Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > projets

jouer avec les codes : écrire une lettre de non-motivation

mis à jour le 01/11/2016


vignette

Le travail : un thème classique en début de première année de BTS, mais abordé par le biais de l'humour à travers une réflexion sur les codes et leur détournement. Le but de cette séquence est de faire écrire aux étudiants des textes non pas professionnels (lettres de motivation, C.V.) mais des textes littéraires sur le mode du jeu.

mots clés : culture générale, BTS, écriture, lettre de motivation, humour


Contexte

Le travail est mené avec une classe de BTS industriel (CRSA) composée pour moitié d'élèves venant de baccalauréats professionnels. Cette séquence se tient en début d'année : les étudiants ont fait part de leurs expériences, variées, dans le monde du travail (travail d'été, stages...) Beaucoup ont déjà écrit des lettres de motivation, et devront d'ailleurs refaire cet exercice dans les semaines suivantes pour trouver leur stage de BTS.

Objectifs

Les étudiants vont analyser des textes puis en produire eux-mêmes, seuls ou par groupes, pour s'amuser avec les mots : l'objectif est que ces étudiants, qui bloquent parfois a priori sur la notion de "culture générale", perdent leurs inhibitions face aux textes et à l'écriture.
Cet objectif correspond à la définition de la culture générale donnée dans le Bulletin Officiel : "développer la curiosité des étudiants dans le sens d’une culture générale ouverte sur les problèmes du monde contemporain (questions de société, de politique, d’éthique, d’esthétique)".

La première partie du travail

Elle s'appuie sur l'observation de textes et correspond aux capacités :

B : S’informer - se documenter

1.1 Maîtriser les outils et les techniques documentaires usuels.
2.1 Identifier le support de l’information et en apprécier la pertinence.
2.3 Sélectionner, selon un ou plusieurs critères, une information, une documentation.

C : Appréhender un message
1. S’interroger pour :
1.1 Prendre en compte les caractères spécifiques du code (écrit, oral, iconique, gestuel) ou des codes employés.
1.2 Reconnaître le statut du texte (genre, registre, type de discours, destinataire).
1.3 Situer le message dans ses contextes (historique, linguistique, référentiel, idéologique...).
1.4 Discerner les marques d’énonciation. 
1.5 Distinguer les idées et les mots clés du message. 
1.6 Percevoir les effets de sens dus au langage (ambiguïtés, connotations, figures de style...). 

La seconde étape

Les étudiants créent des textes : cela met en jeu :
la capacité D : Réaliser un message
1. Respecter les éléments constitutifs d’une situation de communication (destinataire, niveau de langue). 
3. Se fixer des objectifs avant de formuler ou de rédiger un message (informer, expliquer, justifier, réfuter, convaincre, persuader).
6. Organiser les données et les idées en fonction des objectifs retenus.
7. Choisir les moyens d’expression appropriés à la situation et au destinataire.
9. Donner, si besoin, un tour personnel à un message. 

la technique B : La langue à l’écrit
1. Rédiger un message lisible (graphie, ponctuation, mise en page).
2. Respecter le code linguistique écrit (morphologie, orthographe lexicale et grammaticale, syntaxe).
3. Respecter la logique d’un texte écrit (connecteurs, marques de chronologie, reprises anaphoriques).
4. Prendre en compte la situation d’écriture (niveau de langue, précision lexicale). 
 

Déroulement

1ère séance : écriture de lettres de motivation

lettres de non motivationQuatre photocopies d'offres d'emploi sont distribuées. Elles sont tirées du livre de Julien Prévieux : Lettres de non-motivation, paru en 2007 aux éditions Zones - la Découverte. Julien Prévieux est un artiste contemporain qui a réfléchi en particulier au monde du travail, à ses codes, aux théories du management...

Les étudiants écrivent rapidement une lettre de motivation pour postuler à l'un des postes proposés : plusieurs lectures sont faites.

Un travail est mené sur les formules attendues au début de la lettre, à la fin et une réflexion est conduite sur les qualités des lettres : repérer comment chacun a valorisé ses expériences ou ses atouts (pratiques sportives...)

Les quatre lettres de non-motivation sont ensuite distribuées : les étudiants doivent alors :
  • comprendre l'organisation de chaque lettre : un début "normal", puis la focalisation sur un élément de l'annonce, la lettre devient délirante, et enfin le refus de postuler.
  • repérer l'élément qui, dans l'annonce, a déclenché l'écriture de la lettre : slogan, nom de l'entreprise...
Pour la séance suivante, les étudiants doivent trouver une offre d'emploi dans le journal (supports papier ou numérique).
 
 

2e séance : écriture de la lettre de non-motivation

Chaque étudiant part de son offre d'emploi et écrit à la manière de Julien Prévieux. 

Les consignes sont données : repérer un élément précis dans l'offre d'emploi, le développer de façon humoristique et finalement refuser, poliment, cette offre d'emploi. Il est important de se focaliser sur un seul élément de l'offre d'emploi, sinon les lettres partent dans tous les sens et perdent leur force comique.

3e séance : lecture et mise en commun

Chaque étudiant a tapé son texte, a inséré son offre d'emploi et l'a envoyé au professeur qui souligne les éventuelles fautes d'orthographe ou maladresses d'expression et imprime les versions corrigées.

Comment lire pour mettre en valeur son texte ? La bande annonce du spectacle de Vincent Thomasset, qui a mis en scène au centre Pompidou certaines lettres de Julien Prévieux, est visonnée. D'autres oeuvres de l'artiste sont visibles sur le site du musée, accessible par le portail éduthèque. D'autres lettres ont été mises en voix au festival Correspondances de Manosque.
Les volontaires lisent leurs lettres, et elles sont affichées au CDI.
 

Bilan

Les étudiants ont tous produit un texte: ceux qui avaient du mal à démarrer ont pu travailler avec un camarade pour trouver l'élément déclencheur.
La brièveté des textes demandés est aussi un facteur qui facilite l'entrée dans l'écriture.
Ce travail a permis de valoriser leurs idées et de leur montrer qu'ils étaient capables de créer des textes à la fois pertinents et drôles.

Le fait de les afficher au CDI est une autre étape de cette valorisation : c'est aussi un moyen de les faire entrer dans ce lieu qu'ils ont du mal à s'approprier, d'autant qu'ils ont dû aider les documentalistes à faire l'accrochage.

Supports

 
 
auteur(s) :

Emmanuelle Floury, Lycée Chevrollier, Angers

information(s) pédagogique(s)

niveau : bts

type pédagogique : démarche pédagogique

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : http://www.education.gouv.fr/bo/2006/47/MENS0602787A.htm 

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes