Contenu

arts plastiques - InSitu

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > arts plastiques > enseignement > leçons

muette

mis à jour le 04/03/2018


muette

Quand un roman déclenche un projet plastique...

mots clés : dessin, présentation, processus, projet, vidéo, Pessan


Document sans nom
 
muette 01




Julie a découvert Muette, le roman d'Eric Pessan, sur l'un des rayonnages du CDI. Séduite et touchée par la lecture du livre, elle a décidé que celui-ci et son personnage principal, une adolescente fugueuse nommée Muette, seraient le point de départ d'un projet plastique qui va se décliner avec une grande liberté sous différentes formes.
Cette démarche, qui se double d'une quête d'identité, se développe comme une fugue artistique musardant du dessin à l'installation, du livre à la vidéo.

T.F.


 

 
muette 02 muette 03
 

"Muette est une jeune fille qui se lance dans une course poursuite avec elle-même. Dans le livre d’Éric Pessan, le lecteur suit cette jeune fille lorsqu’elle fugue de chez ses parents pour se réfugier dans la forêt voisine. Au fils des pages, on apprend à la connaître elle, ses parents et ses envies grâce notamment à des retours dans son passé. Elle apprend elle-même à se connaître. Cependant, on ne sait pas à quoi elle ressemble physiquement, il n’y a aucune information aux fils des pages. On peut donc supposer qu’elle est à la fois tout le monde et personne.
 

extraits du carnet de travail

Cette histoire d’une fugue, d’une recherche existentielle est celle de bien des jeunes d’aujourd’hui. Muette n’a donc pas réellement de visage, elle est à la fois le personnage du livre mais aussi tous les jeunes qui vivent une histoire similaire, l’histoire qu’un questionnement sur ce qu’elle est et ce qu’elle veut devenir.

 


Pour ce projet, j’ai réalisé une accumulation de visages avec un élément récurrent : la coupe de cheveux au carré. J’ai utilisé l’image que je me suis faite de Muette et l’idée qu’un seul visage ne lui correspondait pas, mais qu’elle était une multitude de personnes, de visages et d’identités. J’ai développé ces recherches autour d’un visage comme on mène une enquête. Il m’a semblé que cette production pouvait être une sorte de tableau d’investigations, les images étant reliées les unes aux autres via un fil rouge. J’ai également ajouté aux images des citations du roman qui renvoient aux phrases que les parents de Muette lui répétaient.

 
 

Vu de l’extérieur, sans connaître le livre, il est peut-être complexe de comprendre les enjeux de ce projet. Mais n’oublions pas que dans le livre Muette est exactement ce que désigne son prénom : elle n’arrive pas à parler ni à s’exprimer pour se faire comprendre et pour se comprendre. J’ai voulu que ce travail lui ressemble, qu’il soit muet à sa façon et qu’il plonge le spectateur dans le silence, dans l’incompréhension.



 

Une fois le projet réalise et démonté, il ne me restait qu’une multitude de visages neutres, j’ai donc décidé de les utiliser sous forme de carnet, de livre, comme pour retourner à l’état d’origine qui est le livre Eric Pessan. J’ai également utilisé différents types de procédés comme le pastel gras, sec, la gouache, l’encre de couleur, pour casser le côté neutre du noir et blanc, qui était presque trop lisse. J’ai voulu que l’on comprenne les procédés, je me suis donc filmée lors de la réalisation. Le carnet a un côté évolutif, le pastel gras ou sec ont fait un transfert sur la page d’en face lorsque que le carnet était fermé. A chaque ouverture, le transfert est plus fort, comme s’il y avait une fusion entre toutes les pages, entre tous les visages pour ne former qu’une seule Muette."

Julie, TL spécialité arts 2016-2017

 
contributeur(s) :

Thierry Froger, Lycée Champ Blanc, Le Longeron (49)

information(s) pédagogique(s)

niveau : Terminale L

type pédagogique : production d'élève

public visé : élève, enseignant

contexte d'usage : travail autonome, classe

référence aux programmes : Le chemin de l'oeuvre mobilise des rapports aux techniques et induit des choix plastiques déterminants pour porter l'oeuvre en en servant le projet esthétique intrinsèque.
Oeuvre, filiation et ruptures : Faire état de stratégie, goût, sincérité. Suivre, opérer des déplacements, transgresser, etc.
L'espace du sensible : Comment réfléchir la mise en situation de l'oeuvre dans les espaces de monstration.

haut de page

arts plastiques - InSitu - Rectorat de l'Académie de Nantes