Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > enseignement > séquences

une démarche de géohistoire en classe de seconde

mis à jour le 04/03/2017


foretvign.jpg

Cette ressource présente des outils des géographes pour faire de l’histoire. L'objet de l'étude est  les défrichements du moyen-âge dans les forêts de l'Est de la Sarthe.

mots clés : géo histoire, défrichements, Sarthe


Cette ressource présente des outils des géographes pour faire de l’histoire. L'objet de l'étude est : les défrichements du moyen-âge dans l'Est de la Sarthe. L'objectif est de faire comprendre aux élèves que les paysages dans lesquels ils vivent, sont encore marqués par le moyen-âge.  Cette démarche est mise en oeuvre dans une classe de seconde sur une durée d'une heure.

Les outils

Pour cette activité,  nous pouvons utiliser  le Géoportail  qui est l'outil le plus complet  (notamment pour la possibilité d'afficher les parcelles  cadastrales) mais aussi le globe terrestre wikimapia une variante de google earth et qui propose plusieurs collections d'images satellitales et plans. Les observations que nous pouvons faire avec eux  peuvent-être utilement croisées avec des sources historiques :

Un petit ouvrage de toponymie peut rendre de grands services : il s'agit du livre d’Eric Vial intitulé les noms de villes et de villages, collection le français retrouvé, éditions Belin.

Quelques toponymes utilisés  : essart, bois au moine, chapelles, charpenterie,


L'espace étudié

 Dans notre exemple, nous étudions les défrichements dans la forêt de Vibraye à l'Est de la Sarthe. Ce morceau de la célèbre forêt des Carnutes est connu par les historiens comme ayant été défriché à partir de la renaissance carolingienne et de l'an mil à l'initiative notamment de l'abbaye de Saint Calais, des évêques du Mans et des seigneurs locaux. Cependant quelques clairières existaient déjà à l'époque gallo-romaine comme en témoigne le nom de Vibraye (Vicus brayensis), petit-bourg d'origine antique.

 Nous évoquerons aussi le forêt de Bonnétable située plus au nord. Le point commun entre les villages étudiés, c'est qu'ils ont peu évolué dans le temps.  Ils ont connu leur apogée au dix neuvième siècle puis perdu des habitants au cours du 20e siècle. De ce fait leur organisation est encore très tributaire du Moyen-âge.

Les lienbs vers les sites étudiés : Précision si le site wikimapia a son utilité en début de séance c'est surtout le géoportail

La forêt de Vibraye  http://wikimapia.org/#lang=fr&lat=48.034937&lon=0.656776&z=12&m=h
                               la forêt de Vibraye sur le géoportail

Semur en Vallon et sa clairière de défrichement. L'image satellitale montre bien la clairière qui coupe en 2 la forêt. La clairière suit 2 petits cours d'eau qui se rejoignent au niveau du village serré autour de son église. Un peu plus loin se trouve le château médiéval décrit dans la banque d'image de ce site.
    http://wikimapia.org/#lang=fr&lat=48.021219&lon=0.651283&z=13&m=b&search=semur%20en%20Vallon
    Semur en vallon et sa clairiere sur le site du géoportail

Une clairière de défrichements : Lavaré http://wikimapia.org/#lang=fr&lat=48.054476&lon=0.644631&z=14&m=bh
                                                     Vers la carte du géoportail
Cité pour la première fois au XI ème siècle, le village de Lavaré est typique d'une clairière de défrichement. Situé à l'ouest de la forêt de Vibraye, nous le voyons entouré au nord à l'ouest et au Sud de petits bois qui étaient autrefois jointifs avec la forêt située actuellement à l'est du village.  Un toponyme particulièrement intéressant apparaît  sur l'image satellitales : le  bois aux moines. Il nous rappelle qu’au 11e siècle Lavaré fut donné à l'abbaye de la Couture au Mans et qu'en conséquence ils en ont probablement organisé le défrichement. Au Nord du village le topnyme essarts. indique les defrichements anciens


Un village rue de Saint Maixent http://wikimapia.org/#lang=fr&lat=48.089912&lon=0.653923&z=17&m=bh
                                                le lien vers le géoportail :

Dans le même secteur, un peu plus au nord, Saint-Maixent est un village rue typique né lui aussi des défrichements comme en témoignent les nombreux petits bois situés dans les environs. Avec le Géoportail et en affichant les parcelles cadastrales, on aperçoit clairement les maisons et les parcelles en lanières qui s'alignent le long de la route. Cette organisation des parcelles suggère une planification. Chaque nouveau venu s'est installé avec sa famille sur la parcelle qui lui était confiée et qui avait été dessiné au préalable. Le village est mentionné pour la première fois en 1282 à l'occasion d'une vente au chapitre de la cathédrale Saint-Julien du Mans. Le nom du village Saint-Maixent suggère qu’il s'agit d'une fondation religieuse puisque Saint-Maixent était un religieux du Poitou qui a donné son nom à une ville des Deux-Sèvres où se trouvait une grande abbaye. Sur la commune se trouve le petit hameau de Saint-Quentin ancienne commune dont le nom se réfère à un martyr tourangeau (Saint Quentin de Tours) qui aurait été noyé dans une rivière. Comme par hasard tout près se trouve une fontaine avec une chapelle dédiée à ce saint.


Des documents historiques utiles.

Ces outils géographiques peuvent être complétés par les cadastres anciens et les plans terriers. Ces ressources sont plus récentes mais ont leur utilité


Si une ancienne route royale passe près de chez vous vous pouvez consulter l'Atlas de Trudaine qui décrit remarquablement les paysages de la fin du 18e.
 http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/atlasdetrudaine.htm

Les archives départementales ont mis en ligne les anciens cadastres et plans terriers.  Toutes les communes n'en ont pas, cependant vous pouvez avoir la chance de trouver un document de grande qualité. C'est le cas pour la commune de la Bosse près de Bonnétable. Le plan terrier du 18e siècle nous montre un village enfermé dans son enceinte médiévale qui est reliée à la motte castrale qui est à l'origine du village et le tout est en couleur. Une comparaison avec les photos aériennes ou images satellitales actuel permet de faire découvrir aux élèves les origines médiévales de l'organisation de ce village. Il est donc aisé de prouver la création de ce village à l'initiative d'un seigneur qui tenait les habitants dans sa dépendance. Un de ces seigneurs Sequart de Mondragon est connu pour avoir participé à la croisade avec Philippe Auguste et Richard cœur de lion.
Les plans terriers de la Sarthe :

http://archives.sarthe.fr/f/plansterriers/tableau/?fnbres=20
archives.sarthe.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.phpLe plan terrier de la Bosse




Le travail avec les élèves peut se faire de 2 façons en classe avec le vidéoprojecteur ou en salle informatique où les élèves travaillent remplissent un questionnaire à partir des liens qui leur sont donnés.  On peut aussi concevoir un travail de croquis. Faire dessiner la clairière de Semur en vallon ou de Saint Maixent. 



 
auteur(s) :

Ducellier, Professeur certifié lycée Robert Garbnier, la Ferté-Bernard.

information(s) pédagogique(s)

niveau : 5ème, 2nde

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : Programmes de 5 ème
Programme de seconde : la société médiévale

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes