Contenu

Lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > Lettres

Le haïku, un genre poétique japonais pour exprimer un lien sensible avec le monde

mis à jour le 19/05/2020


haiku2.JPG

Le projet

Un projet d’écriture d’appropriation est mené avec une classe de 2nde : les élèves doivent écrire un haïku qui exprime leur relation à l’espace et au temps, à leur monde environnant, au printemps naissant. Ils réalisent ensuite une vidéo de 10 secondes au cours de laquelle ils lisent de façon expressive leur poème en filmant un lieu, un paysage, un objet… Ils justifient leurs choix par un texte argumentatif.


mots clés : poésie , vidéo, écriture , oralisation , enregistrement , création collective


L’expression poétique d’un rapport au temps et à l’espace

L’activité est proposée dans le cadre d’une séquence sur le thème de la poésie et le rapport au temps qui passe : expression du regret, invitation au carpe diem, urgence d’aimer, concentration sur la vie spirituelle, contemplation de la beauté du monde… Le parcours conduit les élèves à étudier des poèmes de Christine de Pizan, Pierre de Ronsard, Joachim du Bellay, Louise Labé, Jean-Baptiste Chassignet. Une séance est consacrée au genre poétique du haïku au XVIIe siècle, avec le poète japonais Matsuo Bash?. Ses poèmes brefs, composés de trois vers, expriment l’intensité d’une sensation, la particularité d’un état d’âme, la beauté d’une perception éphémère.  

 

Langage et regard sur le monde

La concision du haïku invite ainsi à travailler des compétences de lecture et d’écriture pour saisir sa densité poétique : contrainte créatrice de la versification, jeu des images, travail des sonorités et des rythmes, art de l’ellipse et des allusions, justesse des sensations, précision de la ponctuation. Sa pratique permet d’approfondir sa propre perception du monde environnant, situation favorisée dans la période de confinement par l’arrêt du temps et des déplacements. C’est ainsi l’occasion de porter un autre regard sur le monde, contempler, ressentir, méditer, saisir la beauté de ce qui nous est familier mais se dérobe souvent dans l’agitation quotidienne. Il s’agit alors de réinvestir de façon sensible l’intérieur d’une pièce de la maison ou d’un appartement, un seuil comme une porte ou une fenêtre, un espace extérieur proche avec une cour, un jardin, une rue…

 

La démarche suivie

Les élèves comparent d’abord plusieurs poèmes de Matsuo Bash? en lien avec les saisons, comme ici le printemps : « Le printemps est proche / tout annonce sa venue - / lune et fleurs de prunier ». Ils les mettent en relation avec des haïkus occidentaux du XXe siècle, français (Éluard, Claudel, Guillevic) ou américains (Ginsberg, Kerouac). Ils définissent alors les règles d’écriture et les thèmes abordés.

Le travail est ensuite mené par étapes. Les élèves choisissent un lieu, un moment, un état d’esprit puis récoltent des mots pour exprimer des sensations auditives, olfactives, visuelles, tactiles, gustatives, qui serviront de matériaux pour l’écriture. Ils réalisent une première version du poème pour traduire leur perception d’un paysage et d’un état d’âme. Le texte est retravaillé pour éviter les lieux communs, effectuer des rapprochements originaux et expressifs, approfondir les effets poétiques. Une forme fixe est imposée, au choix : 5/7/5 ou 7/5/7 syllabes. Un dictionnaire des synonymes en ligne sert à enrichir la palette lexicale : https://www.cnrtl.fr/synonymie/

Une fois le texte stabilisé, les élèves tournent leur vidéo, soit en un plan séquence, soit en trois plans distincts, chacun correspondant à un vers. Le texte lu sur les images doit être clairement audible et en accord avec l’environnement sonore.
 

Des exemples de productions

Feuilles bleues du vaste ciel, / Tombent des nuages / Et ruissellent ouvertes au vent.

Souffle à faire danser les feuilles / Eclats des oiseaux / L'envol d'une saison nouvelle

Lourds nuages blancs / Emportant si loin l’hiver / Me voilà en vie

Une fenêtre close / Silence dedans et dehors / Un rayon sur moi

 

      

 

Le carnet de lecteur

Les élèves prolongent cette activité par une lecture cursive des haïkus de Matsuo Bash?, en consultant le site Babelio : https://www.babelio.com/auteur/Basho-Matsuo/69220/citations?a=a&pageN=1 Ils réalisent ensuite sur leur carnet de lecteur une petite anthologie constituée de cinq poèmes, en justifiant leurs choix par une approche sensible : « Dans ce poème, j’ai apprécié… », « J’aime la façon dont le poète… », « Ce texte a retenu mon attention car… », « Il m’a marqué parce que… »

 

Bilan

Les productions sont partagées grâce à l’ENT, les vidéos étant suffisamment brèves pour pouvoir être intégrées. Certains élèves ont rencontré des difficultés à transférer les fichiers tournés avec le téléphone ou à gérer les formats de fichiers. Quand ces problèmes techniques n’ont pu être surmontés, ils pouvaient écrire un texte décrivant les images qu’ils auraient souhaité tourner.

Afin d’obtenir des productions intéressantes, les poèmes doivent être travaillés pour acquérir une charge sensible et expressive. La poésie prend ainsi son sens en ce qu’elle constitue un travail sur le langage pour approfondir et traduire un lien sensible avec le monde. Les élèves doivent également penser les effets de sens que les images vont produire dans leur rapport au texte, notamment par les choix techniques effectués dans la vidéo : cadrage, angle de vue, profondeur de champ, lumière, sons… Enfin, la lecture fait l’objet d’une attention particulière, puisqu’il s’agit de bien prendre le temps de lire le poème afin de donner à ressentir l’intensité des émotions et des perceptions évoquées en si peu de mots.

 

 
auteur(s) :

Yoann FONTAINE

information(s) pédagogique(s)

niveau : tous niveaux, --- LYCÉE ---, Lycée tous niveaux, 1ère

type pédagogique : préparation pédagogique, travaux pratiques, production d'élève

public visé : non précisé

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

haut de page

Quelques productions :


Feuilles bleues du vaste ciel, 
Tombent des nuages 
Et ruissellent ouvertes au vent.

Souffle à faire danser les feuilles
Eclats des oiseaux 
L'envol d'une saison nouvelle


Lourds nuages blancs
Emportant si loin l’hiver 
Me voilà en vie


Une fenêtre close 
Silence dedans et dehors 
Un rayon sur moi


Lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes