Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie

étudier l'émergence d'une nouvelle société urbaine à partir du cas de Tours

mis à jour le 05/10/2019


ico.jpg

La ville de Tours se caractérise par un double noyau urbain : la Cité, fondation romaine du début de notre ère, et la Martinopole, "ville nouvelle" développée autour de l'abbaye de St Martin au cours du X° siècle.
L'étude du développement de la Martinopole permet d'aborder la "floraison urbaine" du XI° au XIV° siècle, l'émergence d'une nouvelle société et le développement d'une économie marchande.

mots clés : société urbaine, bourgeois, bourgeoisie, économie marchande


La ville a été définie et pensée en termes d’avoir : la ville a un certain nombre d’habitants, un statut, un nom, une muraille, des fonctions, des artisanats, des foires, des marchés, des institutions, des équipements, des bâtiments civils et religieux. Pour P. Boucheron et D. Menjot, la ville doit être pensée en termes d’être : la ville est à la fois un paysage organisé, une société et un centre.

 

Paysage : il est structuré et différencié en paroisses et quartiers, il comprend une enceinte et a des caractéristiques architecturales

Société : elle est caractérisée par une différenciation professionnelle, des formes de sociabilité et des modes de gouvernement

Centre : il rassemble des fonctions, il est en interrelations avec ses campagnes et d’autres agglomérations.

C’est selon cette grille de lecture que la proposition concernant le cas de Tours a été élaborée.

Une première partie (séances 1 et 2) permet de découvrir le paysage urbain. La première tâche des élèves est une activité de repérage sur un plan. Il s’agit en écoutant des consignes préenregistrées de se repérer et représenter un parcours dans l’actuel quartier du Vieux-Tours. Après ce premier travail (où des compétences en termes d’attention et de concentration sont également en jeu), les élèves découvrent à partir de Google Earth un certain nombre d’éléments du paysage urbain (maisons du XIIème, XIIIème, XIVème et XVème siècles, vestiges de l’enceinte et de la basilique St Martin).

   

Le cas de Tours permet de mettre en évidence la « floraison urbaine » du XIème siècle au début du XIVème siècle. Il permet notamment de montrer l’un des facteurs du mouvement d’urbanisation. A Tours, c’est à 800 mètres de la Cité que se développe un 2ème noyau urbain autour du monastère de St Martin. Or en Gaule septentrionale entre le VIIème siècle et le IXème siècle, beaucoup de vieilles cités sont revitalisées par leur périphérie dans laquelle se développent de nouveaux établissements religieux, riches et puissants (Lebeccq 1990). Les offrandes des pèlerins, l’afflux des legs testamentaires enrichissent les basiliques. Transformés en monastères souvent fortifiés au IX°, ils deviennent le centre d’organismes économiques, des lieux de vie et d’échanges, des noyaux de faubourg urbains. Le pèlerinage de St Martin est alors l'un des plus populaires.

Hélène Noizet, dans La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe –XIIIe siècle), montre comment les activités liées à St Martin et au pèlerinage marquent encore la trame urbaine : les axes Nord-Sud depuis la Loire jusqu’à la basilique sont très présents et facilement identifiables aujourd’hui. La confrontation d’une carte des possessions de St Martin et d’un plan de Tours en 1356 peut permettre de montrer comment les activités de St Martin ont engendré une occupation spécifique de l’espace. Hélène Noizet montre comment la présence de chanoines à St Martin (qui ont une alimentation riche et variée incluant la viande, qui sont autorisés porter de la laine et du lin, qui n’ont pas d’obligation de travail et qui ont une proximité permanente avec les laïcs) a eu un impact sur le processus de densification et de diversification de la société urbaine. On constate aisément sur le plan de Tours en 1356 cette densification alors que la partie de la ville où se situe le monastère St Julien (où résident des moines bénédictins) se caractérise par une trame urbaine très réduite.

 

La deuxième partie de l’étude concerne la société. La présence de différents corps de métiers est rappelée par l’actuelle toponymie de nombreuses rues (rue du Change, rue des Orfèvres...) et a été repérée dès la première partie de la séquence. L’étude peut se poursuivre à partir de plusieurs documents : une énumération des confréries existantes à Tours en 1356 (cf. Auguste Chauvigné), le statut des orfèvres octroyé par Charles VI en 1413, des vitraux de la cathédrale St Gatien représentant le travail d’un drapier ou d’un courtepointier. Cette deuxième partie permet de montrer l’émergence de nouveaux modes de vie ainsi que celle de l’économie marchande.

Enfin, dans une dernière partie, il s’agit de constater à travers les différents conflits entre les bourgeois de Tours et les chanoines comment ce groupe social s’affirme au sein d’une imbrication de « forces » en présence. Au XIIème siècle, la Cité dépend du comte d’Anjou (c’est-à-dire Henri II pour la deuxième moitié du XIIème siècle) alors que Châteauneuf (le 2ème noyau urbain né autour de St Martin) est intégré au domaine royal. Sans entrer dans la complexité des différents conflits (analysés par Hélène Noizet et Constanze Buyken), on peut tout de même percevoir la constitution progressive d’un nouveau groupe social qui obtient différentes franchises notamment pour la vente du vin et cherche à former une commune.

 

 

Activités des élèves

Support / Documents

Première partie

Se repérer sur un plan

Tracer sur un plan un parcours

Fichier mp3 et photocopie d’un plan de Tours actuel.

Repérer les caractéristiques architecturales de la ville XIIème-XVème siècle

Décrire la rue au Moyen Age

Fichier Google Earth

Repérer les différentes phases de l’urbanisation de Tours

croquis

Comprendre les facteurs expliquant la densification de Châteauneuf

Plan de Tours en 1356, carte des possessions de St Martin, comparaison des modes de vie des chanoines et des moines.

 Deuxième partie

Distinguer les différentes activités et les caractéristiques de la société urbaine

Les métiers à Tours

Les statuts de la confrérie des orfèvres

Vitraux de St Gatien

 Troisième partie

Comprendre l’imbrication des droits à Tours au XIIème siècle

Schéma

Comprendre l’émergence des bourgeois

Chronologie

 

Bibliographie

Boucheron Patrick, Menjot Denis, La ville médiévale, Seuil 2011

Chevalier Bernard, Histoire de Tours, Privat 1985

Galinié Henri, Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville, 40 ans d’archéologie urbaine. FERACF 2007

Noizet Hélène, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècles), Publications de la Sorbonne 2007

Buyken Constanze : Stratégies de conflit et de communication au XIIe siècle. Les bourgeois de Châteauneuf de Tours contre les chanoines de Saint-Martin, in: Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte Bd. 44 (2017), S. 57–78

 
auteur(s) :

Elodie Soubise, professeure Histoire Géographie

information(s) pédagogique(s)

niveau : 5ème

type pédagogique : activité de découverte, démarche pédagogique, étude de cas, scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, salle multimedia

référence aux programmes : Cycle 4 - 5ème
Thème 2 - Société, Eglise et pouvoir politique dans l'occident féodal (XI°-XV°siècles)
Sous-thème 2 - L'émergence d'une nouvelle société urbaine

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes