Contenu

philosophie

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > philosophie > focus

La paix entre justice et force, Jacques Ricot

mis à jour le 25/07/2007


vignette ricot philosophie

Ne peut-on et doit-on pas travailler à établir une éthique et même une politique de la non-violence qui mettraient au service du droit une force qui ne serait pas violente, ce qui semble bien se mettre en place aujourd'hui dans la régulation sociale des démocraties modernes, tout en n'excluant pas l'usage de la force violente en dernier recours ?

mots clés : philosophie, politique, justice, guerre, paix, ricot


Compte rendu


Merci, Jacques Ricot, pour cette instructive et donc stimulante méditation sur la paix.

Vous commencez par rappeler les deux sens du mot paix : la quiétude passive du pacifiste et l'intranquillité active du pacifique, et par indiquer que la paix est un bien sinon le souverain bien.

Puis, en compagnie de Pascal, vous vous interrogez sur les rapports de la justice et de la force qui seraient susceptibles de fonder réellement la paix, en référence historique au contre-exemple par excellence que constitue « l'esprit de Munich » ou encore l'appeasement. En référence à Alain, vous nous faites remonter aux racines philosophiques d'un tel pacifisme, qui repose sur la thèse de l'incommensurabilité entre droit et force, qui s'excluent logiquement, ce qui empêche qu'on les articule en donnant au droit la force de son exécution (contrairement à ce que demande et établit Pascal). A quoi s'ajoute la critique indistincte de tous les pouvoirs comme étant intrinsèquement despotiques, ce qui banalise le pouvoir totalitaire et désamorce la résistance qu'on doit lui opposer.

Contre un tel pacifisme, qui repose sur une séparation stricte de la force et du droit, il faut donc revenir à Pascal, qui partage l'anthropologie pessimiste de Hobbes considérant que les hommes sont naturellement méchants, ce qui nécessite l'établissement d'un état de droit qui confisque la force pour la mettre au service de la paix civile, comme Max Weber le retiendra en accordant à l'Etat le monopole de l'exercice de la force et même de la violence légitime.

Pour éviter qu'un tel état de droit n'administre un désordre établi ou encore une paix injuste car contrainte voire violente, il faut sans cesse se référer à l'esprit de la démocratie et surtout à l'esprit républicain, dites-vous, en médiatisant et même soumettant l'exercice du pouvoir à l'autorité du débat public qui institue la loi. Mais subsiste encore une difficulté majeure puisque, de façon réaliste, il faut bien reconnaître avec Pascal que la force précède la justice, qui risque bien alors de n'en être que l'instrument, ce qui peut être évité si l'on prend bien en compte que la force elle-même ne peut se maintenir qu'en étant légitimée par le droit, comme il arrive dans « la guerre juste ».

Mais ne peut et doit-on pas travailler, demandez-vous, à établir une éthique et même une politique de la non-violence qui mettraient au service du droit une force qui ne serait pas violente, ce qui semble bien se mettre en place aujourd'hui dans la régulation sociale des démocraties modernes, tout en n'excluant pas l'usage de la force violente en dernier recours ? Mais afin d'œuvrer ainsi réellement à la paix civile et à la paix mondiale, il faut, dites-vous enfin, toujours envisager, de façon préventive pourrait-on dire, un devoir de repentance qui mériterait un véritable cérémonial pour civiliser un tel recours à la force.

Elémants du débat


Le conférencier ayant fait un usage distinct (différencié) des notions de force et de violence pour échapper à l'opposition frontale d'un pacifisme idéaliste (qui se condamne à l'impuissance en refusant de mettre la force au service du droit) et d'une anthropologie réaliste (dont le pessimisme condamne les hommes aux rapports de force), ce qui dans les deux cas empêche l'établissement d'une paix à la fois juste et forte, la question est d'emblée posée de savoir si l'on peut réellement distinguer la force et la violence et, si oui, en quels sens exactement. Le conférencier tient alors qu'il faut réserver, surtout en politique, la notion de violence à la désignation d'une contrainte physique qui s'exerce par et sur le corps, et s'interdire un usage métaphorique trop extensif de cette notion qui irait jusqu'à parler d'une « violence symbolique » (qui s'exercerait par et sur l'esprit), car sinon toute contrainte ou même influence psychique risquerait d'être systématiquement soupçonnée d'être une violence et donc de se retrouver délégitimée comme telle, comme cela apparaît exemplairement aujourd'hui dans la critique sociologique de l'école, qui confine à la destitution de toute autorité intellectuelle et morale, qui pis est au nom de la « justice ».

Une assez longue intervention remercie alors le conférencier de la quasi-totalité de son propos tout en visant à remettre en perspective le statut de la référence centrale qui y est faite à la pensée de Pascal : « Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste. » (Justice,force, Pensée 103 L.-298 B.) Ce texte serait moins à lire comme celui d'un historien ou encore d'un anthropologue, aux propos desquels il faudrait alors accorder un sens littéral substantiel (justifiant le droit du plus fort en référence à la méchanceté foncière des hommes), que comme celui d'un axiomaticien géomètre qui distingue et articule les thèses possibles à propos des rapports de la force et de la justice selon une stratégie argumentative dirigée contre les demi-habiles, dont la demi-science (sociologique notamment) en fait des révolutionnaires qui en appellent, contre l'ordre établi, à la justice en ce monde (ce qui est illusoire, au mieux, et mensonger, au pire), alors que la vraie science politique doit rompre avec l'antique question de « la meilleure forme de gouvernement » et le souci médiéval du « bon roi », afin de faire l'économie de la guerre civile, qui est le plus grand des maux, et d'attendre le royaume de la justice, qui n'est pas de ce monde comme nous l'apprend la science vraie des chrétiens. Le conférencier dit alors « rendre les armes » sur la totalité d'un tel propos (issu d'un cours professé par son auteur), tout en précisant que sa référence à Pascal ne fait ici qu'accompagner (sans le fonder) son propre propos, comme l'indique le titre de son exposé. Mais pour ce qui est du fond du problème des rapports de la force et de la justice, il tient à redire son désaccord avec la position d'Alain qui, refusant de penser que la justice puisse et doive être forte, a plié devant une force qui se prétendait juste, contrairement à Mounier, par exemple, qui a su résister, dès le début, au fait accompli de la force brutale.

Le débat se trouve alors infléchi par une question qui objecte à l'assimilation des notions de droit et de justice, équivalence qui ne se trouve autorisée, au mieux, que par l'état de droit démocratique intra-national, mais qui justifie les pires violences au niveau international, où le droit exprime en les masquant les emplois les plus brutaux de la force, mettant ainsi à mal l'universalité du genre humain : la solution ne serait-elle pas alors de faire de la paix, en et par elle-même, le souverain bien (comme Crucé, qui serait le véritable inspirateur de l'Organisation des Nations Unies, et non pas Kant) ? Ce à quoi le conférencier répond que le projet de « paix par le droit » est bien d'inspiration kantienne, comme en témoigne le Projet de paix perpétuelle (1795) et la référence rectrice qu'y fait W. Wilson pour la fondation de la S.D.N., et que si la paix est bien l'objectif de l'O.N.U. ce n'est que pour autant qu'elle est subordonnée à la dignité de l'homme (comme le dit l'article 1 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948). Cela fonde l'équivalence du droit et de la justice puisqu'alors il s'agit du droit moral de l'homme, auquel le droit politique du citoyen doit lui-même être conforme pour prétendre valoir, ce qui pourrait justifier la résistance à l'oppression (exercée par l'état de droit établi) en référence à la justice.

Mais alors la question est posée de savoir sur quoi fonder un tel droit de résistance en nos temps démocratiques, où l'oppression tout comme la résistance qu'elle autoriserait tendent à se banaliser, du fait notamment que l'Etat préside lui-même à la redistribution sociale des richesses économiques. Le conférencier en revient alors, pour contrer un désordre établi ou une paix injuste, à la nécessaire référence à l'esprit démocratique ou plutôt républicain, seul susceptible de combattre un « despotisme démocratique » (Tocqueville) qui aliène les « droits formels » de participation de tous et de chacun à la formation et même à l'exécution de la volonté générale par la médiation du débat public, au nom d'une gestion des « droits sociaux » qui réduit les citoyens au statut d'administrés. Ne serait-il pas urgent alors, pour contrer une telle « illusion démocratique », qui préside aujourd'hui au désordre établi ou à une paix injuste (au niveau international notamment), d'œuvrer à une refondation républicaine de la démocratie en rectifiant le prétendu droit du plus fort en référence à la force du plus droit ?

Rédacteur (de la synthèse) : Joël Gaubert

L'auteur


Jacques Ricot
 
auteur(s) :

Joël Gaubert

contributeur(s) :

Société Nantaise de Philosophie

information(s) pédagogique(s)

niveau : Terminale, enseignement supérieur, classes préparatoires

type pédagogique : connaissances, leçon

public visé : enseignant, élève, étudiant

contexte d'usage : non précisé

référence aux programmes : La politique, La société, La justice et le droit, L'État

ressources associées

vignette menissier philosophie Guerre et conflictualité dans la pensée de Machiavel, Thierry Ménissier 20/07/2007
Dans son examen de la politique, Machiavel accorde un rôle fondamental à la guerre. Mais il est nécessaire d'enrichir d'emblée le vocabulaire. Il y a en fait ...
philosophie, politique, guerre, paix, machiavel, menissier Joël Gaubert
vignette benoit philosophie La guerre selon Nietzsche, Blaise Benoit 24/07/2007
Le panbellicisme de Nietzsche n'est pas un appel débridé à la guerre barbare ou bestiale, mais une école de lucidité et de courage qui nous montre la voie d'u ...
philosophie, politique, guerre, art, benoit Joël Gaubert
vignette hassner philosophie Penser le 11 septembre, Pierre Hassner 24/11/2007
Le 11 septembre 2001 nous a fait passer du monde de Locke etde Kant au monde de Hobbes, de Nietzsche et de Marx, c'est-à-dire dumonde de l'individualisme économique et du républicanismecosmopo ...
philosophie, politique, guerre, terrorisme, hassner Joël Gaubert
alain finkielkraut Culture et barbarie, Alain Finkielkraut 18/11/2007
L'auteur propose de réviser notre conception des rapports de la culture et de la barbarie : il ne s'agirait pas d'une opposition mais bien d'une équivalence.
philosophie, politique, culture, barbarie

ressource(s) principale(s)

vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2017 L, Littéraire, E.S., Economique et social, S, Scientifique, Technologiques 11/04/2018
Sujets 2017 des séries L, ES, S et STMG de philosophie
philosophie, sujet, bac, 2017, L, Littéraire, économique et social, scientifique, technologique
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2017 de Pondichéry 10/04/2018
Sujets 2017 des séries L, ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2017, S, ES, L, STG
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2018 STHR 17/11/2018
Sujets 2018 de la série STHR
philosophie, sujet, bac, 2018, STHR
rousseau Etude du Contrat social (Livre I - IV) de Jean-Jacques Rousseau 03/12/2008
Ce document est le compte rendu de quatre séances de formation continue consacrées en 2007-2008 à la lecture collégiale du Contrat social de Rousseau.
philosophie, société, politique, droit, morale, religion, la raison et le réel, justice, théorie et expérience, rousseau, art, science, vérité
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2013 de Pondichéry 15/04/2013
Sujets 2012 des séries ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2012
todorov Barbarie et civilisation, Tzvetan Todorov 09/04/2010
Ecoutez ou ré-écoutez la conférence de Tzvetan Todorov essayiste, historien des idées donnée à l'université de Nantes, en avant-première des Rencontres de Sophie. ...
philosophie, culture, civilisation, barbarie, inhumain, crime, mal
vignette sujet 02 sujets du Bac 2013 de philosophie L, ES, S, STG, 17/06/2013
Sujets 2013 des séries L, ES, S et STG de philosophie seront ici disponibles en intégralité le 17 juin
philosophie, examen, baccalauréat, bac, 2013, intégralité, général, technologique, L, ES, S, STG, culture
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2011 de Pondichéry 20/05/2011
Sujets 2011 des séries ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2011
vignette sujet 02 sujets du Bac 2011 de philosophie L, ES, S, STG, 16/06/2011
Sujets 2011 des séries L, ES, S et STG de philosophie
philosophie, baccalauréat, bac, 2011 général, technologique
Blaise Pascal Pascal, Pensées, « La justice et la raison des effets » 15/07/2011

 

Compte rendu d'un stage de formation continue organisé en quatre demi-journées, les lundi 14 décembre 2009, mardi 12 janvier 2010, mercredi 03 février 2010, vendredi 09 avril 2010. ...

Pascal, Rousseau, Montaigne, Hobbes, Descartes, Platon, Machiavel, Spinoza, Pensées, justice, politique, pouvoir, droit positif, droit naturel, loi, morale, art, technique, liberté, religion, la raison et le réel, vérité, violence, ruse, propriété, cynism Henri ELIE
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2012 de Pondichéry 17/04/2012
Sujets 2012 des séries ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2012
vignette sujet 02 sujets du Bac 2012 de philosophie L, ES, S, STG, 17/06/2012
Sujets 2012 des séries L, ES, S et STG de philosophie en intégralité
philosophie, baccalauréat, bac, 2012, intégralité, général, technologique
vignette sujet 02 sujets du Bac 2014 de philosophie des séries L, ES, S, Technologiques, TMD 16/06/2014
Les sujets du Bac 2014 de philosophie des séries L, ES, S, Technologiques, et TMD sont ici disponibles en intégralité
philosophie, examen, baccalauréat, bac, 2014, intégralité, général, technologique, L, ES, S, technologique, TMD, culture
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2015 L, Littéraire, E.S., Economique et social, S, Scientifique, Technologiques 17/06/2015
Sujets 2015 des séries L, ES, S et STMG de philosophie
philosophie, sujet, bac, 2015, L, Littéraire, économie, social, tehnologique
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2016 de Pondichéry 19/04/2016
Sujets 2016 des séries L, ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2016, S, ES, L, STG, 2016
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2016 L, Littéraire, E.S., Economique et social, S, Scientifique, Technologiques 15/06/2016
Sujets 2016 des séries L, ES, S et STMG de philosophie
philosophie, sujet, bac, 2016, L, Littéraire, économie, social, tehnologique
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2018 L, ES., S, ST. Métropole 18/06/2018
Sujets 2018 des séries L, ES, S, STMG, STHR de philosophie
philosophie, sujet, bac, 2018, L, Littéraire, économique et social, scientifique, technologique
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2018 de Pondichéry 14/05/2018
Sujets 2018 des séries ES, S et STG de philosophie de Pondichéry
philosophie, sujet, pondichery, bac, 2018, S, ES, L, STG
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2018 Amérique du Nord 23/05/2018
Sujets 2018 des séries L, ES, S pour l'Amérique du Nord
philosophie, sujet, Amérique du Nord, bac, 2018, L, ES, S
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2018 Centres Etrangers Afrique 05/06/2018
Sujets 2018 des séries L, ES, S pour les centres d'Afrique
philosophie, sujet, Afrique, bac, 2018, L, ES, S
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2019 Amérique du Nord 23/05/2019
Sujets 2019 des séries L, ES, S pour l'Amérique du Nord
philosophie, sujet, Amérique du Nord, bac, 2019, L, ES, S
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2019 Liban 25/05/2019
Sujets 2019 des séries L, ES, S pour Liban
philosophie, sujet, Liban, bac, 2019, L, ES, S
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2019 Centres Etrangers Afrique Europe Proche-Orient 13/06/2019
Sujets 2019 des séries L, ES, S, séries technologiques pour les centres étrangers en Afrique, en Europe et au Proche-Orient.
philosophie, sujet, Afrique, Europe, Proche-Orient, bac, 2019, L, ES, S, STMG, STI2D, ST2S
vignette sujet 02 Sujets de philosophie du Bac 2019 17/06/2019
Sujets 2019 des séries L, ES, S, ST, TMD, STHR
philosophie, sujet, juin, bac, 2019,L, ES, S, ST, TMD, STHR

rebonds

23/07/2007

par SCEREN (crdp - cndp)

haut de page

philosophie - Rectorat de l'Académie de Nantes