Contenu

arts plastiques - InSitu

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > arts plastiques > enseignement

évaluer des compétences


Document sans nom
Entretien avec des professeurs d'InSitu 
Des propos d'enseignants, des supports expérimentés en classe, des idées à approfondir ...

Comment définiriez-vous le profil d'un élève qui serait "compétent" en arts plastiques ?

 

 " Un élève compétent est un élève qui a pris la mesure du travail attendu, qui est capable de s’emparer de ce qui lui est proposé pour développer une pratique plus personnelle, qui expérimente des possibilités avant de faire des choix, qui maîtrise les enjeux liés à ses choix (matériaux, gestes, supports, intentions…). Il sait qu'il peut et doit prendre des risques. "

" Pour moi, c'est un élève qui aborde les problèmes posés avec l'idée de chercher quelque chose, de tenter, qui propose des approches personnelles sans l'envie d'y coller des solutions toutes faites. "

Question intéressante car elle permet de partir de l’élève (par rapport à une question dont l'entrée serait c’est quoi évaluer en art plastiques, ou quelles sont les compétences qui amènent des réponses plus théoriques). Je veux répondre en m’appuyant sur mes élèves observés cette année :

  • Quand Chloé, 5eme, présente son travail devant les autres élèves à l’oral : elle le décrit et argumente ses choix avec enthousiasme, elle me montre ainsi qu'elle sait s’exprimer à l’oral mais pas seulement pour présenter son travail, c'est aussi pour développer une intention, exprimer avec courage et force de conviction son point de vue devant un public élargi.
  • Quand Nicolas, 6ème, me demande s'il a la possibilité de chercher une image sur un des postes informatiques de la salle pour enrichir ou documenter sa peinture et s’il peut se créer une banque de données d’images qu’il souhaite déposer dans sa session personnelle et utiliser librement pendant les cours, là aussi, je peux dire qu'une compétence est acquise.
  • Quand Paul, toujours en 6ème, trouve avec ses propres mots à l’issue d’un travail de réflexion collective à l’oral sur les réalisations une définition poétique et inédite de la représentation ("représenter en fait c’est donner une deuxième vie aux choses" …) je comprends ici que sa réflexion personnelle est importante, que l’acquisition du vocabulaire ou des connaissances est de l’ordre de l’appropriation, du déplacement.
  • Quand un groupe élèves de 3ème, sur un travail de maquette en architecture trouve une solution simple et techniquement efficace pour rendre un travail convaincant sans passer par des recettes du professeur, je sais qu'ils sont autonomes, qu'ils maîtrisent technique et inventivité. "

" Finalement le « profil » d’un élève compétent (mais pour moi ici sans doute dans le sens de compétences particulières, spécifiques à la discipline) : ce pourrait être « là où je l’attends (l’élève) et en même temps là où il me surprend... " Mais quand il me surprend, nous sommes déjà à un niveau dit "expert".

" Au lycée, un élève « compétent » en arts plastiques serait celui qui aurait acquis les compétences attendues dans le cadre de la seconde ou du cycle terminal. Un élève « très compétent » serait allé au-delà des attentes institutionnelles, en termes de connaissances et d'attitudes. "

" Un élève compétent en arts plastiques c'est un élève qui sait analyser les travaux, les œuvres et dire ses intentions, c'est également un élève qui expérimente, ose, recherche et qui mène ses projets à terme. "
























lien de téléchargement d'un fichierRendre compte d'un bilan de fin de trimestre
à un élève



.

Si on approfondit la question, qu'attendez-vous en tant que professeur d'arts plastiques d'un élève ?


" De mon côté, j'attends qu'il ait saisi, compris quoi mettre en œuvre pour parvenir à une démarche de projet, et dans l'idéal sans l'aide du professeur. "

" Oui, qu'il entende et comprenne seul la ou les proposition(s) du professeur et s'interroge sur les manières possibles d'y répondre." 

" J'espère qu'il puisse avoir cette capacité à questionner, en voulant en découdre avec le problème posé, qu'il active des moyens méthodologiques, techniques et théoriques et sollicite des connaissances. " 

" Pour moi, cet élève dit compétent pratique de façon autonome... Il sait ce qu'il peut faire, ce qu'il peut demander, s'organise dans le temps et l'espace, découvre de nouveaux champs de questionnement, réinvestit des questions vues auparavant. "



 

lien de téléchargement d'un fichier fiche projet élève vierge proposée en 3ème


lien de téléchargement d'un fichier fiche de suivi proposée en 3ème

En suivant le fil de votre pensée, on peut s'interroger sur ce que recouvre la compétence "analyser sa pratique" ? Comment l'ouvrir à celle de ses camarades autant qu'à celle d'artistes ?

" En effet, un élève compétent c'est également un élève ouvert à l’hétérogénéité des réponses possibles et curieux d'une confrontation avec les autres, élèves ou artistes. "

" Il peut montrer, présenter "facilement" son travail pour échanger et expliquer ses intentions. "

" Il est capable d’argumenter ses choix, capable d’avoir un regard critique et bienveillant envers sa production, celles de ses camarades et les œuvres rencontrées en classe. "  

" Il est capable de curiosité pour les œuvres d'art. Il peut décrire une œuvre, repérer les intentions de l'auteur. Il peut ensuite construire du sens et s'exprimer sur l'œuvre. Il ne se pense pas étranger au monde de l'art.

.






Quelles sont les traces-mémoires gardées par les élèves en arts plastiques ?

 

" Cela peut prendre la forme, dans un cahier/carnet/classeur de fiches bilans données par le professeur, d'écrits personnels sur la production, de croquis, de photos de leurs productions, des essais et tentatives préalables, de documents avec du vocabulaire, de descriptions, d'analyses, d'écritures libres, de cartes mentales. "

" Cela peut concerner l'évaluation : écrits avec commentaires et degrés atteint par items, tableaux des compétences à remplir. "

" Ces traces peuvent aussi être sous forme numérique comme des pages sur e-lyco (questionnaires sur formulaires...). "

" Je connais aussi le poids de l'écrit dans notre institution et le temps que la pratique de l'écrit nécessite. Je reste donc très prudent sur cette question de la trace écrite...L'enseignement du français opte à juste titre sur la dimension réflexive des écrits, tout en accentuant dans les programmes la part faite à l'oral. En arts plastiques, la dynamique de la réflexivité est principalement soutenue par la verbalisation et l'explicitation. Je veille toujours à ne pas laisser croire que l'on retient mieux par l'écrit... Il me semble que l'écrit a sa place en arts plastiques mais plutôt tel qu'il est présenté sur InSitu dans le dossier sur l'écrit.

Le mot trace semble adapté au travail en arts plastiques. La trace, c'est ce qui reste de l'activité, du travail. Cette trace peut avoir en arts plastiques un large éventail de forme :

  •  Les traces écrites : sur le cahier que je vois comme un carnet de bord, on peut trouver des fiches bilan avec l’évaluation du travail, des documents à compléter avec du vocabulaire, des descriptions, des analyses, des écritures libres... les références liées et des mots-clés, des notes personnelles, des écrits libres, des brouillons, des recherches, des cartes mentales et tout aussi bien un tableau  avec report des compétences et le niveau atteint lors des items travaillés) …C'est une collection, un portfolio. Cette collection constitue un vivier d'éléments d'évaluation que l'élève utilise dans les échanges. Pendant son travail plastique il a pu photographier, on retrouve ces documents visuels dans les synthèses avec les traces de travaux aboutis. Un portfolio composé de l'ensemble des grilles de compétences pour visualiser une progression des compétences.
  • Des traces "plasticiennes", des croquis, des essais techniques, des photos prises pendant la réalisation, la réalisation elle-même.
  • Des traces numériques, fiches dans Folios, fiches bilan par période (de vacances en vacances), dossier numérique individuel et de la classe, moments d’exposition, des pages sur e-lyco avec quelques travaux, des mots de vocabulaire, la question travaillée et quelques œuvres de référence.
  •  Des traces d'œuvres, des références, des recherches documentaires. "        

 



















En tant que professeur d'arts plastiques qu'attendez-vous de l'évaluation sommative 3 en arts plastiques ?

 

" Je trouve l'évaluation sommative assez inadaptée à l’évaluation de notre discipline. Surtout avec la mise en place de la réforme du collège. "

" Normalement, elle permet à l’élève de se situer par rapport aux autres élèves, de se situer par rapport à un palier, par rapport aux attentes du cours, répondre à une demande d'évaluation qui est convertie en note chiffrée. "

" Elle est devenue institutionnelle et semble encore nécessaire dans le cadre de l'orientation en fin de 3ème pour le choix du lycée. Éventuellement, elle aide à certifier un des 4 niveaux de maîtrise du brevet. La véritable évaluation sommative est celle de l'examen à la fin d'un cycle. "                   

" La note chiffrée, élaborée en fonction de critères établis et connus des élèves, est encore perçue de manière favorable. Le cycle terminal, dans sa mouture actuelle, nécessite cette évaluation sommative. "

" la note chiffrée n'est pas toujours synonyme d'évaluation sommative...mais plutôt, comme tu le dis, d'évaluation critériée. Une évaluation chiffrée peut aussi être pensée et mise en oeuvre dans une visée formative."

" Je ne suis pas persuadé qu'il soit utile de pratiquer l'évaluation sommative en arts plastiques ni que ce soit vraiement réalisable. Je ne dis pas que ce n'est pas pratiqué. On peut mettre des points parce qu'un travail est rendu dans les délais. On peut mettre des points parce qu'un dégradé est bien fait. On peut mettre des points parce que des tâches sont effectuées.  "
 
" Cette évaluation sommative est un repère éventuel pour l'élève si la note est comprise, elle permet un aperçu rapide des résultats de la classe. "


 

3 - On pourra, relativement aux questions que pose le principe de l’évaluation sommative, se référer aux ressources d’accompagnement des programmes du cycle 4 dédiées à l'évaluation. Notamment sur ce que peut recouvrir la conduite sommative de l’évaluation en arts plastiques sous l’angle d’une évaluation-bilan : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Arts_plastiques/21/0/RA16_C4_AP_eval_fiche_3_709210.pdf












 

haut de page

arts plastiques - InSitu - Rectorat de l'Académie de Nantes