Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

histoire de Vichy et de la résistance - présentation de la démarche

mis à jour le 22/03/2019


Capture.JPG

une séquence de troisième en histoire sur le chapitre « La France, défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance ».  La défaite de juin 1940 permet au régime de Vichy de renverser la République et de s’engager dans la collaboration avec l’Allemagne. En France et outre-mer, depuis l’appel du 18  juin 1940 du général de Gaulle, la Résistance s’organise pour défendre les valeurs de la République. 

 

mots clés : régime de Vichy, politique de collaboration, occupation, résistance, réseaux de résistance, deuxième guerre mondiale, France


Présentation de la démarche

Ce quatrième chapitre intitulé « La France, défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance » s’intègre dans le thème 1 du programme de troisième « L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945) ». Le fil directeur de ce premier thème est de montrer comment l’Europe a été marquée par la guerre entre 1914 et 1945.

La problématique choisie pour ce chapitre est la suivante : Comment, dans une France défaite et occupée, la Résistance défend-elle les valeurs de la République face à l’occupant allemand et à la politique de collaboration du régime de Vichy ?

La démarche proposée insiste sur les valeurs de la République (en lien avec les programmes d’EMC) en montrant à l’élève que des libertés, progressivement acquises par des luttes ou le vote, peuvent être mises en péril voire supprimées. Face au choc de la défaite, les Français adoptent des attitudes diverses et complexes que l’on ne peut réduire au choix de collaborer ou au choix de résister.
 

1- Mise en contexte : le choc de la défaite en 1940 (1h)

Le chapitre débute par une contextualisation de la France, défaite et occupée. Cette séance introductive permet de :

- Faire un constat sur la situation de la France en juin 1940 (en lien avec le chapitre précédent) et appréhender le choc de la défaite et de l’occupation.

- Analyser deux attitudes radicalement opposées face à la défaite à travers les discours radiodiffusés de Pétain (17 juin) puis du général De Gaulle (18 juin).

 2- Deux études (4h)

Ce chapitre se compose autour de deux études, menées successivement.

 

A- Etude 1- La France sous le régime de Vichy (2h)

La problématique choisie pour cette étude est la suivante : Pourquoi peut-on dire que le régime de Vichy est opposé aux valeurs de la République ?

Les objectifs de cette étude sont :

- de montrer que le régime de Vichy est la négation des valeurs républicaines.

- de décrire et d’expliquer les formes de la politique de collaboration du régime de vichy (politique, économique, idéologique).

Une accroche permet d’amorcer la séance autour d’une photographie dans le but de construire la notion de collaboration (politique de collaboration).

La démarche choisie pour cette étude est un travail par groupes. Chaque groupe travaille sur quatre sujets composés de quatre documents (loi/ordonnance de Vichy, affiche de propagande, photographies…) dont un est commun à l’ensemble des équipes.

Chaque sujet a pour objet de découvrir une caractéristique et/ou la nature du régime de Vichy :

- Le sujet 1 : un régime qui fait le choix d’une collaboration économique et militaire (difficulté : facile à moyenne).

- Le sujet 2 : un régime antisémite qui fait le choix d’une collaboration idéologique et culturelle (difficulté : facile à moyenne).

- Le sujet 3 : un régime autoritaire et violent qui fait le choix d’une collaboration policière (difficulté : moyen).

- Le sujet 4 : un régime antirépublicain qui fait le choix d’une collaboration politique (difficulté : moyenne à difficile).

Les équipes doivent répondre à la problématique de la séance : Pourquoi peut-on dire que le régime de Vichy est opposé aux valeurs de la République ?

Il est également possible de proposer un étayage :

1) guider plus ou moins les équipes par deux questions courtes pour répondre à cette problématique : Quelles sont les décisions et/ou choix du régime de Vichy ? Comment ces décisions sont-elles mises en œuvre ?

2) Des annotations sur les documents (notamment des informations explicites sur des documents telles les affiches de propagande).

3) Il est attendu que les élèves mobilisent un vocabulaire spécifique (commun à tous les sujets proposés) : politique de collaboration, dictature (régime autoritaire), démocratie républicaine.

4) Proposer aux élèves de revenir sur les apprentissages des chapitres précédents.

Un travail d’extraction d’information sur les caractéristiques et la nature de ce régime de Vichy travaillées dans le sujet est réalisé à partir du document commun « Les 21 points du S.O.L. ».

La mutualisation de ce travail se fait sous la forme orale. Chaque équipe doit répondre à la problématique de départ : Pourquoi peut-on dire que le régime de Vichy est opposé aux valeurs de la République ? Les élèves prennent des notes sur le travail des équipes qui s’expriment à l’oral et soulignent, sur le document commun, la nature du régime de Vichy illustrée par chacun des sujets.

B- Etude 2- S’engager dans la Résistance (2h)

La problématique choisie pour cette étude est la suivante : pourquoi et comment s’engage-t-on dans la Résistance ?

Les objectifs de cette étude sont :

- de décrire les formes de la Résistance (diversité des profils, des moyens d’action et des actes de résistance).

- d’expliquer pourquoi les résistants défendent les valeurs républicaines au péril de leur vie (risques encourus).

La démarche choisie pour cette étude est un travail en équipe, constitué de 3 étapes :

Etape 1 : chaque équipe travaille sur un réseau de la Résistance. Toutes les équipes complètent un tableau, sous la forme de notes extraites des documents, sur le réseau de la résistance choisi.

Chaque dossier est constitué de cinq documents dont deux sont communs à l’ensemble des groupes et les autres spécifiques au réseau ou mouvement étudié. Chaque dossier a pour objet un réseau ou mouvement de la Résistance :

- Le dossier 1 : le mouvement « Combat » (difficulté : moyenne).

- Le dossier 2 : le réseau Francs-tireurs et partisans – Main d’œuvre immigrée (difficulté moyenne à difficile).

- Le dossier 3 : le mouvement Libération Sud (difficulté : facile à moyenne).

Les tableaux sont ramassés par l’enseignant à la fin de l’heure pour une correction. La correction consiste principalement à vérifier si le vocabulaire spécifique est mobilisé et compris.

Etape 2 : à partir du tableau vérifié par le professeur, les élèves, par binôme, doivent produire un écrit pour répondre à la problématique de départ : pourquoi et comment s’engage-t-on dans la Résistance ? Il s’agit d’un travail collaboratif sur un logiciel de traitement de texte qui est attendu des élèves.

Le professeur peut guider les élèves dans ce travail d’écriture sous la forme de diverses aides :

1) une proposition pour organiser son texte en deux axes :

- Pourquoi s’engager dans la Résistance ?

- Comment s’engager dans la Résistance ?

2) une liste de mots-clés (utilisée lors de l’étape 1) que l’élève doit mobiliser dans son texte.

3) une grille des attendus de correction peut aussi servir d’aide à l’élève.

 Les récits sont évalués par le professeur et quelques-uns sont lus à la classe pour faire une transition avec l’étape 3.

 Etape 3 : en cours magistral dialogué et à partir de la lecture des récits, la mutualisation de ce travail se fait sous la forme d’un schéma collectif qui permet de mobiliser le vocabulaire spécifique. Dans ce schéma, on insiste d’abord sur la diversité des profils (sexe, âge, orientation politique…) et des moyens d’action (lutte armée, renseignements…). Ensuite, la mise en évidence des points communs entre les mouvements / réseaux de la Résistance (le respect de certaines valeurs, les risques encourus) permet d’aborder l’unification de la Résistance (le CNR autour de Jean Moulin, les FFL, les FFI).

 

3) Une proposition de mise en perspective (30 minutes)

Une carte, à l’échelle européenne, peut permettre une mise en perspective des résistances et des régimes qui s’engagent dans la collaboration.

Cette mise en perspective à l’échelle européenne permet également à l’élève de constater que les résistances sont diverses et que l’histoire de la Résistance ne saurait se réduire aux réseaux, c’est-à-dire en organisations paramilitaires. Il y a bien entendu les mouvements de résistance qui prennent différentes formes (politique par exemple) mais aussi des actes individuels et isolés.

 
auteur(s) :

équipe Gard

éditeur(s) :

fabienne joly, membre de l'espace pédagogique

information(s) pédagogique(s)

niveau : tous niveaux, 3ème, Lycée tous niveaux, Collèges tous niveaux

type pédagogique : démarche pédagogique, leçon, scénario, séquence

public visé : non précisé, enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

ressources associées

Capture.JPG histoire de Vichy et de la résistance - Mise au point scientifique 11/03/2019

une séquence de troisième en histoire sur le chapitre « La France, défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance ».  La défait ...

régime de Vichy, politique de collaboration, occupation, résistance, réseaux de résistance, deuxième guerre mondiale, France équipe Gard
Capture.JPG histoire de Vichy et de la résistance - présentation de la séquence 11/03/2019
une séquence de troisième en histoire sur le chapitre « La France, défaite et occupée. Régime de Vichy, collaboration, Résistance ».  La défaite de juin 1940 permet au régime de Vichy de ren ...
régime de Vichy, politique de collaboration, occupation, résistance, réseaux de résistance, deuxième guerre mondiale, France équipe Gard

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes