Contenu

mathématiques

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > disciplines du second degré > mathématiques > enseignement > actions nationales > actions nationales 2015-2017 > projets

conjuguer des verbes en ER

mis à jour le 06/02/2018


vignette.png

Comment utiliser scratch et le français pour créer un programme complexe étape après étape ?

mots clés : algorithmique, français


1) Prérequis


Pour pouvoir convenablement réaliser ce TP, j’avais dans un premier temps appris à mes élèves de 5ème et revu avec mes élèves de 4ème, comment programmer une boucle pour compter ou décompter sous scratch.
Cette opération nécessite l’utilisation de variables.
On en a profité pour aborder le problème des intervalles et des piquets : que cherche-t-on à compter ? Comment commencer (ou quelle sera la valeur finale de notre compteur) ?
On en a profité pour écrire également nos résultats sous forme « algorithmique débranchée »
 

2) Démarche


Le but recherché était d’aider les élèves à construire un projet ambitieux en partant d’un projet simple dans sa version de base.
Le déroulé sur deux séances en 4ème et trois séances en 5ème a été le suivant :
  • Énoncé donné aux élèves : « On va conjuguer les verbes se terminant par ER » (et le fait de ne parler des verbes du 1er groupe est volontaire)
  • Construire la base du programme :
    • stocker dans des variables (séparées), le verbe, le radical,
    • réaliser un affichage simple en utilisant l’instruction regroupe, du texte et la variable contenant le radical du verbe.
      « je », radical, « e »
      « tu », radical, « es »
      etc.
  • Une fois la base établie, on aborde la partie la plus délicate à savoir modifier le programme pour :
    • demander le verbe à l’utilisateur et le stocker,
    • extraire le radical (lettre par lettre)
  • Une fois fini, il ne reste plus qu’à tester avec les élèves des verbes qui posent problème.

Les élèves devaient sauvegarder leur programme et changer de numéro de version à la fin de chaque étape réussie.
 

3) Le programme de base


Pour le programme de base et une fois l’énoncé donné, je leur impose de tester le programme avec le verbe chanter (afin de repousser les cas particuliers à plus tard).
Les élèves doivent choisir un autre personnage, mais je leur demande de faire leur choix en pensant à un scénario possible (je ne veux pas de dauphin, fusée ou autre lutin qui ne serait pas en rapport avec une personne récitant sa conjugaison)
 
Tout le monde a, plus ou moins rapidement, un programme qui marche.
 

4) L’extraction du radical


L’affichage étant résolu, on le conserve et on change juste les deux instructions « mettre » pour que le verbe ne soit pas connu à l’avance et que ce soit à l’utilisateur de le donner.

La première instruction est facile à remplacer, mais cela devient vite un casse-tête pour la quasi-totalité des élèves, pour extraire le radical du verbe.
 
L’idée de recopier lettre après lettre n’est pas évidente pour un élève. Il faudra un temps de mise en commun des idées pour y parvenir.

Première explication verbale :
« Au début, il n’y a rien dans le radical, puis on y ajoute la première lettre du verbe, puis la deuxième lettre du verbe, puis la troisième lettre du verbe et ainsi de suite. Mais quand faut-il s’arrêter ? »
Les élèves finissent par trouver « toutes les lettres sauf les deux dernières, toutes les lettres moins deux ».

Je leur propose alors de chercher dans les instructions (opérateurs) celles qui pourraient nous servir. On finit par trouver « lettre 1 de world » et « longueur de world » (ci-contre).

Deuxième explication écrite :
Certains élèves parviennent à progresser, mais il faut un temps de réflexion écrite pour beaucoup :
 
C’est reparti ! Mais problème : beaucoup d’élèves utilisent l’addition pour effectuer cette partie (Normal ! C’est ce que j’ai écrit). On aborde alors la différence entre l’addition et l’instruction « regroupe ».

Troisième et dernière explication :
Pour les élèves en réelles difficultés, je finis par leur écrire un « algorithme débranché », non complet, d’une solution possible.
 
Voici un exemple de réalisation. Ici, le radical (racine du verbe), n’a pas été initialisé à rien, mais à la première lettre du verbe (il faut donc recopier une lettre de moins dans la boucle que dans l’« algorithme débranché » proposé précédemment).
Beaucoup d’algorithmes semblent justes et pourtant une erreur bloque les élèves ?
Cela ne saute pas tout de suite aux yeux des élèves, mais voici la différence ! Les priorités opératoires !
 

5) Le temps des cas particuliers


Une fois le programme terminé, les élèves me montrent que tout marche bien. Je leur demande de tester le verbe AIMER et …
 
« Quoi ? Ça ne se dit pas JE AIME ! »
Les plus futés me proposent tout de suite « Je/J’ », que je refuse.
 
On va donc introduire une condition pour l’affichage.

Si la première lettre est une voyelle alors on écrit « J’ » sinon on écrit « JE  »
Je laisse les élèves les plus rapides se débrouiller et je finis par obtenir des conditions de ce type :
Pas très lisible, mais cela fonctionne…
C’est le moment d’apprendre un nouveau type de données : les listes.
La liste peut être initialisée en dehors du programme lors de sa création en cliquant sur le + situé en bas à gauche (voir ci-contre).

Une fonction très utile va alors nous servir :

 
Du coup on peut facilement tester si la première lettre du verbe est une voyelle :
 
Enfin, un programme qui marche !
Euh ? Sauf si on tester le verbe manger ?
 
Là, certains trouvent le prof pénible… Quand, on en arrive à ce stade, les quelques élèves devraient se débrouiller tout seuls.
 
Les élèves doivent-ils m’appeler ? Non, pas tous, certains pensent au verbe « aller ». C’est un verbe en ER, mais pas du 1er groupe. D’ailleurs, je n’ai pas dit aux élèves que nous conjuguions les verbes du 1er groupe, mais bien les verbes en ER.

Voir les exemples élèves.
 

6) Et avec les plus rapides ?


Certains élèves ont tout fini en moins de 2h pour les 4ème et en moins de 3h pour les 5ème alors que faire ?
1.    Conjuguer au présent et au futur.
2.    Laisser le choix à l’utilisateur (1) présent, (2) futur.
3.    Laisser le choix à l’utilisateur (1) présent, (2) futur et même proposer de changer de verbe (0).
4.    Utiliser des listes pour les pronoms et les terminaisons.
 
Dans le cas 3, on peut utiliser des blocs et des évènements d’appui de touches. Voir l’exemple ci-dessous :
 
Dans le cas 4, on peut utiliser des listes comme ci-dessous :
 
On pourrait alors écrire un programme de ce type, où la partie la plus importante est celle de l’initialisation des listes lors de la demande d’un nouveau verbe.













.
 
auteur(s) :

Emmanuel Malgras, Enseignant au collège Pierre et Marie Curie - Le Pellerin (44)

information(s) pédagogique(s)

niveau : tous niveaux, Collèges tous niveaux, Cycle 4, 5ème, 4ème

type pédagogique :

public visé : non précisé, enseignant, élève

contexte d'usage :

référence aux programmes :

ressource(s) principale(s)

reflexions.png comment deboguer 27/03/2018
Ce document a pour seul objectif de donner quelques pistes lorsqu’un programme ne fonctionne pas. Il n’y a aucune recherche d’exhaustivité.
algorithmique, scratch, collège vers python Damien Rivière; Yannick Danard
Algo-Francais.png algorithmique et français 20/02/2018
Vers la réalisation de programmes élaborés utilisant des notions de français : pluriels avec cas particuliers, reconnaissance de palindromes, conjugaisons, …
algorithmique, français Yannick Danard
reflexions.png de l'importance de lire 28/03/2018
Quelques pistes pour remédier à la lecture trop superficielle des élèves.
algorithmique, scratch, collège vers python Damien Rivière; Grégory Maupu

documents complémentaires

Des exemples d'élèves
Logiciel d'algorithmie élèves (binome) de 5ème avec gestion du présent, mais de aucun cas particulier.
Logiciel d'algorithmie élèves (binome) de 5ème avec gestion du présent, aimer et manger
Logiciel d'algorithmie élèves (binome) de 5ème avec gestion du présent, futur, aimer, manger et aller

Logiciel d'algorithmie élève (seul) de 4ème  avec gestion du présent, futur, aimer, manger et aller et d'un menu

L'activité
PDF le présent texte en format PDF

haut de page

mathématiques - Rectorat de l'Académie de Nantes