Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > projets

créer une fiction sonore pour développer la communication orale

mis à jour le 22/02/2019


vignette

Des étudiants de première année de BTS écoutent et analysent une fiction sonore de trois minutes. Ils vont ensuite, en groupes, créer leur propre fiction : écrire une nouvelle à chute et la mettre en voix.

mots clés : séquence culture générale et expression, son, écriture, imagination, nouvelle à chute


Contexte

Cette séance se déroule en début d'année : elle se situe dans le cadre d'une séquence sur le thème du travail.

L'objectif est de travailler l'attention, la comprehension orale, et en particulier un sens peu utilisé : l'ouïe. Pour la première partie de la séance, l'écoute doit être attentive, analytique, fine. En effet, la fiction radio qui est proposée est construite comme une nouvelle à chute : le travail évoqué est mystérieux jusqu'aux dernières secondes (un nouvel employé découvre sa "mission" : jouer un personnage à Disneyland). Le support de départ est volontairement orienté uniquement sur l'ouïe, rien de visuel ou d'écrit. Cela permet, même pour les étudiants les plus fragiles ou réfractaires à l'écrit, d'être attentifs d'abord et créatifs ensuite.

Pour la seconde partie du projet, les étudiants imaginent (en groupes) un récit qu'ils vont ensuite enregistrer. La première partie porte sur l'écriture du texte : réflexion sur la structure, sur la chute (comment dire sans tout dire : utiliser la polysémie, l'ellipse...).

Lors de la troisième étape, les étudiants vont ensuite réfléchir à leurs voix et aux bruitages qui vont créer l'ambiance sonore de leur fiction.

Les étudiants viennent pour moitié de baccalauréats professionnels, technologiques pour l'autre : le fait de les répartir en groupes d'horizons variés permet à chacun d'apporter les compétences acquises dans son parcours. Par exemple, les étudiants venant de professionnel ont l'habitude de travailler en groupes, ceux qui viennent de technologique ont beaucoup travaillé par projets, en autonomie... Le fait de constituer soi même les groupes les contraint à faire connaissance, et les fait travailler ensemble : en ce début d'année, ils ont tendance encore à se regrouper selon leur cursus dans le secondaire ; cette organisation imposée casse ces réflexes de façon très profitable.
 

Déroulement

Étape 1 : Analyse d'une fiction sonore
La première heure est consacrée à l'analyse d'une fiction radio.
Cette nouvelle sonore, création du collectif "Résiste", dure 3mn38. Elle présente deux personnages, dont l'un arrive pour son premier jour de travail alors que l'autre va lui expliquer en quoi consiste sa " mission ".
  • Les étudiants doivent écouter, en essayant de trouver des indices sur le lieu, la fonction des personnages, sur la "mission". L'écoute est interrompue à 3 minutes (avant la révélation finale). Les premières propositions fusent. 
  • La deuxième écoute porte sur l'ensemble de la nouvelle : quelle est la " mission " ? Quels indices permettaient de le savoir, dès le début du document ?
  • Pour la première partie de la séance, l'écoute doit être attentive, analytique, fine. En effet, la fiction radio qui est proposée est construite comme une nouvelle à chute : le travail évoqué est mystérieux jusqu'aux dernières secondes (il s'agit d'endosser un costume pour jouer un personnage à Disneyland). 
  • Le support de départ est volontairement orienté uniquement sur l'ouïe, rien de visuel ou d'écrit. Cela permet, même pour les étudiants les plus fragiles ou réfractaires à l'écrit, d'être attentifs d'abord et créatifs ensuite.

Une synthèse est réalisée :
-réponse aux questions
-analyse du décor sonore, ses effets et ses modalités
-bilan sur le genre de la nouvelle à chute

Étape 2 : Ecriture

Pour la seconde partie du projet, les étudiants imaginent (en groupes) un récit qu'ils vont ensuite enregistrer.
Les consignes d'écriture : inventer un texte qui raconte l'arrivée d'un employé, ouvrier, stagiaire dans l'entreprise, le premier jour. Il faudra ménager du suspense : les auditeurs devront s'interroger sur la nature de ce travail, et être surpris à la fin de la fiction.
Le premier échange : "- Bonjour je viens pour... - Je sais , je sais..."
Les étudiants doivent réfléchir non seulement à la structure de leur texte (la chute) mais aussi aux moyens littéraires pour dire sans tout dire (utiliser la polysémie, l'ellipse, les jeux de mots...).

Une phase d’enrichissement et d’amélioration est ménagée, notamment par écoute réciproque et interactions des élèves. Il est important aussi de les faire travailler le scénario : le texte doit être rédigé, puis retravaillé, pour créer une vraie chute. Il peut être propose aux étudiants la lecture d’une autre nouvelle à chute pour enrichir leur experience de lecteur. Le retour sur les textes permet de réfléchir aux pistes pour améliorer l’intrigue, rendre les échanges plus rapides, jouer sur le vocabulaire pour laisser planer le mystère.

Étape 3 : Enregistrement
Les étudiants vont enregistrer leur texte, en réfléchisant à leurs voix et aux bruitages qui vont créer l'ambiance sonore de leur fiction. 
Cet enregistrement des groupes peut se faire dans la salle radio du lycée, mais aussi simplement en salle informatique (avec audacity) ou avec les téléphones des étudiants.
Les consignes : il faut entendre les voix de chaque étudiant. Ils doivent aussi ajouter des sons : ils peuvent utiliser des objets (feuilles, stylos...), leurs téléphones (pour ajouter des musiques)... La nouvelle sonore fera entre 2 et 3 minutes.
 

Évaluation

Le barème est construit avec les étudiants.
Les critères de réussite ont porté sur les deux étapes du travail :
  • qualités de l'histoire (intérêt du récit, progression vers une chute) ; 
  • qualités sonores (travail sur les voix et les sons).

Bilan

Les étudiants ont apprécié l'aspect ludique de ce travail : le travail sur les voix, sur les sons a permis, même aux plus discrets, de se mettre en valeur.
Ces productions peuvent être placées dans le portfolio des étudiants, diffusées sur l’ENT ou au CDI. Des exemples de production.
 

Précision des objectifs


Capacité A Communiquer oralement :
3. Reformuler un message oral.
4. Se fixer un ou des objectifs (informer, expliquer, justifier, réfuter, convaincre, persuader) et le (ou les) faire connaître. 
5. Choisir, ordonner, structurer les éléments de son propre message. 
6. Produire un message oral : 
- en fonction d’une situation de communication donnée ; 
- en respectant sujet, les données du problème, le ou les objectifs fixés ; 
- en tenant compte du destinataire. 
 
C   Appréhender un message
1.1 Prendre en compte les caractères spécifiques du code (écrit, oral, iconique, gestuel) ou des codes employés. 
1.2 Reconnaître le statut du texte (genre, registre, type de discours, destinataire).
1.4 Discerner les marques d’énonciation. 
1.5 Distinguer les idées et les mots-clés du message.
1.6 Percevoir les effets de sens dus au langage (ambiguïtés, connotations, figures de style...).

D   Réaliser un message
1. Respecter les éléments constitutifs d’une situation de communication (destinataire, niveau de langue). 
2. Recenser les données d’un problème. 
3. Se fixer des objectifs avant de formuler ou de rédiger un message (informer, expliquer, justifier, réfuter, convaincre, persuader). 
4. Rassembler des éléments d’information et des moyens d’argumentation. 
6. Organiser les données et les idées en fonction des objectifs retenus. 
7. Choisir les moyens d’expression appropriés à la situation et au destinataire.  

Elle permet également de développer des compétences transversales :
  • autonomie : un plan de travail est distribué aux étudiants. Ils travaillent en autonomie sur les 2 heures nécessaires à la création de leur fiction. 
  • écoute, concentration - faire travailler ensemble des étudiants qui se connaissent encore mal – inventer une histoire - travailler sa voix.
 
auteur(s) :

Emmanuelle Floury, Lycée Chevrollier - Angers

information(s) pédagogique(s)

niveau : bts

type pédagogique : scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

http://www.education.gouv.fr/bo/2005/7/MENS0402812A.htm

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes