Contenu

lettres

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > lettres > enseignement > séances

magiciennes ou sorcières ? construire la traduction d'une satire d'Horace à l'aide d'un diaporama

mis à jour le 07/12/2013


vignette.JPG

Démarche proposant une traduction guidée d'une satire d'Horace par l'intermédiaire d'un diaporama. Méthode de lecture interactive avec indices progressifs (syntaxiques, grammaticaux et lexicaux) aidant à la compréhension.

mots clés : LCA, diaporama, latin, Horace, traduction


PROJET

Cette séance de lecture guidée par un diaporama s'intègre dans une séquence intitulée : « Quelle conception les Romains avaient-ils de la magie et de ses pratiques ? », élaborée dans le cadre de la thématique : Représentations du monde : « Magie et superstitions » des nouveaux programmes de 3e.
Les élèves ont à construire par binôme la traduction d'une satire d'Horace (Satires, I, VII, 23-36), guidés par des indices progressifs. La découverte de ce texte doit leur permettre, au-delà de l'aspect linguistique,  de réfléchir sur la conception de la magie à Rome et sur celle d'aujourd'hui, et de s'interroger sur l'évolution des mots « magiciennes » et « sorcières », se posant ainsi la question de la continuité et de la rupture entre le monde romain et le monde d'aujourd'hui.


Le diaporama :



OBJECTIFS

Références au programme et au socle commun :
  • Lire et comprendre un texte d'Horace
  • Élaborer un projet de traduction à deux à partir d'indices / apprécier le choix des mots pour une traduction littéraire / débattre du sens de façon collégiale
  • Observer et étudier un fait de langue : le subjonctif / le participe futur
  • Réviser une structure syntaxique récurrente en latin : la proposition infinitive
  • Réfléchir sur l'évolution de la représentation de la magie à Rome et aujourd'hui

Connaissances et compétences disciplinaires mobilisées et développées :

  • Du point de vue de la lecture et de la traduction du texte, l'élève apprend à appréhender globalement un texte pour observer ensuite des structures plus fines en répondant à des questions qui le guident dans son analyse.
  • D'un point de vue lexical, l'élève doit être capable de repérer les mots qui font sens avant toute traduction pour élaborer des hypothèses et saisir la connotation générale.
  • D'un point de vue syntaxique et grammatical, l'élève observe en situation les différents emplois du subjonctif (dans les subordonnées ou les indépendantes) et du participe futur, repère le système d'énonciation et réactive ses connaissances sur la proposition infinitive en comprenant sa logique propre et sa spécificité par rapport à la langue française.
  • D'un point de vue littéraire et culturel, l'élève aborde les caractéristiques d'un texte satirique et met en perspective ce texte d'Horace avec les autres textes étudiés en début de séquence (Tite Live, Virgile). Il découvre les figures du monde magique antique (Hécate, Canidie, Erichto) et lit un autre texte d'Horace et un de Lucain en guise de prolongement.
 

DÉROULEMENT

  • Diapositive 2 - activité collective  : lire le latin et élaborer des hypothèses de lecture.

  • Diapositive 3 - activité élève : retrouver les mots à connotation négative qui illustrent le titre : « Deux épouvantables sorcières ».

  • Diapositive 4 - activité collective : mise en commun des réponses / vérification.

  • Diapositive 5  - activité par binôme : retrouver les incidences des indices relevés précédemment sur la compréhension globale du texte et observer le système d'énonciation.

  • Diapositive 6 à 13 - activité par binôme
Temps de réflexion pour les élèves qui doivent élaborer une traduction avec les indices donnés progressivement et confrontation des propositions.

    • Diapositive 6 : reconnaître la construction d'une proposition infinitive
    • Diapositive 7 : travailler sur la traduction littéraire d'une expression latine
    • Diapositive 8 : retrouver la structure de la phrase
    • Diapositive 9 : retrouver les valeurs circonstancielles de ut + subjonctif, formation du participe futur
    • Diapositive 10 : identifier un temps de l'indicatif et du subjonctif
    • Diapositive 11 : réinvestir ses connaissances sur le participe futur
    • Diapositive 12 : s'aider du texte pour retrouver le rôle de deux déesses
    • Diapositive 13 : identifier et traduire le subjonctif imparfait


  • Diapositive 14 et 15 - conclusion : lecture expressive du texte latin, puis de sa traduction.

  • Diapositive 16 et 17 - prolongement : lecture d'un texte de Lucain et d'Horace : Erichto et Canidie, sorcières d'hier, sorcières d'aujourd'hui.










 

BILAN

 
Les apports d'une telle pratique
La lecture de texte en latin, guidée par un diaporama, permet aux élèves de se sentir plus à l'aise dans leur analyse. L'exercice de traduction est dédramatisé. L'attention est davantage canalisée par le diaporama qui met en avant les éléments utiles au questionnement sur le texte. Il n'y a pas de dispersion et l'engagement personnel de chaque élève dans la réflexion se voit grandi.
L'enseignant guide par les questions qu'il a préparées en amont de la séance, anticipant les problèmes soulevés par le texte.
Réaliser ce type d'exercice exige une mobilisation de nombreuses connaissances et compétences, il n'y a pas de cloisonnement. Les propositions de chaque binôme aboutissent à une comparaison de celles-ci, un débat d'interprétation verbalisé et un retour réflexif sur le sens du texte en français.
Les limites
Le risque est de s'enfermer dans les questions conçues au préalable dans le diaporama. Il serait dommage de s'enfermer dans ce format si d'autres questionnements venaient à émerger de la réflexion des élèves. Il est d'ailleurs intéressant quand cela se produit de leur demander de concevoir une diapositive à insérer dans la trame originale et de trouver sur le même modèle les questions qui permettraient de résoudre le problème rencontré.
De nombreux points de langue sont soulevés dans l'étude de ce texte. L'institutionnalisation du cours de langue qui découle des observations doit être prévue dans la séance qui suit cette lecture interactive, de même que la mémorisation.
Enfin, même si les élèves apprécient d'être guidés dans l'exercice de la traduction, le recours systématique à cette méthode de lecture interactive serait un frein à leur autonomie. Le diaporama doit rester une proposition de lecture du texte et les questions élaborées au préalable n'ont pas pour vocation de figer la réflexion collective.
 
auteur(s) :

Magali Le Sénéchal, professeur de lettres classiques au collège Pierre Et Marie Curie de Chemillé

information(s) pédagogique(s)

niveau : 3ème

type pédagogique : scénario, séquence

public visé : non précisé, enseignant

contexte d'usage : classe

référence aux programmes :

haut de page

lettres - Rectorat de l'Académie de Nantes