont parfois que des mots). Il se place un moment en « un secrétaire de séance » afin de noter les propositions des élèves. Il invite à la relecture si peu d'impressions émergent.
- La partie droite du tableau de la classe peut être  utilisée pour recouper, confirmer, infirmer des hypothèses par des relevés, des preuves que lui offrent les élèves. Ces preuves sont des extraits du texte, des exemples, des relevés de procédés...C'est là qu'apparaissent les axes de lecture.
- L'enseignant recueille la parole des élèves, la distribue et questionne sur la légitimité des hypothèses de sens avancées.
- L'enseignant doit accepter que «  tout ne soit pas dit » (il y a parfois confrontation avec ce qu'il avait lui-même préparé).         IL EST ACTEUR DE LA LECTURE

Ce n'est pas :

- un texte présenté avec des questions            
- qu'un cours dialogué                                     
- une lecture linéaire                                        
- de la paraphrase
- une réponse à « qu'a voulu dire l'auteur ? »
- un relevé de procédés d'écriture

Groupe ressources lettres-histoire de l'académie de Nantes

Ressources associées :

 

haut de page

lettres-histoire - Rectorat de l'Académie de Nantes