Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

habiter la métropole

mis à jour le 08/06/2016


tramwayico.jpg

  Présentation de la démarche pour le thème habiter la ville. Comment le mettre en oeuvre dans les différents niveaux de collège ?

mots clés : habiter, ville, metropole, ecoquartier,


GEOGRAPHIE 6° - THEME 1 HABITER LA METROPOLE

Pré-acquis : En CM1 – CM2, les élèves ont étudié la ville par des approches multiples et variées.
En Géographie, les élèves découvrent ainsi que pratiquer un lieu, pour une personne, c’est en avoir l’usage et y accomplir des actes du quotidien comme le travail, les achats, les loisirs… Il faut pour cela pouvoir y accéder, le parcourir, en connaitre les fonctions, le partager avec d’autres (introduction au programme de Géographie du cycle 3). Centrer sur le concept d’Habiter, le programme de Géographie est très largement centré sur la ville comme l’atteste les extraits relevés ci-dessous.
CM1 :
Thème 1 : Découvrir le(s) lieu(x) où j’habite : l’élève caractérise et localise ses lieux de vie.
Thème 2 : Se loger, travailler, se cultiver, avoir des loisirs en France dans des espaces urbains.
Thème3 : Consommer en France
CM2 :
Thème 1 : Se déplacer. Se déplacer de ville en ville, en France, en Europe et dans le monde
Thème 2 : Communiquer d’un bout à l’autre du monde grâce à l’Internet
Thème 3 : Mieux habiter. Favoriser la place de la « nature » en ville. Recycler. Habiter un écoquartier.

 
De même, en Histoire, ils appréhendent la notion de ville qui peut être développée en filigrane à travers les divers thèmes à traiter.

Thème 1 : Les apports de la romanité en CM1 sont l’occasion de présenter des cohabitations progressives de cultures différentes qui s’associent, se superposent et se mêlent (cohabiter), de modèles urbains et de fonctions urbaines qui s’imposent (pratiquer), de traces observables dont l’Occident a hérité (spatialiser). Avec les déplacements de population du Haut Moyen-Age, les villes régressent mais voient fusionner les civilisations et s’affirmer de nouveaux pouvoirs politiques et religieux : l’espace urbain est alors très marqué dans ses fonctions et ses limites par rapport aux campagnes qui l’entourent. A partir du XIIIème siècle, la croissance urbaine est l’occasion de montrer la multiplication des pratiques (pratiquer – cohabiter).

Thème 2 : A travers l’affirmation de la monarchie française, on peut présenter les traces du pouvoir royal dans la capitale ou d’autres villes du territoire national en construction (pratiquer – cohabiter).

Thème 3 : L’étude de la période révolutionnaire peut aussi s’appuyer sur la façon dont sont habités les lieux des nouveaux pouvoirs et des nouvelles citoyennetés.
En CM2, les élèves ont pu être éveillés au fait que les lieux de la République en construction, comme ceux des conflits et violences (1830, 1848, 1870) sont surtout urbains : la rue, la place peuvent se substituer à l’école et à la mairie au XIXème siècle [thème 1].

Thème 2 : la ville industrielle présente de nouveaux paysages et de nouvelles pratiques sociales.

Le thème 3, a priori plus éloigné de ce concept d’habiter la ville, peut néanmoins être l’occasion de réfléchir sur l’enjeu et le rôle des villes durant les guerres : avec la Seconde Guerre mondiale par exemple, les élèves auront pu comprendre pourquoi les villes étaient particulièrement bombardées (terroriser les civils, atteindre l’appareil de production et de communication), pourquoi elles pouvaient être des lieux privilégiés de la clandestinité (au-delà de l’image du maquis).

Avec ce bagage historique et culturel, les élèves sont préparés à l’étude de ce qu’est habiter la métropole en Sixième. Pour chaque leçon, les enseignants auront pu interroger leurs élèves sur les traces, les signatures, les empreintes du passé laissées dans la ville et sur la façon dont les habitants ont pratiqué ou pratiquent la ville au fil du temps. Ces deux attitudes adoptées de manière récurrente doivent permettre de construire du sens progressivement, de retrouver les fils conducteurs d’urbanité, de mondialité et de mobilité.

En Sixième, le concept n’est plus Habiter la ville mais habiter la métropole. Habiter la métropole, c’est travailler sur une dimension nouvelle de la ville, une dimension qui engage nettement plus à la réflexion sur la ville de demain, voire la ville du futur : la métropole, qui se définit, de manière basique, par « une ville qui regroupe des fonctions de commandement », c’est le lieu de concentration d’habitants qui vivent et partagent l’urbanité, la mondialité et la mobilité avec une intensité toute relative selon leurs pratiques. Ville de plusieurs centaines de milliers d’habitants au minimum, ville millionnaire, la métropole interroge plus que jamais la façon dont ses habitants la pratiquent, la fréquentent. En déclinant comment Pratiquer, Cohabiter, Spatialiser on tente de répondre à cette question. En y répondant, les élèves apprennent aussi à lire les lieux et se projettent dans des lieux qui leur sont propres ou qu’ils peuvent s’approprier.
 Voire le tableau
 
Prolongements, réinvestissements :

Dès la Sixième, en Histoire, on peut s’interroger sur le fait urbain naissant et croissant : des premières cités-Etats du Néolithique à la construction de métropole capitale des grandes civilisations de l’Antiquité (Athènes, Rome, Jérusalem).
Tout au long du cycle 4, la récurrence du questionnement sur la manière d’habiter la ville ou la métropole peut enrichir le concept : on peut insister plus ou moins, selon les thèmes abordés, sur les fonctions, sur les monuments ou sur les relations de cet espace urbain avec le reste du territoire ou d’autres mondes. Forcément, certains thèmes se prêtent mieux à suivre ce fil conducteur des programmes : les lieux de contact des civilisations autour de la Méditerranée en Cinquième, l’urbanisation qui accompagne l’industrialisation et le développement d’une culture et d’une architecture républicaine en Quatrième. Curieusement, c’est peut-être en Troisième que le fait urbain est le moins visiblement étudié, alors qu’on étudie le XXème siècle durant lequel le phénomène de métropolisation prend une ampleur sans égale. Seul le dernier thème sur la société française dans la seconde moitié du siècle peut développer les transformations de la ville. Néanmoins, on peut continuer à s’interroger sur les traces laissées par les Hommes à chaque étape historique dans l’espace urbain, à travers chaque thème et période étudiés.

En Géographie, le programme de Cinquième ne propose rien en lien direct avec la métropole, mais là aussi, des exemples de métropoles pour développer certains thèmes peuvent s’appuyer sur les acquis du Cycle 3. Ainsi, inégalités démographiques, inégalités économiques, inégalités face à l’approvisionnement en eau ou en énergie, inégalités face aux risques seront bien souvent situées à l’échelle locale de villes ou de métropoles. Cela permettra d’enrichir un peu plus le concept d’Habiter la métropole.
En Quatrième, le Thème 1, l’urbanisation du Monde, est au contraire très lié à notre thème, puisqu’il en est explicitement le prolongement : on propose une étude de type géo-histoire sur l’urbanisation au fil des siècles, puis on insiste sur les transformations des espaces et des paysages selon les nouvelles dynamiques liées à la mondialisation, et notamment à la connexion aux réseaux de la mondialisation.
Même remarque sur les thèmes 2 (Les mobilités humaines transnationales) et 3 (Des espaces transformés par la mondialisation) que pour le niveau Cinquième.
En Troisième, on retravaille à l’échelle nationale sur le phénomène urbain et d’urbanisation, présenté dans le Thème 1 Dynamiques territoriales de la France contemporaine avec deux sous-thèmes également dans la continuité de notre thème de Sixième : les aires urbaines, une nouvelle géographie d’une France mondialisée, et les espaces productifs et leurs évolutions. On retrouve ici pleinement les phénomènes de mondialité, d’urbanité et de mobilité en ce qu’ils modifient les pratiques des habitants.
Enfin, les thèmes 2 (Pourquoi et comment aménager le territoire ?) et 3 (La France et l’Union européenne) pourront aussi s’appuyer sur des exemples urbains qui renforceront les acquis sur ce concept.
 
auteur(s) :

Fabienne Raffin et Jérôme Bouchereau.

information(s) pédagogique(s)

niveau : Collèges tous niveaux

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : enseignant

contexte d'usage : non précisé

référence aux programmes : Collège tous niveaux

ressource(s) principale(s)

habitatico3.jpg habiter 07/06/2016
Présentation de la construction d'un concept sur la durée de la scolarité.
nouveau collège, habiter Fabienne Raffin et Jérôme Bouchereau.

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes