Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > ressources

aimez-vous la géographie ?

mis à jour le 21/03/2007


fremont.jpg

Armand Frémont  Flammarion - 2005 - 358 p. + illustrations-  22 €

mots clés : Frémont, Géographie, épistémologie


L'auteur

Au nom d'Armand Frémont, on associe souvent la notion d' " espace vécu " et le domaine de la géo sociale. C'est comme enseignant à l'université de Caen durant vingt-cinq ans qu'il a pu participer aux débats nombreux qui ont agité la discipline géographique ces dernières décennies. Mais Armand Frémont n'est pas seulement l'universitaire et le chercheur reconnu par la profession. Il a participé à de nombreuses fonctions de responsabilité en tant que recteur, directeur scientifique au CNRS ou responsable à la DATAR. C'est donc à la fois un penseur, en responsable et un homme " d'action " qui nous propose cet ouvrage.
[pour en savoir plus sur Armand Frémont, voir l'article que Le Monde lui a consacré - édition du 19 Août 2005]

Pourquoi ce livre ?

" J'écris ce livre parce que j'aime la géographie " : voilà résumé le propos de l'ouvrage. Livre d'un universitaire, ce n'est pas pour autant un livre universitaire sur tel ou tel pan de la géographie d'aujourd'hui. Le livre d'A.Frémont est plutôt à classer dans les " livres passion ", de ces livres qui donnent du plaisir à lire, de l'émerveillement, qui permet les souvenirs personnels de l'ancien étudiant ou du professeur actuel et les divagations. Le titre nous est adressé : " aimez-vous la géographie ? " . A.Frémont, en utilisant le " je " et en s'impliquant dans son livre, nous invite à l'aimer " cette géographie ". Mais de quelle géographie parlons-nous ? Celle devenue indispensable aux hommes pour décrypter le monde dans lequel ils vivent, celle qui se frotte (parfois à ses dépens) aux autres sciences humaines ou exactes. Celle dont l'auteur donne une définition à la fois simple et pleine de perspectives : " [la géographie] se définit comme la description et l'interprétation de la répartition des hommes et des choses à la surface de la terre, de leurs relations et interrelations, des combinaisons qui composent les territoires". (p. 10). A.Frémont prend " le risque de résumer ce qu'[il] a compris " durant toutes ces années de travaux et de responsabilités diverses. Par ce livre, il veut nous témoigner qu'il croit en une géographie à la fois science et sensible; géographie que l'on " peut aimer ".

Le corps du livre

La 1ère partie du livre est consacrée à la géographie elle-même et est intitulée : " FAIRE DE LA GÉOGRAPHIE ". A. Frémont dresse ici les traits fondamentaux de cette discipline. D'abord une affirmation : pas de géographie sans géographe !. Il rappelle les grandes figures de la géographie française et internationale depuis les premiers explorateurs à aujourd'hui. Ensuite, A.Frémont nous rappelle que l'outil privilégié de la géographie est la carte. Il en brosse un inventaire sérieux sans entrer pour autant dans une trop grande technicité. Ensuite, l'auteur complète cette description en abordant cette géographie sensible et scientifique autour du concept de combinaison (André Cholley), trame complexe qui organise les territoires. Enfin, Frémont pose LA question qui semble l'occuper à la suite de P.Hagett - 1965 : la géographie est-elle une science ou un art ? Et de répondre : la géographie est une science incertaine, faisant ainsi le choix de décrire une géographie du sensible !

La Seconde partie reprend le thème préféré du géographe normand : " L'ESPACE VECU ". A.Frémont nous présente une géographie " palpable ", émergent des quartiers, des campagnes de nos enfances ou de nos quotidiens. Cette notion d'espace vécu permet de réconcilier la géographie et l'art, la géographie et le sensible. De belles pages sur les atmosphères, les paysages pour lesquelles, l'universitaire n'hésite pas à convoquer Julien Gracq, les Impressionnistes, Le Clézio ou Maupassant... Lorsque littérature, art et culture... font un bout de chemin avec la géographie.

La Troisième partie aborde davantage les " CHAMPS DE LA GEOGRAPHIE " actuels. Parmi les multiples spécialités de la géographie, l'auteur en retient quatre qui lui paraissent comme primordiales aujourd'hui :
- la ville, car la ville maintenant domine le monde. L'homme vit dans/pour/par la ville,
- les périphéries, en particulier les espaces des campagnes nourricières qui sont de plus en plus interdépendantes de la ville-centre,
- les mers, les océans. Espaces certes non habités mais qui se sont profondément humanisés par leur utilisation, par la maritimisation et la littoralisation des activités (commerce, tourisme ...)
- la nature bouleversée du XXIème, à la fois partout et nulle part. Cette approche permet de redonner à la géographie physique une place (question environnementale, développement durable)

La quatrième partie aborde " LA GÉOGRAPHIE SOCIALE " à travers différents thèmes : les inégalités, la ségrégation,le pouvoir et la guerre. Pour A.Frémont, cette géographie sociale née dans les années 70 est au cœur de la discipline et permet un renouvellement constant des problématiques en fonction des bouleversements sociaux à toutes les échelles. Les géographes étudient la dialectique des rapports sociaux et des rapports spatiaux.

La Cinquième et dernière partie est intitulée " LE TERRITOIRE, LE GEOGRAPHE ET LE CITOYEN" . Les chapitres de cette parties cherchent à apprécier l'engagement des géographes à l'égard des problèmes qui se trouvent posés par leur propres pratiques à propos des territoires qu'ils étudient. C'est la question de la citoyenneté et de la géographie, à travers l'aménagement du territoire et de l'École qui clôt cet ouvrage. Pour l'auteur, la géographie à l'Ecole est plus que nécessaire car elle est clé de compréhension du monde actuel mais aussi moyen d'action sur l'espace pour les générations actuelles et futures. De plus, la géographie, comme l'histoire donne accès à deux notions fondamentales dans la construction de l'intelligence et dans la quête d'identité de l'adolescent, à savoir le temps et l'espace. A.Frémont dresse alors quatre portraits des " enseignants- géographes". Chacun pourra chercher s'il se reconnaît dans l'encyclopédiste (vouloir tout savoir et par conséquent tout enseigner), le vidalien (la géographie franco-française, ruraliste, régionaliste et énumérative au seul service de l'histoire avec un grand H), le scientifique (pas seulement apprendre, acquérir des connaissances, mais aussi des méthodes universitaires transposées au monde scolaire), enfin, le pédagogue (qui fait de la géographie une discipline d'éveil - mouvement Piaget) ? Pour conclure, A.Frémont esquisse ce qui serait pour lui les programmes de géographie dans le secondaire, sans occulter ce qu'il nomme un échec lorsqu'il fut chargé en 1999-2002 du renouvellement des programmes de 1ère et Terminale.

Mon coup de coeur ...

Au bout du compte, un livre, un essai coup de cœur car plaisant et sensible. Utile pour se rappeler quelques fondamentaux de la géographie, découvrir de nouveaux champs d'investigations et se dire qu'enseigner la géographie peut être source de joie.. Mais un livre qui nous invite à poursuivre avec rigeur et passion notre enseignement. Armand Frémont nous donne à partager aux élèves qui nous sont confiés cette géographie, avec cette même envie de l'auteur de poser leur question : " aimez-vous la géographie ? "

Page proposée par J-F Loistron
Mise en ligne le 11 septembre 2005
 
auteur(s) :

Jean-François Loistron

information(s) pédagogique(s)

niveau : tous niveaux

type pédagogique : non précisé

public visé : enseignant

contexte d'usage : non précisé

référence aux programmes :

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes