Contenu

sciences de la vie et de la Terre

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > svt > enseignement > lycée > Spécialité SVT > terminale > Génétique et évolution

Revue de Presse - évolution humaine - année 2021

mis à jour le 07/11/2021


logo_rp_21.png

Cette revue de presse correspond à une lecture critique des articles sur l'évolution des hominidés parus dans certaines revues scientifiques francophones en 2021. Les articles sont classés par ordre chronologique.

mots clés : Evolution Humaine, Hominisation, Homme, hominidé, primates, préhistoire, outil, paléontologie, anthropologie


Décembre 2020


 

Novembre 2020


 

Octobre 2020

Document sans titre

Octobre 2021

Pour la science N� 528 p 12

Trois néandertaliens et un dénisovien ont révélé leurs groupes sanguins

Ce travail sur l'ADN fossile des quatre individus testés montre d'abord qu'ils partagent avec les hommes modernes quasiment les mêmes allèles pour les gènes des différents polymorphismes sanguins. Ces polymorphismes sont donc antérieurs à la séparation des trois espèces humaines. Parmi les résultats annexes de l'étude : la présence chez un papou et un Aborigène australien de l'allèle RHD, retrouvé chez les néandertaliens et la présence chez les hommes modernes à une fréquence élevée de l'allèle "se" qui protège les porteurs contre les norovirus.

On savait d'assez longue date que l'allèle B était apparu après la séparation hommes/chimpanzés. Voilà de nouvelles données qui plaident pour une séparation assez tardive des trois espèces considérées. Un article un peu difficile pour nos élèves mais qui peut nourrir des travaux sur la forme du "buisson des hominidés".

Sciences et Avenir La recherche N°896 p 27

Un peuple des Philippines présente 5% d'ADN de Denisova

Les Ayta sont donc porteurs d'une quantité appréciable d'ADN denisoviens. Cela vient renforcer l'idée que des hybridations entre l'homme moderne et denisova ont été nombreuses dans le Sud-Est Asiatique.

5 % d'ADN dénisovien ne font pas des Ayta autre chose que des hommes modernes. Il faut cependant s'interroger sur la cause d'une proportion aussi importante d'ADN denisovien. Rien ne permet d'établir actuellement que cet ADN a une valeur sélective positive. Il pourrait aussi s'agir d'un effet fondateur et d'une dérive génétique dans ces îles où les populations ont vécu isolées pendant longtemps. Une brève trop peu documentée pour être utilisée en classe.

Sciences et Avenir La recherche N°896 p 27

88.9 mm

Cette brève relate les études paléoclimatiques qui révèlent qu'à plusieurs époques la pluviométrie a été suffisante pour que s'établissent des corridors verts permettant à Homo sapiens de se répandre hors d'Afrique.

Ce sujet s'inscrit dans le problème de migrations mais cette brève est quasi inutilisable faute de documents d'appui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour
 

Septembre 2020

Document sans titre

Septembre 2021

Sciences et Avenir La recherche N°895 p 22

En Sibérie, la grotte des humanités

Les débris d'ADN présents dans les sols de la grotte de Dénisova ont pu être rattachés à plusieurs espèces humaines ayant successivement occupé les lieux. Des dénisoviens vers 250 000 BP, puis des néandertaliens vers 170 000 BP puis des hybrides de ces deux espèces et enfin des hommes modernes vers 45 000 BP.

Voilà un magnifique exemple d'utilisation de l'ADN environnemental. Il me semble presque nécessaire d'introduire cette notion auprès de nos élèves.

Pour la science N� 527 p 54

Non, on ne vient pas de découvrir deux nouvelles espèces

Sciences et Avenir La recherche N°895 p 20

Un mystérieux "homme-dragon"

Dans ces deux entretiens Jean-Jacques Hublin revient sur les annonces faites par deux équipes de paléoanthropologues en réfutant leurs méthodes et leurs conclusions. L'homme de Nesher Ramla serait un néandertalien assez classique dont les restes sont si fragmentaires que le diagnostic est difficile. Homo longi serait lui un dénisoviens très proche d'autres fossiles chinois. L'équipe qui a publié son étude aurait tout simplement été fidèle à la théorie du chandelier très prisée des politiques chinois.

M Hublin est chercheur qui se plaît à être disruptif mais son argumentation tient la route. La paléoanthropologie regorge de découvertes sensationnelles qui se sont rapidement dégonflée. Quant à la multiplication inutile des espèces nouvelles, ce n'est pas un phénomène nouveau. Un article à réserver à ceux de nos élèves qui ont porté du crédit à ces découvertes "sensationnelles". Beaucoup plus réduit et présentant un argumentation très incomplète la publication de "Sciences et Avenir" pourra être laissée de côté.

Pour la science N� 527 p 14

Peintures néandertaliennes

Sciences et Avenir La recherche N°895 p 20

Le premier artiste serait Neandertal

Il y a 65 000 ans des néandertaliens ont peint en rouge des stalagmites dans la grotte d'Ardales dans le Sud de l'Espagne. Ces peintures ont été réitérées pendant des milliers d'années.

Ces traces sont parmi les plus anciennes peintures retrouvées à ce jour. Une occasion de modifier les clichés à propos des néandertaliens. L'article de Sciences et avenir sera préféré car mieux documenté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour
 

Août 2020


Document sans titre

Août 2021

Pour la science N� 526 p 50

Un "Stonehenge" allemand

Le structures circulaires découvertes au bord de l'Elbe semblent ressembler fortement à celles très médiatisées de Stonehenge. Bien que constituées de poteaux de bois et non de pierre, elles semblent appartenir à la culture de la céramique cordée. Les restes humains retrouvés sur ces sites sont génétiquement proches. Les orientations de ces structures participent peut-être d'un culte solaire. Différents types d'inhumations y ont été trouvés qui dénotent d'une société très hiérarchisée et très "genrée".

Tout ceci est quasiment sans rapport avec nos programmes actuels mais intéressera tous les fanatiques du néolithique.

Pour la science N� 526 p 15

La sépulture de mtoto, la plus ancienne d'Afrique

Cette sépulture est celle d'un enfant de 3 ans présentant des caractères sapiens et quelques traits se rapprochant de ceux des néandertaliens. Il a fait l'objet d'une sépulture soignée dans le sol d'une grotte il y a 78 000 ans.

L'existence de sépulture est à rattacher à celle d'une pensée symbolique. Bien que très ancienne pour le continent africain cette sépulture de modifie pas les paradigmes majeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour
 

Juillet 2020


Document sans titre

Juillet 2021

Sciences et Avenir La recherche N°893 p 113

Il n'existe pas de tombes préhistoriques

Ce titre paraît provocateur tant l'existence de sépultures est attestée bien avant ce que nous considérons comme le début de l'histoire c'est à dire la fin de la préhistoire. Dans cet entretien Eric Crubézy ne nie pas l'existence des sépultures néandertaliennes mais il choisit de dire qu'un monument funéraire est par essence une historisation de l'existence du défunt.

Cet entretien prendra difficilement place dans nos cours mais peut intéresser nos collègues philosophes car cette historisation est un signe de l'existence de l'autre par-delà la mort.

Sciences et Avenir La recherche N°893 p 110

Et le cerveau moderne fut

Sous ce titre alléchant se cachent beaucoup plus de doutes que de certitudes. Partant de l'hypothèse que le développement de certaines aires cérébrales conditionne l'apparition de capacités cognitives propres à l'homme moderne, certains chercheurs étudient les morphologies endocrâniennes de différents hominidés. Ils font l'hypothèse que la morphologie cérébrale moderne n'était pas présente chez les fossiles de Damnisie mais qu'une seconde vague de migration a propagé l'anatomie cérébrale moderne et les capacités associées hors d'Afrique.

Un article difficile à lire pour nos élèves. Les allers et retour entre les opinions des différents chercheurs du projet "paléobrain" ne clarifient pas le propos. A noter la résurgence au niveau de l'illustration de l'hypothèse monophylétique que nos programmes excluent.

Pour la science N� 525 p 44

Qui étaient les premiers Américains ?

Cet article détaillé de Jennifer Raff apporte beaucoup d'éléments nouveaux sans aller jusqu'à établir un scénario complet du peuplement des Amériques. A partir d'analyse génomiques, il semble que la plupart des Amérindiens actuels sont issus de deux populations sibériennes qui se seraient métissées au moment du dernier maximum glaciaire dans l'Est de l'Eurasie et peut-être à l'emplacement de l'actuel détroit de Béring. A partir de cette origine commune trois scénarios de peuplement sont présentés mais aucun ne semble suffisamment documenté pour l'emporter franchement.

Un article sans doute difficile à lire pour nos élèves mais qui remet utilement en cause le scénario dit "Clovis" imaginant que les Amérindiens proviennent d'une vague migratoire unique et somme toutes assez tardive. Les choses sont certainement plus complexes que cela même si les contributions européennes et africaines antérieures à 1492 sont clairement réfutées.

 

 

 

 

 

 

 

Retour
 

Juin 2020


Document sans titre

Juin 2021

Sciences et Avenir La recherche N°892 p 22

87 Le nombre d'empreintes de Neandertal découvertes

36 personnes dont 11 enfants ont laissé des traces de pas sur le littoral andalou il y a 106 000 ans.

Voilà une brève presque totalement inexploitable.

Sciences et Avenir La recherche N°892 p 22

Un site préhistorique révélé par la génétique

Sans qu'aucun fossile ou artéfact n'ai été trouvés dans la grotte d'Estatuas en Espagne, la paléogénétique permet d'affirmer que deux groupes de néandertaliens y ont séjourné.

La paléogénétique est une technologie qui peut troubler nos élèves. Il conviendra donc d'expliquer ses bases. Ceci dit c'est une technique très performante et cela permettra à nos élèves de comprendre l'intérêt des bases de données moléculaires car ce qui n'est pas dit dans l'article c'est la constitution de ces bases est un préalable à toute exploitation d'un séquençage.

Sciences et Avenir La recherche N°892 p 22

La plus ancienne sépulture d'Afrique

Un squelette d'enfant daté de 78 000 ans a été trouvé dans une grotte du Kenya. Il avait manifestement été l'objet d'une sépulture.

Une brève qui n'apportera pas grand-chose dans le cadre de nos programmes.

Pour la science N� 524 p 38

Homo naledi. Le grimpeur qui n'était plus un singe

Cette description assez détaillée du squelette post crânien de cette petite forme humaine découverte en Afrique australe permet de se faire une idée de son mode de vie. Associant une ceinture scapulaire facilitant le grimpé et des membres inférieurs facilitant la marche, Homo naledi apparaît comme une espèce adaptée à l'environnement karstique de la région. Ses restes, assez nombreux ont été trouvés au fond de cavernes d'accès très difficile. Cependant l'absence totale d'industrie lithique et la très petite taille de la cavité crânienne posent le problème d'une humanité très différente des espèces humaines contemporaines.

Enfin un article qui lève le voile sur la morphologie de cette espèce qui a fait l'objet de bien des élucubrations tant sur sa datation que sur ses capacités cognitives. Un article à donner à lire à ceux de nos élèves qui ont été troublés par ces élucubrations. Un excellent document pour appuyer la notion de "buisson des hominidés" car cette espèce est contemporaine de nombreuses autres espèces humaines.

Pour la science N� 524 p 14

Les premiers européens : Une parenté extrême-orientale

Le titre ne le précise pas mais il s'agit des premiers européens rattachés à l'espèce sapiens. Le séquençage d'ADN prélevés sur six individus datés de 40 000 à 50 000 ans montre qu'ils ne sont pas apparentés aux chasseurs cueilleurs européens ultérieurs mais à des sapiens extrême-orientaux. Il s'agit donc de représentants d'une première vague de population qui n'a pas contribué au génome des populations européennes ultérieures.

La disparition pure et simple est une hypothèse rarement favorisée dans les scénarios de peuplements. Elle est sans doute plus fréquente qu'on ne le pense. Cet article peut illustrer cela.

Pour la science N� 524 p 6

Des métissages anciens dans les populations océaniennes

Les séquençages génétiques conduit chez les océaniens permettent de reconstruire une histoire des introgressions génétiques liées à des métissages successifs. Ainsi les océaniens actuels portent des allèles typiquement néandertaliens mais plusieurs métissages avec des groupes de Dénisoviens assez différents les uns des autres se sont ensuite produits. Cela a permis l'acquisitions de caractères avantageux dans les environnements tropicaux humides qui sont ceux des îles océaniennes. La sélection naturelle a ensuite joué en favorisant les porteurs d'allèles de résistance aux disettes récurentes dans ces îles. Malheureusement le changement récent de mode de vie conduit à une morbidité accrue liée au surpoids.

Un article certes un peu touffu mais qui montre bien que même dans les îles considérées comme des isolats génétiques les métissages anciens sont détectables. Ils apparaissent à la fois nombreux et adaptatifs tant que l'environnement n'est pas brusquement perturbé.

 

 

 

 

 

 

Retour
 

Mai 2020


Document sans titre

Mai 2021

Pour la science N� 523 p 9

Les néandertaliens entendaient comme nous

Les reconstitutions numériques des systèmes auditifs d'homme moderne de néandertaliens et d'hommes de Heidelberg montrent que les néandertaliens avaient la même morphologie auditive que nous. Des caractéristiques que n'avait pas l'oreille de l'homme de Heidelberg.

Tout cela est parfait en ce qui concerne les aspects purement acoustiques, mais nous nous ne savons rien de l'organisation nerveuse de l'oreille de Néandertal. Un sujet certainement assez accessoire dans nos programmes.

Sciences et Avenir La recherche N°891 p 94

Y a-t-il eu un cannibalisme guerrier à la préhistoire ?

Dans cet entretien avec une journaliste scientifique, Marylène Patou-Mathis et Bruno Boulestin apportent leur vision du cannibalisme préhistorique. Si l'existence de ce cannibalisme ne fait guère de doute, le cadre et les motivations de ces pratiques sont discutées.

Le cannibalisme est un sujet qui fait vendre mais il ne fait absolument pas partie de nos programmes. On laissera donc cet article de côté d'autant que l'accord n'est pas fait entre les participants.

 

 

 

 

 


Retour
 

Avril 2020


Document sans titre

Avril 2021

Pour la science N� 522 p 13

Le clairon préhistorique de Marsoulas

Sciences et Avenir La recherche N°890S p 20

Une mélodie vieille de 18 000 ans a été restituée

Ce coquillage de grande taille a été trouvé à l'entrée de la grotte de Marsoulas. Il a été modifié par perçage et adjonction d'un tube. Cet instrument très puissant a été daté de 18 000 ans et il a été possible d'en tirer trois notes mais le fait le plus important est qu'il est décoré de motifs proches des peintures pariétales de la grotte. De là à voir un ensemble symbolique.....

S'agissant de faits culturels l'objet trouvera difficilement place dans nos cours.

Sciences et Avenir La recherche N°890S p 18

Néandertal avait l'ouïe fine

Une reconstitution de l'oreille externe et moyenne de Neandertal montre qu'elles sont en tout point comparables en matière d'organisation à celles de hommes moderne.

Comme l'anatomie ne dit pas tout du fonctionnement sensoriel, il faut se garder de conclusions hâtives.

Sciences et Avenir La recherche N°890S p 18

Avec la disparition du gros gibier, le cerveau des chasseurs grossi

Cette très courte brève ne formule aucun fait à l'appui de cette hypothèse. Il s'agirait d'une réponse adaptative à des proies plus petites et plus mobiles.

Cette hypothèse a pour principal défaut de postuler que les hommes du paléolithique ancien ne chassaient que de grosses proies relativement lentes, ce qui n'a jamais été démontré. Une hypothèse à oublier dans l'état actuel des connaissances.

 

 

 

 


Retour
 

Mars 2020


Document sans titre

Mars 2021

Sciences et Avenir La recherche N°8898 p 86

La paléogénétique donne un visage au passé

Cet entretien avec Ludovic Orlando à propos de son livre "l'ADN fossile, une machine à remonter le temps" donne d'intéressants éclairages sur les méthodes et les résultats de la paléogénétique.

La paléogénétique est au cœur des reconstitutions phylogénétiques qui sont dans nos programmes. Un livre qu'il nous faudra sans doute lire.

Pour la science N� 521 p 14

Les peintures rupestres du Sulawesi

Sciences et Avenir La recherche N°889 p 84

La plus ancienne peinture rupestre se trouve en Indonésie

La datation de la calcite qui recouvre les peintures rupestres par la méthode Uranium-Thorium a permis de dater des peintures rupestres exécutées il a au moins 45 500 ans dans une grotte de l'île de Sulawesi en Indonésie

La recherche et l'étude de ces peintures ont été longtemps cantonnées à l'Europe à tel point que l'on pensait que l'art pariétal était une invention des "européens anciens". Des œuvres très précoces sont progressivement découvertes sur d'autres continents. Il est probable que ce ne soit qu'un début.

 

 

 


Retour
 

Février 2020


Document sans titre

Février 2021

Pour la science N� 520 p 47

Comment les Néandertaliens fabriquaient-ils du goudron ?

Quelques outils lithiques élaborés par des Néandertaliens sont enchâssés dans une gangue de goudron qui devait permettre d'améliorer la préhension et d'éviter les blessures aux utilisateurs. Dans une démarche expérimentale Patrick Schmidt a tenté de reconstituer la méthode de production de ces goudrons à partir de l'écorce de bouleau. Les méthodes de l'antiquité lui semblant trop complexes, il s'est intéressé à la simple condensation à l'air libre sur des pierres de brai issu de la combustion lente de rouleaux d'écorces. Une telle manipulation, relativement simple doit cependant être planifiée et surveillée, ce qui implique des capacités cognitives importantes.

Cet article participe à la reconnaissance des capacités cognitives complexes des néandertaliens.

Pour la science N� 520 p 17

Néandertal et ses morts

Cette brève nous apprend que le réexamen du site de la Ferrassie confirme le caractère volontaire d'une sépulture de néandertalien sur ce site il y a 41 000 ans. Ce site s'ajoute à d'autres sépultures organisées de néandertaliens en Europe et en Iraq.

La convergence entre les néandertaliens et les modernes ne cesse de s'accentuer.

La Recherche Février2021/avril2021 p133

Kindred

Cette présentation du livre de Rebecca Wragg Sykes insiste sur le grand nombre de découvertes faites récemment concernant l'homme de Neandertal.

Un ouvrage sans doute indispensable pour mettre bas les représentations erronées qui comme chacun sait ont la peau dure.

Sciences et Avenir La recherche N°888 p 94

Toutes les écritures ont commencé avec des rébus

Cette présentation du livre "la fabuleuse histoire de l'invention de l'écriture" de Silvia Ferrara insiste contrairement au titre du livre sur le fait que cette invention a eu lieu plusieurs fois de façon indépendante à la fois temporellement et géographiquement. Pour l'auteure elle est initiée par la complexification progressive et lente de systèmes de rébus.

Paradoxalement l'apparition des systèmes d'écritures marque classiquement la fin des temps autrefois qualifiés de "préhistoriques". Pour autant le fait que ces inventions soient à la fois plurielles et parallèles, empruntant des voies similaires indique que l'écriture fait sans doute partie des potentialités humaines basées sur des structures propres à l'espèce. Nous toucherions donc là une faculté biologique de l'humain.

Sciences et Avenir La recherche N°888 p 93

Les femmes aussi chassaient le gros gibier

Dans un passé récent, la présence d'outils de chasse dans une sépulture faisait systématiquement attribuer le sexe masculin aux restes humains. Une analyse des protéines des dents a permis d'établir que 30 à 50% des humains catalogués comme chasseurs étaient en fait des femmes dans les Amériques il y a 10 000 ans.

Voilà une excellente occasion de mettre fin aux préjugés qui attribuent aux sociétés anciennes le même fonctionnement que celui des sociétés contemporaines.

Sciences et Avenir La recherche N°888 p 26

"Sapiens vs Neandertal", un pouce de différence

L'articulation du pouce des néandertaliens étant plus plate que celle des hommes modernes, les premiers auraient eu des facultés de préhension moindres.

Contrairement à ce que suggère le titre, cela ne constitue peut-être pas une différence désavantageuse. Une articulation moins laxe minore l'habilité mais améliore la puissance. Il serait hasardeux de compter ce fait comme défavorable aux néandertaliens.

Sciences et Avenir La recherche N°888 p 24

Des pointes de flèche en os humain

Ces deux pointes de flèche trouvées sur une plage au Pays-Bas ont sans doute été façonnées à partir d'os humains sur le Dogger Bank lorsque celui-ci était une terre émergée. Les découvreurs attribuent une signification symbolique à la matière première.

C'est sans doute une projection dans le passé de notre mode de pensée contemporain. Un os était sans doute une matière façonnable quel qu'en soit l'origine pour les mésolithiques. Une brève de peu d'usage pour nous.

 

 


Retour
 

Janvier 2020


Document sans titre

Janvier 2021

Pour la science N� 519 p 15

Chasseurs-cueilleurs du mésolithique

Le mésolithique correspond en Europe de l'Ouest à l'arrivée des premiers paysans en provenance du Proche Orient. Le site de Gravilliers dans le Jura montre ainsi une modification des outillages lithiques qui pourrait correspondre à l'arrivée de ces nouvelles populations. Les Pointes de Sauveterre et les triangles scalènes sont remplacés par des lames trapézoïdales.

Un article qui pourra être lu dans le cadre du thème sur les migrations humaines.

Sciences et Avenir La recherche N°887 p 86

L'histoire de la domestication est une histoire de domination

La présentation du livre de Valérie Chansigaud insiste sur le fait que la domestication est aussi bien une transformation volontaire et empirique d'une espèce sauvage qu'un bouleversement engendré dans les structures sociales de l'époque considérée.

D'après cette présentation le livre s'attache beaucoup plus aux faits culturels qu'aux éléments de biologie. A noté une erreur sur la date des premières domestications du chien.

Sciences et Avenir La recherche N°887 p 85

Le débat sur la bipédie de Toumaï relancé

Alors que le crâne de Sahelanthropus tchadensis a été très rapidement décrit, il existe parmi les restes collectés un fémur dont l'étude n'avait jamais été publiée. Cette pièce difficilement accessible a enfin été étudiée et la conclusion risque de bouleverser le positionnement phylogénétique de l'espèce. La forme de ce fémur est incompatible avec une station bipède prolongée. Toumaï pourrait donc être plutôt du côté des chimpanzés et Gorilles que des hominines.

L'omission des éléments gênants est une sorte de tradition dans la profession dans le cadre d'une compétition exacerbée entre les équipes de chercheurs. D'ici quelques mois on y verra plus clair.

Sciences et Avenir La recherche N°887 p 26

Neandertal enterrait bien les siens

Cette brève pour signaler que le réexamen des restes de néandertaliens trouvés sur le site de la Ferrassie montre qu'ils avaient été ensevelis volontairement.

Cette brève est en fait une confirmation d'un fait formulé depuis longtemps.

 


Retour
 
auteur(s) :

François Cordellier

éditeur(s) :

Tony Neveu, Webmestre

haut de page

sciences de la vie et de la Terre - Rectorat de l'Académie de Nantes