Contenu

arts plastiques - InSitu

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > arts plastiques > enseignement > leçons

la reproduction comme protocole artistique

mis à jour le 10/09/2019


DSC_0130_1.jpg

Comment la reproduction d'une image peut-elle devenir une opération artistique ?

mots clés : reproduction, écart, appropriation, protocole


 













Robert DELAUNAY
Autoportrait
Huile sur toile
1909

Paul SIGNAC
Voile et pins
Huile sur toile
1896

Pablo PICASSO
Portrait de Dora Maar
Huile sur toile
1937

Georges ROUAULT
Automne Toits pourpres
Huile, encre, gouache sur papier
1948/1953

Document sans nom
 

Étape n°1

"Devant vous se trouve une reproduction d'oeuvre, à votre tour de la reproduire !"

Étape n°2, soit au bout de 20 minutes :

"Le temps passe et changement de programme, vous devez reproduire la reproduction de votre voisin (sans connaître la reproduction de l'oeuvre d'art originale)."

2 séances avec des techniques graphiques sèches, sur un support papier, à savoir ici une feuille de format A5. La réalisation est individuelle mais répond à un protocole collectif !

 


séance n°1

La classe est oragnisée en îlots et la mixité est de mise !

Plusieurs photocopies en couleurs sont distribuées, MAIS seule la même image est donnée par îlot.Chaque îlot reçoit une "oeuvre" différente.

Les élèves de chaque îlots ont vingt minutes pour reproduire l’oeuvre photocopiée avant de faire passer leurs re-productions à l’îlot suivant.

Un second temps de 20 minutes est donné pour reproduire les travaux de l’îlot précédent.

     

Un premeir bilan intermédiaire permet de s'interroger sur la copie, l'oubli, la perte et l'écart.


séance n°2

La dernière série de travaux est distribuée à des élèves différents. Ils ont ainsi pour point de départ un travail de leur camarade dont ils ne connaisent pas le modèle initial.

La demande est relancée avec cet énoncé :

 "C'est la pagaille ! Tout a été mélangé ! Reproduisez une dernière fois la reproduction de la reproduction de la reproduction de l'oeuvre d'art."

Suite à ce dernier temps de pratique plastique, les élèves sont invités à accrocher les dessins au mur, à coté de ce qui ressemble au premier de la série.

Les travaux sont ainis disposés par ordre chronologique en ligne verticale.
 

  


les éléments de verbalisation

Que nous donne à voir le dispositif d'accrochage ?

L'écart est de plus en plus important au fur et à mesure des reproductions.

« Plus on avance dans les reproductions plus c'est différent »

« Sur le travail de Lucien, on reconnaît l'oeuvre mais pas sur celui qui vient après. »

 

Qu'apporte le décalage ?

La présentataion permet de visualiser les différences, parfois minimes mais riches en terme de qualité plastique, car la fatigue du geste apporte bien évidemment de nouveaux éléments à l'oeuvre travaillée, comme une certaine mise en avant des expressions, des formes et des couleurs.

Pour les reproductions des portraits en peinture : « ils ont pas les mêmes visages »

« Il y en a un, on dirait qu’il est en colère et pas l’autre »

Certains propos font écho à ce qui a été dit en 6ème et en 5ème dans le cadre de séances sur cette question de la ressemblance approfondissant la réflexion avec l'idée de vraisemblance, de déformation et même parfois d'abstraction, de perte de la figure.
 

     

Pour aller plus loin dans la réflexion, il faudrait certainement évoquer les termes de VARIATION, SUITE ou SERIE liées au protocole imposé par le professeur.

L'oeuvre de
Les copistes de Julien NEDELEC, est sans aucun doute un point de départ pour poser la problématique de la "malfaçon" et, plus largement, cerner les enjeux artistique d'une telle démarche.

Un regard attentif sur la série des taureaux de Picasso comme sur le travail autour de l'arbre chez Mondrian peut apporter un éclairage sur ce travail de recherche et de reprise d'un même motif.



Les références proposées en fin de séance complètent celles vues en 6ème et 5ème et construisent ainsi une culture artistique élargie.

  

 Andy WARHOL, Ten Lizes, sérigraphie, 1963

Jean-Michel BASQUIAT, Mona Lisa, technique mixte sur toile, 1986


 

Cette séance s'inscrit dans une séquence de la 6ème à la 3ème intitulée "La ressemblance".

 

information(s) pédagogique(s)

niveau : Cycle 4, 4ème

type pédagogique : activité de découverte, analyse de pratique, leçon

public visé : enseignant, chef d'établissement, élève

contexte d'usage : classe

référence aux programmes : La représentation, images, réalité et fiction - La ressemblance : le rapport au réel et la valeur expressive de l'écart en art.
La différence entre ressemblance et vraisemblance.

ressources associées

thumbnail-16_1.jpg rendre compte d'une émotion 10/09/2019
Comment la couleur peut-elle présenter des valeurs symboliques et expressives ?
reproduction, couleur, matérialité de la couleur, gestes, outils martin roulet
vignette (presque) ressemblant ? 10/09/2019
Dans quelle mesure la ressemblance est une question de création ?
ressemblance, appropriation, matière, forme adeline grouas et martin roulet
vignette la ressemblance - séquence de cycle - introduction 11/10/2020
Dans quelle mesure la reproduction d'une oeuvre permet-elle l'émergence d'une dimension expressive ? Une séquence en 4 temps.
ressemblance,référent,écart,appropriation,reproduction, spiralaire, eac

ressource(s) principale(s)

3ème_1.jpg lorsque le cartel fait oeuvre ... 10/09/2019
En quoi le cartel "présente" une oeuvre originale ?
interprétation, écart, ressemblance, présentation adeline grouas et martin roulet

haut de page

arts plastiques - InSitu - Rectorat de l'Académie de Nantes