Contenu

STI voie professionnelle

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > STI voie professionnelle > enseignements

à vos marques ! Prêts ! Métiers

mis à jour le 12/04/2020


ech1.png

Le lycée des métiers de Narcé appuie sa politique de formation sur des tests de positionnement. Cette démarche signe une pédagogie fondée sur l'accueil, l'accompagnement et l'individualisation des parcours. Bilan positif au lycée professionnel comme au centre de formation des apprentis. Les réalités diffèrent, les modalités pratiques aussi.

mots clés : échanger, test de positionnement, centre ressources, accompagnement personnalisé, individualisation des parcours, parcours,


Pas étonnant qu'un site "bicéphale", celui de Narcé, ait retenu comme pierre angulaire de ses contrats d'objectifs un concept commun au monde de l'entreprise et à celui de la formation. En effet, les tests de positionnement constituent un élément essentiel pour repérer le mode d'accès optimal d'un jeune ou d'un adulte qui intègre un parcours de formation. Ces données sont les corollaires indissociables de l'évaluation des acquis et d'un référentiel de formation.

Sas d'intégration

Dans les deux établissements qui cohabitent au sein de ce lycée des métiers, l'accent est d'abord mis sur le temps de l'accueil. Au lycée professionnel, les deux premiers jours lui sont dévolus. À l'UFA (Unité de formation par apprentissage), cette phase d'intégration s'étale sur l'ensemble du mois de septembre pour prendre en compte le rythme de l'alternance. Mais les enjeux de cette phase restent identiques. Les nouveaux lycéens ont à faire l'expérience d'un nouvel espace de professionnalisation, et pas seulement de formation. Cet espace a un cadre spécifique, garant de la sécurité de chacun. Les enseignants font porter l'attention sur la traduction concrète de cette exigence à travers un travail approfondi sur le règlement intérieur et autres consignes spécifiques de sécurité. Ce travail est conduit en coanimation par un binôme constitué du professeur principal de la classe et d'un autre enseignant chargé des disciplines générales ou professionnelles. À l'issue de cette séance, l'élève est amené à signer une charte de savoir-être qui définit l'espace de travail de chacun. Chaque classe assiste aussi à un film qui retrace l'histoire de son établissement et des formations. Cette immersion apparaît comme essentielle pour que les nouveaux entrants se sentent valorisés par un sentiment d'appartenance. C'est aussi dans cette optique de valorisation et de restauration de l'image de soi que sont conduites les premières activités autour du portefeuille individuel de compétences. Les tests mettent d'abord en avant un positionnement humain par rapport à la formation. De fait, l'enjeu est fort pour des élèves de collège qui arrivent souvent avec une image négative d'eux-mêmes et de leurs compétences. Un objectif qui s'avère vrai pour tous, qu'ils accomplissent un parcours en lycée ou en alternance dans le cadre du CFA (Centre de formation des apprentis).

Positionnement personnel comme valeur ajoutée

En début de scolarité, chaque élève du lycée professionnel ou apprenti du CFA se voit donc remettre un document à l'intitulé ambitieux : "Parcours gagnant", et avec un sous-titre non moins positif : "Tremplin pour la réussite". Un document qui sera le témoin de son itinéraire de formation. Présentation et réalisation des tests se font en deux séances de deux heures, sous la houlette du professeur principal. Dans l'état actuel des choses, tous les tests se font en version papier. Cela est lié à la spécificité des formations de l'établissement, orientées dans le domaine de la construction : le parc informatique n'est pas l'essentiel de l'équipement, contrairement à des établissements qui dispensent des formations tertiaires, par exemple. Le portefeuille intègre aussi bien des expériences scolaires que des activités plus personnelles. D'emblée, son caractère positif s'affirme : la formulation des items est conçue de façon à faire ressortir des qualités, des compétences, savoir-faire ou savoir-être. L'élève est ainsi amené à prendre conscience de ses qualités relationnelles, intellectuelles ou personnelles - "goût du risque" ou "patience et calme". Le ton est donné: valorisation, absence de jugement négatif. Cet a priori s'avère d'autant plus important en seconde d'un cycle de trois ans. Si ce travail n'était pas constant, le risque serait grand, au dire de M. Piazza, proviseur de ce lycée des métiers, de voir la formation s'infléchir insensiblement d'un niveau baccalauréat à un niveau brevet professionnel. Évidemment, il serait illusoire de croire que ce travail de début d'année serait suffisant. Et c'est parce que cette phase initiale d'étayage personnel va être suivie tout au long de l'année qu'elle a des chances de donner des fruits. En effet, c'est le fil conducteur des deux heures et demie hebdomadaires d'accompagnement personnalisé sous statut scolaire.

 

information(s) pédagogique(s)

niveau : --- LYCÉE PROFESSIONNEL ---

type pédagogique :

public visé : non précisé, enseignant

contexte d'usage :

référence aux programmes :

haut de page

STI voie professionnelle - Rectorat de l'Académie de Nantes