Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > projets

Versailles : une réalité, deux récits

mis à jour le 21/02/2016


vignette

Dans le cadre d’une séquence sur le livre I des "Fables" de La Fontaine, deux classes de seconde échangent des lettres "à la manière du XVIIe siècle". Les uns expriment leur admiration face au faste du château de Versailles et au pouvoir du Roi. Les autres recommandent à leur correspondant la lecture d’un fabuliste contemporain, un certain Jean de la Fontaine. Il s’agit alors d’interroger les liens entre parole et pouvoir au XVIIe siècle : "Versailles : une réalité, deux récits". Un prolongement propose de sonoriser ces lettres par les outils numériques.

mots clés : échange entre classes, lettre, La Fontaine, classicisme, Versailles, TraAM


Contexte

Travailler l'argumentation
Le projet, qui avait déjà été mené il y a quelques années avec des élèves de 4e, s’inscrit dans le cadre d’une séquence sur une œuvre intégrale : Les Fables de La Fontaine (Livre I) en lien avec l’objet d’étude en seconde "Genres et formes de l’argumentation : XVII- XVIIIe siècles". 

Un échange épistolaire entre deux classes
Deux classes de seconde ont échangé des lettres "à la manière du XVIIe siècle".
L’une des deux classes (la seconde 513) est une classe semi-européenne qui présente un très bon niveau, l’autre (la seconde 509) est plus faible. 

Liens entre parole et pouvoir
Il s’agit d’interroger les liens entre parole et pouvoir au XVIIe siècle dans l’optique suivante : "Versailles : une réalité, deux récits". 
Cette séquence a été précédée d’un chapitre sur l’éloquence.

Objectifs

Connaissances et compétences disciplinaires :
  • Travail important sur le lexique de l’admiration, du luxe et de la grandeur / sur le lexique de la méfiance, du mensonge et de l’hypocrisie.
  • Rappel sur les codes de la lettre.
  • Travail d’histoire et d’histoire des arts sur le château de Versailles, les festivités au XVIIe siècle, les jardins de Versailles, la symbolique de la fontaine de Latone et l’esthétique classique (et son lien avec le baroque).
  • Travail sur l’usage de la parole et la notion de pouvoir dans Les Fables (le plus fort socialement et physiquement tend à l’emporter, mais l’on peut aussi acquérir du pouvoir par la ruse ou la flatterie).

Compétences interdisciplinaires :
  • Faire une recherche sur Internet et sélectionner des informations.
  • S’investir dans un projet pour participer à l’élaboration d’un savoir, coopération entre élèves.
  • Investissement dans un projet individuel : appliquer correctement une consigne, achever et peaufiner un travail.
 

Déroulement

 
Étape 1 : La première lettre, un éloge de Versailles 
Démarche
La première lettre est écrite par la classe 509. Les élèves savent qu’ils vont échanger des lettres avec un élève d'une autre classe. Ils tirent au sort un papier sur lequel est seulement indiqué "vous allez correspondre avec une fille" ou "vous allez correspondre avec un garçon". L’identité du destinataire ne sera donné qu’à la fin de la séquence. Après des recherches sur le château de Versailles et la Fontaine de Latone, chaque élève se met dans la peau d’un aristocrate du XVIIe siècle qui a été convié à Versailles. La lettre intègre des éléments précis sur l’architecture du château, les jardins et l’influence de l’Antiquité. L’auteur de cette lettre doit exprimer son admiration face au faste du château et au pouvoir du Roi. 

Consigne et étapes du travail (recherche / rédaction)

Réécriture et amélioration
Ces lettres sont imprimées et mises sous enveloppe par le professeur qui constitue des binômes avec l’autre classe. Il est le seul à connaître les associations. Chaque enveloppe porte donc le nom du destinataire. 
Le travail est mené sur deux séances, ce qui permet au professeur une relecture intermédiaire. Lors de la 2e séance, les élèves améliorent leur brouillon et finissent leur lettre.
[N.B : avant d’imprimer les lettres, le professeur procède à une dernière relecture. La tâche est laborieuse mais elle semble nécessaire. Les élèves de 513 doivent, idéalement, recevoir des lettres sans fautes ni coquilles].

Étape 2 : Réception et exploitation de la lettre

Chaque élève de l'autre classe (513) reçoit une enveloppe nominative. Exemples de lettres

Cette lettre devient le support d’un cours sur l’esthétique du classicisme.  A partir de la lettre reçue, les élèves doivent donner cinq mots-clés pour définir les caractéristiques de l’esthétique classique et ses enjeux.
Un travail d’histoire des arts est ensuite mené sur la distinction entre baroque et classicisme. 
Le même exercice est donné aux élèves de la classe 509 qui connaissent désormais, grâce à leurs recherches et leur travail d’écriture, les caractéristiques de Versailles.

Étape 3 : La deuxième lettre, les "dessous" de Versailles 
Démarche
Par la suite, les 513 sont chargés de répondre à cette lettre. Ils ne connaissent toujours pas l’identité de leur interlocuteur. Dans cette lettre, ils recommandent à leur correspondant la lecture d’un fabuliste contemporain, un certain Jean de la Fontaine. Dans ses écrits, cet auteur dévoile l’usage biaisé de la parole à Versailles : tout n’y est bien souvent que mensonge, flatterie et bassesse. Aussi faut-il faire preuve de prudence. En somme, à l’admiration exprimée dans la première lettre, les 513 opposent un autre récit : celui des "dessous" de Versailles. Cette lettre s’appuie sur quelques fables dont ils recommandent, avec bienveillance, la lecture en soulignant les conseils qu’on peut en tirer.

Consigne donnée aux élèves

Étape 4 : Réception et exploitation de la lettre

Cette lettre, imprimée et distribuée nominativement aux 509 devient le support d’un bilan de séquence sur "Pouvoir et parole dans les fables". En amont, les élèves ont relu les fables "Le loup et l’agneau" et "le Corbeau et le renard". Les 509 lisent attentivement la lettre car ils savent qu’elle leur donnera des clés pour l’évaluation sommative à venir (dans le devoir surveillé, une question portera sur les flatteurs et les puissants). A partir des lettres reçues, une liste de vocabulaire est établie : les termes difficiles sont expliqués (prioritairement par les élèves qui trouvent ce mot dans leur lettre et peuvent en deviner le sens ). 
Un bilan est réalisé sous forme de carte mentale sur les liens entre parole et pouvoir dans l’œuvre de La Fontaine.

Exemples de lettres de 513

Étape 5 : Rencontre entre élèves, dévoilement des identités 
La semaine suivante, avec "Atys" de Lully pour fond musical, les élèves de 509 et 513 se sont rencontrés dans une salle de classe, sur un temps de récréation. Les élèves de 513 ont accueilli les 509 avec des pancartes indiquant leur pseudo et celui de leur correspondant, afin de faciliter la reconnaissance entre élèves. Chaque binôme, une fois identifié, se présente devant le professeur pour recevoir un petit paquet de bonbons (pas très XVIIe siècle…), à partager de manière équitable.

 

Bilan

 
Une mise en jeu de diffférentes valeurs 
Le projet permet aux élèves de découvrir les valeurs, les goûts et les modes de vie du XVIIe siècle, en lien avec le système de valeurs présentes dans Les Fables de La Fontaine. L’esprit critique, de l’admiration à la prise de recul face au spectacle du pouvoir, apparaît alors comme une valeur promue par La Fontaine.

De plus, la valeur de l’écrit est débattue : comment s’adresser à un destinataire inconnu ? quels mots choisir ? Comment transmettre une émotion ou comment donner un conseil ? Quelle image renvoyons-nous à travers nos mots ? 

Enfin, la valeur de l'entraide et du partage entre les classes sont mises en évidence. Le travail des uns favorise l’apprentissage des autres.  Aller à la rencontre de l’autre, échanger et partager, sortir du "cercle" de la classe permet une ouverture d'esprit.
L’usage du numérique
L’usage du numérique s'avère très utile.

Le traitement de texte permet une calligraphie plus neutre (aucun indice sur l’identité de l’élève) mais aussi plus appropriée (choix d’une police qui correspond à l’idée que les élèves se font de la graphie au XVIIe siècle). En outre, il est plus facile de retravailler le style et l’orthographe via le fichier numérique. 

Les sites Internet sur le château de Versailles, les jardins et la fontaine de Latone sont utlisés pour une recherche historique, artistique et iconographique favorisant l'inspiration.

Enfin, les outils en ligne, dictionnaire des synonymes par exemple, sont faciles d'accès et d'usage, favorisent le travail de la langue en contexte de production et permettent d’enrichir les réalisations.
 

Prolongements et remaniements envisageables

 
Une correspondance par courriel
On peut demander aux élèves de se créer une adresse mèl à partir de leur pseudo (ex : duchesse-erima@gmail.com, marquis-de-lallegre@laposte.net), ce qui donnerait lieu à une intéressante réflexion sur la question du pseudo derrière lequel on se cache. 

Cela dit, la version papier a plusieurs mérites. 
En effet, elle permet de faire (re)naître chez les élèves le goût de la correspondance épistolaire. Les élèves ont eu plaisir à recevoir une lettre à leur nom, placée dans une enveloppe cachetée. On a pu sentir chez eux de la surprise, de l’exaltation et cela a sans doute favorisé leur motivation. Ils ont accordé une grande attention aux mots, essayant parfois de "lire entre les lignes", de décrypter ce qui pouvait se cacher derrière certaines formules, de faire des hypothèses sur le caractère et l’identité de leur correspondant. Ils ont également échangé leurs lettres, comparé le style et la longueur des différentes missives – ce que n’aurait pas permis un courriel consulté sur un ordinateur. Beaucoup ont pris soin de conserver la lettre et l’enveloppe.   

La lettre reçue devient le support d’un cours. Lors de la séance, la lettre acquiert le statut de document pédagogique : il est donc pratique que les élèves aient la version papier en leur possession. Par la suite, cette lettre peut être un élément à prendre en compte pour les révisions : là encore, il est important que les élèves puissent le consulter aisément.
Des lettres sonorisées 
On peut envisager de sonoriser les lettres sur Calaméo avec en fond sonore une musique de Lully ou d'un autre musicien contemporain.

Pour faciliter les recherches sur la musique à Versailles :

Des lettres incluant des images de Versailles 
Pendant la rédaction de la première lettre, un élève a demandé la permission d’intégrer des photos du Château de Versailles. Néanmoins, un de ses camarades a immédiatement souligné que ce serait anachronique, la photographie n’ayant été inventée qu’au XIXe siècle.
Les élèves peuvent cependant se référer pour leurs descriptions à des représentations iconographiques intéressantes sur le site de la BNF, dans l'exposition "Passerelles" :

exposition passerelle(s)
 
auteur(s) :

Aurélie Palud, Lycée Gabriel Touchard, Le Mans

information(s) pédagogique(s)

niveau : 2nde

type pédagogique : scénario, séquence

public visé : enseignant

contexte d'usage : classe, salle multimedia

référence aux programmes : BO spécial n°9 du 30 septembre 2010

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes