Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

exemples d'ateliers de découverte de la basilique d'Évron

mis à jour le 07/08/2013


vierge_pt.jpg

Extraits du livret élève et des activités proposées  dans le cadre des énigmes de la basilique d'Évron

mots clés : Moyen Âge, église abbatiale, métiers, décor


Rappel : le dossier élève est téléchargeable en bas de la page de présentation de la séquence

Reconnaître les décors de la basilique

Donne un nom à chaque élément de décor de l'église représenté ici.
 
 vitrail statue de la Vierge
 sculpture de la nef fresque de la nef
 

Décrire et expliquer le décor sculpté de "l'arracheur de dents"


interprétation de " l'arracheur de dents "

1) Place le nom des personnages représentés à côté des flèches.
2) Décris et explique en quelques lignes ce bas-relief.
- Distingue le registre inférieur et le registre supérieur.
 

Identifier les corps de métiers et les machines utilisées lors de la construction de l'église

1) Établis la liste des sept corps de métiers que tu as rencontrés au cours de ton enquête :
1
2
3
4
5
6
7
2) Cite les noms des machines qui ont pu être utilisées lors de la construction de l'église.
 

Situer l'église d'Évron dans son environnement au Moyen Âge



1) Par quel nom peut-on désigner l'église d'Evron au Moyen Age ?
2) Explique pourquoi.

Plan supposé de l'abbaye d'Evron dressé par le frère André au 17ème siècle (années 1640), Archives Nationales, NIII

plan de l'abbaye (XVIIe)

 1 : chambres pour les hôtes  6 : écuries pour les bœufs11 : cloitre
  16 : réfectoire
 2 : petites chambres pour les
domestiques
 7 : autres écuries pour les bœufs 12 : réfectoire ancien
détruit (dont il ne reste que les fondations)
17 : cuisine
 3 : cuisine qui sert de lavoir  8 : jardin  13 : emplacement supposé de
l'ancien dortoir
 18 : lieux de la communauté
 4 : chambre qui sert de grenier  9 : cabinet du jardinier  14 : petits lieux  19 : petit jardin
 5 : écuries  10 : celliers 15 : chambre du dépositaire  20 : boulangerie


1) Place les quatre points cardinaux sur le plan.
2) Retrouve l'église sur le plan et colorie-la en bleu.
3) Colorie en rouge les trois corps de bâtiments principaux où les moines
dormaient, mangeaient et entreposaient leurs réserves de nourriture au Moyen Âge.
4) Qui les moines accueillaient-ils aussi dans l'enceinte de l'abbaye ?
 

Pour en savoir plus

 
Le décor

  • Les peintures murales de la partie romane
Le mur nord de la nef romane conserve un fragment de peinture représentant une Vierge à l'Enfant. Cette oeuvre date sans doute du XIIIe siècle. À cette époque, un atelier de peintres itinérant réalise des décors à Bais et à Neau. La parenté stylistique entre les différentes oeuvres laisse supposer qu'elles ont été réalisées par les mêmes peintres.

  • Le décor de la partie gothique :
Les sculptures sont beaucoup plus abondantes que les peintures car elles n'ont pas subi les outrages du temps. Le décor sculpté se compose de chapiteaux ornés de motifs végétaux, de statues posées sur les piliers du chœur, de gisants et de bas-reliefs. Ainsi du bas-relief dit de « l'arracheur de dents » qui comporte deux registres.
On voit sur le registre inférieur trois personnages se tenant la tête à cause
d'une rage de dents. Ils vont rencontrer l'arracheur de dents. Sur le
registre supérieur un homme confesse ses péchés à un prêtre. Le but de ce
bas relief est d'expliquer à ceux qui le regardent qu'en allant se confesser,
ils seront aussi soulagés qu'en allant voir l'arracheur de dents quand ils ont
mal.
Il est à noter que la plupart des sculptures étaient polychromes tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, contrairement à ce que l'on peut voir aujourd'hui.

Le vitrail se développe à Evron au XIVème siècle. Les vitraux du choeur représentent la légende de fondation de l'abbaye. Les religieux ont d'ailleurs offert en 1255, à la cathédrale Saint Julien du Mans une verrière sur le même thème (4ème fenêtre du déambulatoire nord), témoignant de la prospérité de l'abbaye à cette date.

Loin d'être uniquement à visée décorative, la sculpture, comme le vitrail et la fresque, ont pour vocation de faire de la catéchèse à une partie de la population ne maitrisant pas l'écrit.


  • Les métiers
 
Le charpentier

Contrairement aux idées reçues, le charpentier est le premier artisan à intervenir sur un chantier. En effet, c'est à lui que revient la tâche de tailler et construire tous les échafaudages permettant aux ouvriers de travailler. Les échafaudages sont constitués de poutres en bois qui traversent les murs et soutiennent des perches, assemblées entre elles par des cordes. Quand on les enlève, les poutres laissent apparaitre des trous. Ces trous, appelés boulins ne sont pas toujours rebouchés.
Le charpentier construit aussi l'ensemble des machines de levage pour les blocs de pierre. Enfin, c'est lui bien sûr, qui pose la toiture de l'église.

Le maçon

Le maçon édifie le gros oeuvre, c'est-à-dire les fondations, les murs et les revêtements avec enduits.
Pour vérifier l'horizontalité et la verticalité des murs, il utilise un niveau et un fil à plomb (aussi appelé pendiculaire).
Il prend ses mesures avec une corde à treize noeuds ou la pige des bâtisseurs. Il étale ses enduits à l'aide d'une truelle et d'une taloche.
Le maçon joue un rôle essentiel dans la construction du monument. Il dispose pour cette raison, d'une grande liberté dans la réalisation de son projet.

Le gâcheur

Le gâcheur prépare le plâtre et la chaux pour les liants et les enduits. Ces matériaux sont produits à partir de minéraux broyés puis calcinés dans un four. Mélangés avec du sable, ils constituent les enduits posés sur les murs.

Le tailleur de pierres

Il donne aux blocs de pierre les dimensions et les formes requises pour la construction. Avant la taille proprement dite, il trace sur la pierre la face à aplanir et la forme à tailler.
Il se sert aussi de ciseaux à tranchant dentelé : les gradines, qu'il percute avec une masse. C'est la dernière phase avant que le bloc, finement taillé, arrive dans les mains du sculpteur. Les tailleurs de pierre sont payés en fonction du nombre de pierres qu'ils préparent. Ils laissent donc des marques sur les pierres qu'ils taillent (marques de tâcherons). On peut ainsi les suivre de chantiers en chantiers.
Le sculpteur

Au Moyen-âge, on l'appelle « ymagier» ou « tailleur d'images ».
Son rôle est de tailler en relief des sujets dans des matières dures telles que la pierre, le marbre au le bois. Outre les gradines, il se sert de gouges pour dégager les formes, d'un trépan au d'un foret pour percer la pierre.
La sculpture est omniprésente dans les églises : sur les chapiteaux, autour et au-dessus du portail d'entrée (le tympan est une surface de prédilection pour les imagiers), sur la façade.
Ces sculptures sont peintes. Elles sont comme une bible de pierre. La plupart des gens de l'époque ne sachant pas lire, l'image rend accessibles les préceptes et les principes chrétiens au plus grand nombre. Les sujets les plus souvent représentés sont le Christ, le monde des anges, la Pentecôte, la Vierge, les Apôtres, les prophètes, les saints, le jardin d'Eden ...
On rencontre aussi tout un bestiaire composé d'animaux de la nature, fantastiques ou symboliques. Le lion symbolise ainsi la sagesse et la puissance; la licorne, la finesse et l'intelligence; le cerf, l'agilité et la rapidité; les éperviers, le couple; l'éléphant, la force, la sagesse.

Le verrier

Le verrier exerce son art dès l'époque romane, mais c'est surtout à l'époque gothique qu'il s'exprime pleinement. Le maitre verrier commence par dessiner son ébauche sur du carton ou une plaque de plâtre. À partir de ce modèle, il découpe des motifs géométriques dans des plaques de verre coloré. Peints puis cuits au four, ces motifs sont ensuite assemblés comme un puzzle grâce à un sertissage de plomb. Les panneaux du vitrail sont enfin ajustés à la baie de la fenêtre.
Comme les sculptures, les vitraux permettent de raconter une histoire sacrée (scène biblique) ou profane (épisodes de la vie quotidienne par exemple).

Le peintre

Il est le spécialiste de la fresque, décoration en provenance d'Italie. La fresque est réalisée en trois étapes : pose d'un enduit frais sur le mur par le maçon, réalisation du décor avec des pigments par le peintre, finition des personnages ou des détails de la fresque à la peinture.
Le peintre ne dispose que de quatre heures environ pour réaliser son œuvre, avant que l'enduit frais ne sèche. Les pigments, une fois absorbés par l'enduit encore humide, font partie intégrante de la paroi.
La peinture murale et la fresque ont la part belle dans les églises au Moyen-âge, mais très peu sont encore intactes.
 
auteur(s) :

Elisabeth Poisson, Enseignante chargée de mission Coordination territoriale à l’éducation au patrimoine du pays d’art et d’histoire Coëvrons-Mayenne

éditeur(s) :

Claudie Ferchaud

information(s) pédagogique(s)

niveau : 5ème

type pédagogique : activité de découverte

public visé : enseignant

contexte d'usage : sortie pédagogique

référence aux programmes :  II- L'Occident féodal, XIe - XVe siècle 

thème 3 - La place de l'Église

ressource(s) principale(s)

basilique_evron_pt.jpg les énigmes de la basilique : l'église abbatiale d'Évron 07/08/2013
Cette séquence propose, à partir de la basilique d'Évron, de découvrir l'évolution architecturale d'une église abbatiale entre le 11ème et 14ème siècle et de la resituer dans son environne ...
Moyen Âge, église abbatiale, roman, gothique, abbaye. Elisabeth Poisson

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes