Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie

étudier les divisions politiques du monde : les frontières

mis à jour le 26/04/2019


vignettte_edugeo.jpg

Questions de frontières et de souveraineté étudiées dans édugeo

mots clés : frontières, édugéo, France


Qu’est-ce qu’une frontière ?

Une frontière peut être définie comme une ligne continue séparant deux états.
Mais derrière cette réponse rapide se cache l’un des enjeux majeurs de la géopolitique. Comment délimiter une frontière ? La frontière est-elle liée à la géographie physique dépendant des montagnes, fleuves, mers, déserts ? Ou bien est-elle une volonté des hommes marquée par une histoire et inscrite dans des traités ? Ces frontières peuvent avoir été obtenues par la force (guerres) ou par la négociation (diplomatie, échanges, mariage…).

En droit international, un État souverain est une des formes d'organisation politique et juridique d'une société (en tant que communauté de citoyens ou de sujets) ou d'un pays.
Il est délimité par des frontières territoriales à l'intérieur desquelles ses lois s'appliquent et est constitué d’institutions par lesquelles il exerce autorité et pouvoir ; la légitimité de cette autorité repose sur la souveraineté (du peuple ou de la nation dans une démocratie par exemple).

La souveraineté est le droit exclusif d’exercer l’autorité politique sur une zone géographique donnée.

 

Existe-t-il des frontières naturelles ?

Les Pyrénées sont souvent présentées comme un exemple de frontière naturelle entre la France et l’Espagne.


carte du relief français 
Edugéo : affichage de la couche relief


 

Edugeo : affichage du réseau routier

Certes la montagne pyréennénne peut apparaitre comme une barrière infranchissable comme sur cette vue qui montre que pas une seule route n’existe entre la principauté d’Andorre et Bagnères de Luchon soit sur plus de 80 km !
On pourrait donc en déduire  que la frontière est née de cet obstacle orographique.

Petit exercice à faire dans édugeo
Repérez les principaux sommets de la chaïne pyrénnéenne. Placez un repère sous forme de figurés ponctuels.
Tracez ensuite une ligne qui relie les sommets.
Enregistrez votre carte.
Comparez sur la carte IGN avec le tracé de la frontière.
Peut-on dire que la ligne de crête sommitale coincide toujours avec la tracé de la frontière ?

 

En fait la frontière est le fruit de nombreux conflits d’usage entre les hommes et les états.
On considère le traité des Pyréenes comme l’acte de définition de la frontière entre la France et l’Espagne. Il est signé le 7 novembre 1649 sur l’île des Faisans au milieu de l’embouchure de la Bidaosa.
Il s’agit autant d’un traité de paix que d’un contrat matrimonial.
On retient l’article 42 qui fixe grossièrement la séparation entre les deux Etats :  «  Les monts Pyréenées, qui avaient anciennement divisé les Gaules de l’Espagne, seront aussi dorénavant la division des deux mêmes royaumes ».
Le traité renvoie à plus tard la fixation précise de la frontière.
Il faut attendre 1856 pour que les limites commencent à être clairement fixées : traités de Bayonne de 1856,1862,1866). Suite à ce traité,  602 bornes sont posées sur les 623 km de frontière entre l’Atlantique et la Méditerranée. Chaque signal porte un numéro d’ordre marqué dans le roc : le n°1 pour la borne rive droite de la Bidassoa, le n° 602 pour la croix dans la grotte baignée par la Méditerranée près de Cerbère.

On peut retrouver trace de ces bornes frontalières sur la carte topographique de l’IGN : Crx fron + n°



 

Edugéo : un exemple de frontière sur la ligne de crête entre la France et l’Espagne.



Cette délimitation des frontières par un bornage trouve son origine en 1945 lorsque des gardes civls espagnols poursuivant des compatriotes dans la vallée de Luchon ont fait usage de leurs armes en France. Redéfinir précisément les bornes frontières est alors apparu comme une exigence car la plupart des marques avait disparu.

Désormais la commission internationale des Pyrénées réunit tous les deux ans la commission d’abornement pour régler les nombreux litiges frontaliers le plus souvent liés aux droits de pacage.
Pour aller plus loin sur les bornes : https://youtu.be/i523pE3SKfU

Mais il existe de nombreuses zones qui vont rester problèmatique.
A l’ouest, la frontière ne suit pas les lignes de crètes notamment du côté de la forêt d’Iraty. Il reste des cas de litiges comme le tracé de la frontière au pic de Néoulous dans les Albères.

Forêt d'Iraty
 

Frontière espagnole du Pic d’horty à l’abbaye de Roncevaux : un tracé très au sud de la ligne de crête.

 

Parmi les curiosités, on peut citer l’enclave espagnole de Llivia : le Traité des Pyrénées ne prévoyant que le rattachement à la France des villages du Conflent, les villes de Puigcerda et Llivia sont restées espagnoles !




Enclave espagnole de Lviia : 12.83 km² de superficie pour environ 1600 habitants.
En 1582, l’empereur Charles d’Allemagne et d’Espagne accorde à Llívia le titre de ville.
En 1659, la France annexe le comté de Roussillon, les pays de Vallespir, de Conflent et de Capcir ainsi que les bourgs et villages de l’est du comté de Cerdagne. La situation de Llivia est réglée par le traité de 1660 qui laisse la ville à l’Espagne.
Les traités de Bayonne (1856,1862 et 1866) avaient pour ambition de fixer définitivement les frontières : le traité des Pyréenes évoquant les bourgs et villages, la ville de Llivia reste finalement à l’Espagne (l’article 16 du traité de Bayonne de 1866) !
Une route neutre, sans contôle douanier relie donc Lliva à Puigcerda : une route ouverte à tous les trafics de contrebande !
La frontière est loin d’être une limite intangible et fermée. On le voit la notion de frontière est davantage lié à des arrangments entre peuples et états qu’à une réalité géographique incontournable.

On peut évoquer le cas de la principauté d’Andorre dont le tracé frontalier n’a été réglé que le 6 mars 2012 avec une publication au Journal Officiel le 1er octobre 2015 ( étang de Fort Negra) et une entrée en vigueur le 1er janvier 2016 !
http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/ta/ta0549.pdf

 

Edugéo permet d’accéder aux cartes diffusées par l’IGN espagnol via les flux wms.

 

Le géoportail espagnol est accessible : http://signa.ign.es/signa/Pege.aspx

Le flux wms :  http://www.ign.es/wms-inspire/pnoa-ma?SERVICE=WMS&

Le géoportail espagnol offre une vue photographique de la commune de Llivia qui respecte les frontières, ce que ne fait pas le géoportail français.

 


Approche cartographique comparée du géoportail espagnol : utilisez le gestionnaire de couches.


 

 

Des cartes pour faire frontière.

La notion de frontière est une notion moderne corrélée à la naissance des états qui pour revendiquer leur souveraineté sur un territoire s’attachent à le cartographier.

La frontière belge est à cet égard intéressante à observer.

Carte de Cassini

La frontière nord de la France représentée sur la carte de Cassini.
Cartographie commencée en 1747 et terminée à la veille de la révolution.
Edugeo utilise l’exemplaire de Marie Antoinette.

Il s'agit de la première carte de France établie au XVIIIe siècle par la famille Cassini Grâce à l'utilisation de la  triangulation, elle offrait une précision et une homogénéité sans précédent et représentait une innovation technique et scientifique majeure. Elle constitue aussi la première grande enquête toponymique au niveau national.

Carte de Ferraris
 

On peut lui opposer la carte de Ferrarris établie entre 1770 et 1778.
Il est possible d’afficher la version numérique de cette carte dans édugeo via un flux wms disponible à cette adresse : http://geoportail.wallonie.be/catalogue/b8b9e555-a4d1-49bf-940d-31bbbf7613fc.html

Frontière belge

Extrait de la photographie aérienne la plus récente mise à disposition par l’IGN. Elle a pour intérêt de montrer l’effet de tuilage des prises de vue aérienne : la frontière ne se voit pas sur une photographie aérienne ou une image satellite.

Par contre le traitement cartographique est radicale sur la carte topographique de l’IGN version française ou belge ! 

Cartographie de la frontière belge

Carte topographique à comparer avec la version belge :

 

Carte topographique belge

Carte topographique IGN Belgique
https://www.geo.be/#!/catalog/details/0fdbe090-bd35-41b1-8835-823eb769eaee?l=fr

La frontière reste donc bien à très grande échelle un enjeu cartographique pour les états souverains !


Cartes à retrouver dans édugeo via le gestionnaire de couches :


 

 

Du front à la frontière

La frontière est aussi un front, une limite à défendre. Devant Douaumont, les soldats français ont fait front à l’offensive allemande.

Les cartes historiques disponibles dans édugéo permet de retrouver cette ligne de front qui entre 1915 et 1918 s’est étendu des Vosges à la mer du Nord.

Fort Douaumont 18 mai 1916


 

Pour en savoir plus, consulter le cahier pédagogique spécial 14-18

 

information(s) pédagogique(s)

niveau : 1ère

type pédagogique : article

public visé : enseignant, inspecteur, chef d'établissement

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : Première
Spécialité Histoire Géographie, géopolitique, sciences politiques

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes