Contenu

histoire-géographie-citoyenneté

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > histoire-géographie > ressources > notions

les génocides

mis à jour le 15/05/2019


Capture.JPG

Concept présent tant au collège qu'au lycée, les génocides sont un marqueur de notre ère contemporaine.
Définir, caractériser et questionner cette notion permet de nous interroger en historien et citoyen.

mots clés : génocide


«A quatre reprises au XXème siècle, des politiques d’Etat délibérées, ciblant des minorités racialisées et désignées comme ennemi absolu, planifient leur extermination méthodique, systématique et infiniment destructrice au point même que les preuves de l’existence sociale et nationale de ces groupes sont éliminées et que s’organise dans le temps de la destruction sa négation au regard du reste du monde et des rares rescapés.». C’est par ces quelques lignes que Vincent Duclert introduit la Documentation photographique consacrée aux génocides [les génocides, Documentation photographique n°8127, CNRS, 2019].

 

Les quatre génocides retenus sont :

  • Génocide des Herero et Nama mené par l’Empire allemand dans sa possession coloniale du sud-ouest africain en 1904,
  • Génocide des Arméniens réalisé par le gouvernement unioniste dans l’Empire Ottoman durant la 1ère Guerre mondiale,
  • Génocide des juifs d’Europe conduit par l’Allemagne nazie pendant la 2nd Guerre mondiale,
  • Génocide des Tutsi perpétré par le pouvoir hutu extrémiste du 7 avril au 17 juillet 1994 au Rwanda.

(NB : Sur le plan juridique, seuls trois génocides ont été reconnus par l’ONU : le génocide arménien commis par l’Empire ottoman, en 1915-1916, le génocide des Juifs et des Tsiganes commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, le génocide des Tutsis au Rwanda, commis par les milices extrémistes hutues en 1994).

Un contexte contemporain (fin XIX-XXème siècle)

Les génocides définissent l’ère contemporaine par leur réalisation implacable et terriblement meurtrière, mais aussi dans l’impuissance et même l’indifférence du monde à leur endroit. Ils interrogent le basculement destructeur du progrès, de la modernité, les sciences anthropologiques et médicales, le rôle de l’Etat (contrôle étendu sur les individus), les armes de la guerre et de la répression, le conditionnement de la population, la propagande, le mensonge, la terreur…

Les génocides : Origines - définitions

Le terme « génocide » a été créé en 1944 par Raphaël Lemkin (1900-1959), un réfugié juif d’origine polonaise, professeur de droit international aux États-Unis. Antérieurement marqué par les violences de masse en Arménie, Lemkin entendait forger un nouveau mot pour rendre compte de l’ampleur et de la nature des crimes nazis. Le terme n’est pas encore utilisé au procès de Nuremberg (1945-1946). Il entre par la suite dans le vocabulaire du droit international, avec l’approbation par l’Assemblée générale des Nations unies du texte de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (9 décembre 1948). Il est aujourd’hui défini par l’article 6 du statut de la Cour pénale internationale. Le génocide est ainsi défini comme : un crime contre l’humanité qui tend à la destruction totale ou partielle d’un groupe ethnique, national, racial ou religieux et qui regroupe 5 critères :

  • Atteintes volontaires à la vie
  • Atteintes volontaires à l’intégrité physique ou psychique
  • La soumission à des conditions d’existence mettant en péril la vie du groupe 
  • Les entraves aux naissances 
  • Les transferts forcés d’enfant

On peut rajouter qu’il ne peut pas y avoir de génocide sans une intervention de l’Etat.

Chez les spécialistes de sciences sociales, il y a presque autant de définitions du génocide que de chercheurs s'intéressant à la question.

Quatre éléments font néanmoins consensus :

  • la sélection des cibles selon un ou plusieurs critères identitaires,
  • la mise en œuvre d'un programme (certains diront d'une planification) par l'État,
  • le caractère systématique des massacres sans distinction de classe, d'âge ou de sexe,
  • l'intention délibérée de commettre ce crime

 Le concept de génocide doit se penser à plusieurs niveaux : 

  • L’incrimination (« crime de génocide ») (domaine juridique)
  • La recherche historique, anthropologique, sociologique, …
  • Opinions publiques et responsables politiques, résistances contemporaines et mémoire des lendemains.

Définition de Raphaël Lemkin en 1944

 

Génocides et crimes de masse

On peut établir une distinction car les crimes de masse sont des massacres systématiques commis par des Etats ou des organisations, entrant dans la catégorie des crimes contre l’humanité, mais ils ne poursuivent pas une entreprise de destruction totale d’une population définie. Ils s’apparentent à des répression politiques ou sociales massives dont la finalité première n’est pas la disparition complète du groupe visé. Cependant, la mise en œuvre de telles répressions aboutit souvent à l’anéantissement de populations entières intégrant des processus qui appartiennent aux entreprises génocidaires.

Penser les génocides, ce n’est pas en faire une histoire abordée sous l’angle de leur exceptionnalité par rapport aux violences de masse. En effet, les génocides s’accompagnent systématiquement de violences et de crimes de masse touchant des communautés et des individus nombreux, au-delà des groupes promis à la destruction (par exemple, dans le cadre du génocide des juifs, d’autres populations sont visées par des violences de masse : opposants politiques, homosexuels, résistants, tziganes, …). Les études croisées et complémentaires permettent d’enrichir chacun des thèmes de recherche : comparer pour mieux singulariser.

Connaissance des génocides : trois énigmes qui mobilisent chercheurs et professeurs

  • Quel est le jeu des puissances et le rapport des institutions internationales face aux génocides ? (L’exemple du génocide des Tutsi au Rwanda est symptomatique dans le choix de certains de ne pas voir et de ne pas comprendre illustrant le défaut de volonté politique)
  • Comment comprendre « l’entreprise génocidaire » ? Cette « entreprise génocidaire » implique qu’elle a été pensée par une collectivité politique incluant des élites intellectuelles et sociales parmi les plus élevées et mise en œuvre par des institutions comme par des cadres dédiés exclusivement à l’objectif d’extermination.
  • La mobilisation des victimes : cette troisième énigme « sonne comme une défaite des génocidaires ». Les victimes sont parvenues à survivre et à revivre, mobilisant des humaines inouïes pour échapper à leurs bourreaux et trouver le courage de témoigner, de demander justice, de porter la mémoire des disparus.

Conclusion

« Faire le point sur les génocides à l’ère contemporaine conduit à réfléchir à ces apories cognitives et heuristiques, à l’impuissance des Etats démocratiques face à de telles destructions humaines, aux aveuglements collectifs et à l’incrédulité des dirigeants et des opinions, mais aussi à la signification des actes rares de protection et de sauvetage des victimes, à la volonté de connaissance et au travail d’information des Etats et des sociétés, au rôle des « messagers du désastre » et à l’engagement des témoins » (V.Duclert). Plus que tout autre domaine peut-être, les études sur les génocides s’inscrivent à la croisée de la recherche historique et de l’engagement politique et moral.

 

Bibliographie


Pour les études des génocides, on se reportera à la bibliographie de la Documentation photographique, les génocides, n°8127, CNRS éditions, 2019



Pour les démarches pédagogiques : 
 
auteur(s) :

jean-françois loistron, membre de l'équipe espace pédagogique

ressources associées

enfants dans église de Nyamata Rwanda la puissance des images génocidaires du XXème siècle en classe de 3ème : l'exemple du génocide des Tutsi du Rwanda 31/10/2018
Face à la puissance et la violence dégagées par certaines images emblématiques des génocides du XXe siècle, tous les élèves peuvent être submergés par l'émotion. C'est par une ana ...
génocide, Tutsi, Rwanda, image, émotion, histoire jean-françois loistron
armeniens_pt.jpg travailler la capacité raconter en A.P à partir du génocide des Arméniens 06/10/2016
à travers deux séances d'A.P, menées en co-animation, comment consoloder la capacité raconter en classe de 3ème en s'appuyant sur le génocide des Arméniens. Ces séances sont transposables sur ...
A.P, génocide des Arméniens, raconter jean-françois loistron, carole raud, jean-françois augereau
genocide_3e_pt.jpg Shoah : le génocide des juifs 30/12/2016
À travers l’exemple d’une petite fille juive, arrêtée tout près de chez nous en 1942, il s’agit de faire comprendre aux élèves la mise en oeuvre du génocide des Juifs.
juifs, camp d’internement, Auschwitz-Birkenau, centre de mise à mort, génocide Nathalie Boilot
Maus, Art Spiegelman Maus, Art Spiegelman, témoin de l’histoire du monde contemporain 10/01/2012
Etudier, dans une démarche d'Histoire des Arts, quelques vignettes de la bande dessinée Maus d'Art Spiegelman comme témoin de l'histoire du monde contemporain, plus particulièrement du génocide.
Maus, Spiegelman, Génocide, HdA, Histoire des Arts Jean-François Loistron
génocide arménien le génocide des arméniens - classe inversée 15/10/2015
dans une démarche de classe inversée, aborder le génocide arménien et mobiliser les élèves sur la capacité raconter. Utilisation d'e-lyco.
génocide, Arménie, 1er Guerre mondiale, classe inversée, e-lyco l'espace pédagogique HGEMC
vignette.jpg l'extermination nazie, faire écrire les élèves à l'aide d'e-lyco 01/03/2013
A l 'aide du manuel et de sites référencés sur le site e-lyco du collège, les élèves, en groupe et en salle multimédia, élaborent une trace écrite sur l'extermination nazie. Ils sont libres ainsi de c ...
extermination, génocide, 39-45, ENT Karl Loiseau
100363279.png enseigner l'histoire des génocides juifs et tziganes au collège et au lycée (1/3) 07/06/2017
Les propositions qui suivent sont le fruit du travail d'un groupe de reflexion sur l'accompagnement de la réforme du collège et l'enseignement au lycée.
juif, génocide, shoah, solution finale, einsatzgruppen, centre de mise à mort, Auschwitz-Birkenau Danièle Catala; Catherine Milon
100363279.png enseigner l'histoire des génocides juifs et tziganes au collège et au lycée (2/3) 04/06/2017
Les propositions qui suivent sont le fruit du travail d'un groupe de reflexion sur l'accompagnement de la réforme du collège et l'enseignement au lycée.
juif, génocide, shoah, solution finale, einsatzgruppen, centre de mise à mort, Auschwitz-Birkenau, Catherine Milon; Danièle Catala
100363279.png enseigner l'histoire des génocides juifs et tziganes au collège et au lycée (3/3) 07/06/2017
Les propositions qui suivent sont le fruit du travail d'un groupe de reflexion sur l'accompagnement de la réforme du collège et l'enseignement au lycée.
juif, génocide, shoah, solution finale, einsatzgruppen, centre de mise à mort, auschwitz-birkenau, Danièle Catala; Catherine Milon
violence_masse.jpg encyclopédie des violences de masse 08/12/2008
Au printemps 2008, Sciences Po a lancé une encyclopédie électronique des
violences de masse.
génocide, violences de masse, base de données, conflits comtemporains Françoise Janier-Dubry
shoah.jpg comptes-rendus des conférences de la Formation Shoah de janvier 2018 24/10/2018
Page d'accès aux résumés et compte-rendus des 7 conférences de la Formation Shoah qui s'est déroulée en janvier 2018 à Angers. 

shoah, formation, génocide, mémorial
shoah.jpg comptes-rendus des conférences de la Formation Shoah de janvier 2017 à Angers 21/09/2017
Page d'accès aux résumés et compte-rendus des 12 conférences de la Formation Shoah qui s'est déroulée les 9, 10 et 11 janvier 2017 au lycée Bergson à Angers.
shoah, formation, génocide, mémorial

haut de page

histoire-géographie-citoyenneté - Rectorat de l'Académie de Nantes