Contenu

innovation pédagogique

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > innovation pédagogique > échanger

gérer la classe et ses ressources pour construire l'autonomie

mis à jour le 12/04/2017


dossier_10.png

La très fréquente remarque “manque d’autonomie” traduit un constat d’insuffisance face à une attitude scolaire, comme si certains enseignants exprimaient ainsi la déception d’un apprentissage peu réussi. Mais de quoi parle-t-on lorsque l’on évoque le concept d’autonomie ? C’est un questionnement qui accompagne chaque jour Julien Morillon dans son enseignement auprès d’une classe de vingt-cinq élèves de grande section (GS) de maternelle. Cet enseignant nous a ouvert les portes de sa classe à La Baconnière en Mayenne, acceptant de partager sa pratique et ses interrogations sur la construction de l’autonomie.

mots clés : échanger, autonomie, maternelle, outils


“Les élèves ne sont pas autonomes” est un propos souvent entendu dans les écoles, témoignant d’une préoccupation d’enseignants envers une attitude d’élève. Mais leur apprend-on à devenir autonomes ? Comment expliciter l’autonomie et en faire un objet d’apprentissage ? Comment accompagner l’élève dans une conscientisation de ses progrès ? La classe et l’ensemble de ses ressources, pour peu qu’elles soient optimisées, permettent de structurer une attitude d’élève au cours d’un processus d’autonomisation.
 
Accompagner les élèves dans la construction de leur autonomie est un acte pédagogique qui s’inscrit dans la temporalité d’un parcours de plusieurs années. Ce concept d’autonomie révèle, dès lors qu’on l’interroge, des paradoxes qui en complexifient la définition. Relevant d’un processus qui exige de la part de l’élève une prise de conscience et un détachement vis-à-vis de l’adulte dans le cadre collectif de la classe, l’autonomie prend un sens singulier dans le cadre scolaire. Ce pacte relationnel avec l’adulte impose à l’enseignant une pédagogie de “l’apparent laisser-faire” 1 et non de l’interventionnisme immédiat face à l’urgence vécue par l’élève devant le moindre blocage.
 
Pour autant, l’autonomie se conjugue différemment selon le niveau, le champ disciplinaire exploré, ou la tâche demandée à l’élève. Être autonome en EPS en sixième n’a pas la même signification qu’être autonome en maternelle. Conscient que ce concept d’autonomie s’inscrit dans un parcours directement lié au développement de l’enfant, Julien Morillon prend en compte la pluralité de l’autonomie. Plus précisément, il décline son action en mettant au service de son enseignement la typologie définie par Hervé Caudron, chercheur universitaire qui identifie différentes formes d’autonomie.
 
La classe de grande section parachève le parcours des élèves de maternelle avant qu’ils aillent en élémentaire. Il est donc nécessaire que l’enseignant organise cette dernière année de maternelle, qu’il structure les apprentissages non seulement pour aider chacun à intégrer son rôle d’élève et à acquérir des réflexes de travail, mais aussi pour bien préparer le parcours scolaire futur de chacun dans la “grande école”. L’autonomie relevant d’un processus, il s’avère nécessaire de construire une programmation des exigences sur les cinq périodes découpant l’année scolaire.
 
Ce regard porté sur l’organisation pédagogique d’une classe de maternelle met en avant les outils didactiques utilisés par l’enseignant pour que se développe un réel apprentissage. Les cahiers de réussite, les affichages de la classe et même l’organisation générale de la salle, avec ses étagères et placards, constituent autant de ressources pédagogiques facilitant un fonctionnement qui doit permettre à chaque élève de sortir d’une relation de dépendance vis-à-vis des deux adultes présents que sont l’enseignant et l’Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles). Les modalités d’évaluation des progrès des élèves jouent un rôle primordial car elles favorisent une prise de conscience individuelle et collective de l’autonomisation de chacun et permettent la conscientisation des attitudes attendues. L’arbre personnel de l’autonomie constitue pour les élèves une récompense concrète car chacun est invité, dès qu’il est reconnu comme autonome face à telle ou telle tâche, à coller sur son arbre les feuilles symbolisant la reconnaissance officielle d’une compétence atteinte.
 
Enfin, parce qu'il est nécessaire de former de futurs citoyens autonomes par l'école, l'Éducation nationale montre par les programmes du 26 mars 2015 que le développement de l'autonomie constitue une des priorités de la maternelle. À ces attentes institutionnelles font écho les outils mutualisés par des enseignants. Nombreux sont en effet les enseignants qui mutualisent leurs propres outils : de la fiche d’autonomie au cahier ou du pictogramme à la ceinture d’autonomie par exemple. Sur internet, on découvre la variété des outils partagés qui font la richesse de la mutualisation pédagogique.

L’autonomie est finalement un processus complexe qui impose une solide réflexion en amont et une pratique de classe exigeante. En acquérant davantage d’autonomie au fil des semaines, les élèves permettent à l’enseignant de s’accorder du temps pour répondre aux difficultés d’apprentissages de ceux qui en ont besoin. Développer l’autonomie, c’est s’offrir de meilleures conditions de travail et insuffler une dynamique de classe dans laquelle l’enseignant se met au service de ses élèves. Ainsi, les élèves comprennent qu’en cas d’obstacle ils doivent prioritairement interroger les ressources matérielles et non solliciter immédiatement les ressources humaines de la classe. La solution de facilité n’est pas celle qui autorise les meilleurs apprentissages !


1. Expression empruntée à Dominique Bucheton.
 
auteur(s) :

C. Delogé

contributeur(s) :

J. Morillon

ressource(s) principale(s)

echanger dossier 10 analyser ses pratiques pédagogiques 14/05/2012
L'objectif de l'analyse de ses pratiques professionnelles est de s'interroger sur une situation identifiée (souvent difficile, mais pas obligatoirement) pour mieux maîtriser sa vie profess ...
échanger, analyse, autoévaluation, échanges, critique

haut de page

innovation pédagogique - Rectorat de l'Académie de Nantes