Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > projets

#JourSansE : tweeter avec Perec

mis à jour le 02/02/2018


vignette2.jpg

Écrire en jouant avec une double contrainte : la longueur, puisque les textes ne doivent pas excéder les 140 caractères imposés par le réseau social Twitter ; le vocabulaire, puisqu'il s'agit de faire disparaître la voyelle la plus employée en français, la lettre E. C’est le défi qui a été lancé aux internautes par l’Atelier Canopé, en hommage à Georges Perec et à son oeuvre "La Disparition", avec le #JourSansE. Les élèves d’une classe de sixième ont ainsi laissé vagabonder leur imagination tout en perfectionnant leur maîtrise de la langue française.

mots clés : écriture, contrainte, lexique, réseaux sociaux, twitter


Contexte


Ce travail a été réalisé avec une classe de vingt-quatre élèves de sixième. Les élèves ont été répartis en deux groupes de douze élèves sur deux heures. Ils avaient la possibilité de travailler par deux lors de l’activité. La salle multimédia du collège a été utilisée pour avoir accès aux ordinateurs et à leurs fonctionnalités (tableur, traitement de texte, accès à Internet).

Projet

Deux constats sont récurrents chez un certain nombre d’élèves de sixième : les difficultés en expression écrite, notamment en syntaxe, et le manque d’un vocabulaire riche et développé pour communiquer correctement avec autrui. En effet, les élèves se retrouvent souvent confrontés à la difficulté de pouvoir exprimer leur jugement et leur opinion avec justesse et précision. Ce projet vise donc à améliorer la maîtrise de la langue française par un travail portant sur l’écriture d'invention et le lexique.

Ressources


À l’origine de ce projet, l’oeuvre de Georges Perec intitulée La Disparition, roman fondé sur un lipogramme. Le texte Je me souviens sert de référence à l'occasion du bilan.
Afin de poursuivre le travail, les élèves ont lu en lecture cursive l’oeuvre de Gilles Barraqué intitulée La Loi du roi Boris, inscrite sur la liste des oeuvres de littérature pour la jeunesse recommandées pour les collégiens. Dans cette histoire, qui se passe au royaume imaginaire de Poldovo au XIXe siècle, l’auteur reprend le thème du lipogramme en "e". Suite à un oubli dans le mot "évidemment", le roi Boris décide d’interdire cette lettre dans tout le pays. 
Pour enrichir le travail et envisager un projet plus large, notamment un EPI, l’ouvrage d’Etienne Lécroart, Contes et décomptes, permet de songer à de nouvelles contraintes à partir de formules, de calculs et de figures géométriques dans un esprit oulipien.

Objectifs

  • Domaine 1 "Les langages pour penser et communiquer ", en particulier "Comprendre, s'exprimer en utilisant la langue française à l'oral et à l'écrit" - l’objet d’étude portant sur la création poétique.
  • Les compétences "Écrire" et "Comprendre le fonctionnement de la langue" ont été travaillées lors de cette activité, notamment : 
- "Écrire avec un clavier rapidement et efficacement" en ayant recours au tableur, au traitement de texte et à un dictionnaire en ligne,
- "Produire des écrits variés", pour élaborer des phrases contenant le lipogramme tout en conservant le sens. À cela s’ajoute la contrainte du nombre de caractères des tweets, qui oblige les élèves à rendre concis leur propos. 
  • Domaine 3 "La formation de la personne et du citoyen" du cycle 3. Le projet vise à sensibiliser les élèves à l’utilisation d’un réseau social et à leur faire prendre conscience des avantages d’un tel outil tout en respectant des règles de bon usage (identité numérique, Internet responsable).

Déroulement

Étape 1 : la présentation du projet et des outils numériques 
A l'origine du projet, il y a bien sûr Perec, qui explique son oeuvre. La notion de lipogramme est abordée, ainsi que le support sur lequel seront produits les textes : twitter.

L’analyseur  : il s'agit d'un programme réalisé avec un tableur, qui permet de vérifier que les tweets respectent toutes les contraintes du projet (l’absence de la lettre e, le nombre de caractères et la présence de #JourSansE).

Étape 2 : création des tweets par les élèves. 
Les élèves bénéficient de trente-cinq minutes pour inventer un maximum de tweets, en puisant les mots dans leur imagination. Afin de pallier les difficultés liées au manque de vocabulaire, ils  ont la possibilité de consulter en ligne le site du CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales), qui offre de nombreux avantages tant sur le plan morphologique que lexicographique et donne accès à un dictionnaire des synonymes. Ainsi, les élèves effectuent les recherches et consultent les ressources proposées par le site. Ils utilisent l’analyseur, un programme simple d’utilisation et très pratique qui facilite leur travail. Les élèves peuvent vérifier et corriger instantanément leurs erreurs. Ensuite, dès lors que les tweets sont validés, ils sont enregistrés sur un mur collaboratif, sur le site Padlet, à publication modérée. 
Certains continuent la rédaction des tweets chez eux, en utilisant une grille pré-dessinée de cent quarante cases sur une feuille. Lors de la dernière étape, avant la publication officielle, l'enseignant récupère l’ensemble des tweets et les programme sur le logiciel TweetDeck afin qu’ils soient publiés régulièrement tout au long de la journée du 7 mars 2017. 

Exemples de productions d'élèves

Partenariat

Ce projet a été réalisé en partenariat avec l’Atelier Canopé de Maine-et-Loire à l’initiative de #JourSansE et de la conception de l’analyseur sur tableur. 

Évaluation

L’évaluation se fait en quatre temps. Tout d’abord, les élèves sont en autonomie durant l’activité : ils doivent auto-évaluer leur travail grâce à l’analyseur, qui vérifie en temps réel si les contraintes sont respectées. 
Dans un second temps, l'enseignant relit  les tweets pour leur validation. 
Le troisième temps d’évaluation se fait sur un mode externe, au regard de la visibilité des tweets postés sur Twitter, lus, "likés", "retweetés", voire "partagés" par des internautes de divers horizons. 
Enfin, pour rendre effectif ce projet, les élèves ont pu s’exprimer et rendre compte de leur travail et de leurs recherches lors d’un exercice d’écriture. Cette auto-évaluation visait à faire le bilan de ce projet à partir du retour d’expérience des élèves. Ils devaient d’abord rédiger en autonomie deux ou trois "Je me souviens…", à la manière de Georges Perec dans son oeuvre Je me souviens pour parler des temps forts de l’activité et mettre en évidence les points positifs et négatifs de leur apprentissage, puis les restituer à l’oral lors d’une reprise collective. 

Bilan

Le bilan de ce projet est essentiellement positif, tant au regard des progrès des élèves que du sens que prend l’étude de la langue dans les apprentissages. Les règles et les outils relatifs à la grammaire, au lexique, à la conjugaison et à l’orthographe ne sont plus abordés dans des activités décrochées d’expression écrite mais mobilisés dans une situation de communication beaucoup plus large dont l’impact ne peut être négligeable. Les élèves ont pu se rendre compte que l’écriture sous contraintes peut être source de création. 
La difficulté majeure rencontrée lors de ce projet est liée à la charte d’utilisation des réseaux sociaux : ce projet s’adresse à des élèves de sixième qui n’ont pas encore treize ans et qui n’ont pas le droit de posséder leur propre compte Twitter. L’alternative a été de créer un compte classe dont l'enseignant était le seul gestionnaire.

Effets constatés : cette activité a été très bien accueillie par les élèves. Ils étaient enchantés de découvrir ce réseau social et de s’initier à la rédaction des tweets (contraintes, hashtag,…). Ce travail a été bénéfique du point de vue de leur conception de la maîtrise de la langue française et de son impact dans une situation de communication. 

De plus, les élèves ont été initiés à un usage réfléchi et modéré des réseaux sociaux qu’ils devront appliquer en tant que citoyens dans leur vie future. On pourra consulter une présentation des usages des réseaux sociaux en classe et un bilan sur leurs apports.
Afin de faire connaître le projet aux autres élèves, aux parents et aux personnels de l’établissement, les productions des élèves ont été affichées dans le hall du collège.

Perspectives

Cette année, #JourSansE est programmé le mardi 13 mars 2018. Ce projet est reconduit pour l’année scolaire 2017-2018 avec une nouvelle classe de sixième. Sa mise en oeuvre sera identique à celle évoquée auparavant mais sera enrichie par l’utilisation d’un pad intégré à l’ENT e-lyco sur lequel les élèves pourront poster directement les tweets validés. L’avantage indéniable de cet outil est de récupérer plus facilement les tweets et de les poster directement sur TweetDeck.
De plus, l'Atelier Canopé de Maine-et-Loire proposera, à l’attention des parents d’élèves et des personnels de l’établissement, une soirée sur la présence des adolescents sur les réseaux sociaux.
 
auteur(s) :

Manon Hervé, Collège Jacques Prévert, Chateauneuf-sur-Sarthe

information(s) pédagogique(s)

niveau : 6ème

type pédagogique : scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, EPI

référence aux programmes : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=87834 

ressources associées

vignette L’Ecole des femmes de Molière #JourSansE : une réécriture sous contraintes pour favoriser l’appropriation de la pièce et interroger ses enjeux 01/02/2018
"Propos, mots, hashtags pour offrir chocs, courroux, chagrins mais aussi frissons, plaisirs, transports ! #JourSansE" Révolution sur les planches ! Molière équipe les personnages de "L&# ...
écriture collaborative, numérique, projet, réseaux sociaux, Twitter Yoan Fontaine

haut de page

Pour faire un lien, saisissez l'adresse complète du site web (http://www.siteweb.fr) ou du mail.


écoutez le mot à saisir

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes