Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > ressources > comptes-rendus

"Papa; qu'as-tu fait en Algérie ?", enquête sur un silence familial - Raphaëlle Branche

mis à jour le 25/10/2020


RVH Blois 58x58.png

un ouvrage qui a pour projet de "faire l'histoire d'un silence", celui des appelés de la guerre d'Algérie par une historienne spécialiste de cette question. Compte rendu d’après l’ouvrage et la présentation faite par l’auteur au café littéraire des Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2020.

mots clés : guerre d'Algérie, appelés, silence, mémoire, histoire


Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Nanterre, est connue pour avoir mené des travaux portant sur les violences en temps de guerre, particulièrement centrés sur la guerre d’indépendance algérienne. Elle est l’auteure de La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, ouvrage qui a apporté un éclairage majeur sur les mécanismes de la torture pratiquée par l’armée française pendant la guerre d’Algérie.

L’ouvrage, ici recensé et présenté par l’auteure lors d’un café littéraire aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois en Octobre 2020, « Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? » paru aux éditions La Découverte, en 2020, restitue les enjeux des mémoires familiales des anciens appelés du contingent et le lien entre ces mémoires et l’Histoire, grâce à des archives publiques et à un travail d’enquête mené auprès d’anciens appelés et de leurs proches (parents, épouses, adelphie). Cet ouvrage interroge l’articulation entre mémoire et histoire.

L’auteure porte le projet de « faire l’histoire d’un silence », variable en fonction des interlocuteurs et des différents contextes politiques et sociaux. Autrement dit, de raconter une expérience plurielle de la guerre par les appelés, à travers la compréhension du silence, du non-dit. Mobilisant essentiellement la correspondance et les journaux intimes des conscrits, l’auteur explique le processus qui a conduit ces hommes au silence, à l’impossibilité de dire, de raconter leur vécu, leur expérience de la guerre, de verbaliser leurs émotions durant cette guerre qui ne dit pas son nom. A travers ses analyses, Raphaëlle Branche dresse le portrait d’une génération de jeunes et présente la société qui en constitue le cadre, société touchée par de nombreuses mutations après la seconde guerre mondiale et les « trente glorieuses ».

L’auteure se propose de résoudre la problématique suivante : « Comment construire une histoire collective à partir de mémoires familiales plurielles ? ». Pour y apporter des éléments de réponse, Raphaëlle Branche organise son ouvrage autour de trois parties, axées sur le temps long : les temps de la guerre, le temps des premières années du retour et le temps des difficiles transmissions postérieures.

 
 
L’introduction rappelle la méthodologie, les objectifs et l’esprit pour construire un récit historique sur cette « guerre sans mots », « comprendre ce qui s’est joué dans les familles… » et « … comment la guerre a été vécue puis racontée et transmise ». Basé sur une démarche d’enquêtes, d’entretiens individuels et collectifs et de questionnaires, l’auteure questionne le silence en tant que levier de la communication au sein des familles françaises. Le fil conducteur choisi est donc celui de la transmission des expériences de guerre à partir du point de vue des anciens appelés et de leurs familles.

Pour la première partie, Raphaëlle Branche fixe le contexte sociétal de cette génération, celle du vécu d’une expérience commune, celle d’une génération d’hommes marquée par la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, l’entrée dans l’âge adulte correspond à l’étape du service militaire, obligation patriotique mais aussi temps épistolaire qui maintient le lien avec la famille et fonde des valeurs communes. Les rôles familiaux se dessinent à travers ce moment de séparation : les mères se chargent exclusivement de la réception et de la transmission des informations, les pères, quant à eux, se consacrent aux domaines politiques et militaires maintenant une certaine autorité paternelle. Toutefois, les silences s’installent … Silences liés à la méconnaissance de l’Algérie, du contexte social et colonial. Grâce à un travail fin d’analyse historique, Raphaëlle Branche met en évidence le poids de l’autocensure, des écrits maîtrisés par leur auteur afin de rassurer les familles, en particulier l’adelphie.  Comment raconter cette expérience algérienne ? Allusions, comparaisons, euphémismes, autant de moyens mobilisés pour dissimuler la réalité des opérations militaires engagées par l’armée française et les autorités politiques…. L’historienne réussit à nous faire prendre conscience de la « mise en tension entre l’homme et l’uniforme » : détresse, sentiment de honte et d’écœurement ressentis par de nombreux appelés, notamment face à la torture expliquent les silences volontaires relevés dans les journaux intimes. Les conscrits sont partagés entre ce qui est vécu, souvent pour la première fois, et ce qui est réellement révélé aux familles.

 
 
La seconde partie de l’ouvrage est consacrée au retour des appelés auprès de leur famille. Ce qui semble prédominer, c’est la nécessité d’oublier les évènements survenus en Algérie…. Oublier l’Algérie pour penser à l’avenir, fonder une famille, tel était leur souhait [voir la référence cinématographique évoquée par l’auteure : Les Parapluies de Cherbourg (1964), Jacques Demy]. Quels sont les ressorts profonds et les raisons d’un tel silence ? L’auteure propose plusieurs axes de réflexions. D’abord, la parole ne se libère que si celle-ci est accueillie ou répondant à un questionnement. Mais pour une grande majorité des anciens d’Algérie, le sentiment de honte, la douleur ou la conviction de n’avoir rien à raconter, sont autant de motifs de ne pas partager leur expérience de guerre : la verbalisation est difficile, elle joue le rôle d’obstacle. Ensuite, il s’agit de se conformer, dès leur retour, aux attentes sociales et familiales. Enfin, s’appuyant sur les rapports des experts en psychiatrie qu’elle a consultés, l’historienne étudie la névrose traumatique de guerre qui est le résultat d’une intense difficulté de réadaptation à son environnement. Il faut noter aussi que le décret d’amnistie de mars 1962 favorise ce « silence » … les autorités politiques invitant à ne pas remuer le passé… rendant plus difficile le défi de « faire passer le passé ».

 


Livret Militaire - source : Poussin Jean, Wikipédia, © CC BY-SA 3.0
 

La troisième partie est organisée autour de la transmission de « l’expérience combattante » dans les familles. Elle interroge le positionnement de l’ancien appelé au sein de sa famille, en tant que père et grand-père et la capacité des générations à communiquer entre elles. En d’autres termes, elle questionne les « fragments paternels ». L’historienne cherche à associer la petite histoire à l’Histoire ; entre histoire individuelle et histoire nationale. Soulignant le tournant des années 2000, elle montre ce désir de se libérer, d’adopter un regard rétrospectif sur leur expérience algérienne, de la partager avec leurs enfants. Mais comment trouver les mots justes pour rendre compte de leur vécu ? En historienne, Raphaëlle Branche dégage trois catégories de mémoire : une dimension « réparatrice » afin de mettre des mots sur des actions ou des évènements douloureux, une dimension « testimoniale » qui insiste sur l’importance de leur témoignage pour l’histoire nationale, et une dimension « testamentaire ». La notion de « Postmémoire » est convoquée pour élucider la question, elle se réfère aux rapports que les descendants entretiennent avec des expériences de guerre qu’ils n’ont pas connues. Les évènements se sont bien déroulés dans la sphère du passé mais les conséquences – les impacts- persistent dans l’intimité familiale.

 
 
En conclusion, un ouvrage très bien écrit, à la fois rigoureux dans son approche universitaire, et une écriture qui nous plonge dans les méandres des mémoires des appelés et de leur famille entre « consonance » - la transmission est de de l’ordre de l’implicite et « dissonance » - la transmission perturbe l’équilibre familial, donc le silence permet de le préserver. Ce livre est d’actualité car il questionne les enjeux de mémoire, les questions générationnelles. Dans tous les cas abordés, cette thématique rejoint nos programmes de lycée (terminale et enseignement de spécialité) et plus généralement la question du témoin, de la transmission... donc de l’Histoire.

Compte rendu rédigé par Jean-François Loistron d’après l’ouvrage et la présentation faite par l’auteur au café littéraire des Rendez-vous de l’Histoire de Blois – Octobre 2020.

Lien vers l’éditeur : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Papa__qu_as_tu_fait_en_Alg__rie__-9782707198785.html

 
auteur(s) :

jean-françois loistron, webmestre associé

ressources associées

memorial_paris_pt.jpg les mémoires de la guerre d'Algérie : de 1992 à nos jours (2). 02/08/2012
Deuxième partie de la séquence : démarche détaillée avec les documents supports de l'étude.
histoire, mémoire, guerre d’Algérie, commémoration, mémorial Loïc Cardinal, Arlette Icre-Robert et Nadine Grateau
bataille_Alger_pt.jpg les mémoires de la guerre d'Algérie : 1962 - 1992 (1). 02/08/2012
Première partie de la séquence : démarche détaillée avec les documents supports de l'étude.
histoire, mémoire, guerre d’Algérie, guerre de libération, guerre d’indépendance, harki, pied-noir, nationalisme, FLN Loïc Cardinal, Arlette Icre-Robert et Nadine Grateau
800px-Makamelchahid.JPG les mémoires de la guerre d'Algérie 17/05/2014
dans le cadre d'une tâche complexe et d'un travail collaboratif, les élèves vont présenter les mémoires des acteurs de la guerre d'Algérie
mémoire, mémoires, guerre d'indépendance, France, Algérie, soldat, Harki, Pied-Noir Fabienne Joly
monument-martyrs-Alger_pt.jpg le rapport des sociétés à leur passé : les mémoires de la guerre d'Algérie. 02/08/2012
Il s'agit à travers l'exemple des mémoires de la guerre d'Algérie, question d'actualité sensible, de montrer les rapports complexes des sociétés à leur passé.
histoire, mémoire, guerre d’Algérie, guerre de libération, guerre d’indépendance Loïc Cardinal, Arlette Icre-Robert, Nadine Grateau
vignette algérie.jpg l'Algérie : de la colonie à l'Etat indépendant 25/05/2011
Comment retracer le processus de la décolonisation de l'Algérie ? Comment aider les élèves à situer le rôle des principaux acteurs ?
Algérie, décolonisation, guerre, FLN, ONU Jérôme Laborieux
Capture.JPG classe inversée : la fin de la IVème République et de Gaulle en Algérie 21/05/2015
aborder la chute de la IVème République française et le retour de De Gaulle dans une démarche de classe inversée...
De Gaulle, IVème République, 1958, guerre d'Algérie jean-françois loistron

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes