Contenu

élèves allophones, enfants du voyage

Recherche simple Vous recherchez ...

espace pédagogique > actions éducatives > élèves allophones, enfants du voyage > tous les articles

articles

arrêt sur imag...iers

vignette-imagiers







L'imagier, une aide momentanée ou permanente

  • L'imagier constitue un outil précieux pour l'enseignant qui accueille un élève allophone en classe ordinaire ou spécifique; il peut en effet lui apporter une aide momentanée (via une recherche d'image en ligne grâce à un ordinateur ou une tablette connectés à Internet) ou permanente (déclinée sous la forme de sous-mains et d'affiches aux murs de la classe). 
 
Mieux que l'utilisation de périphrases, que l'accumulation de synonymes plus ou moins approximatifs, plutôt que la liste de mots, dans un répertoire à spirales, qui conçoit le vocabulaire comme "un réservoir de mots étiquetant le monde ; passer d'une langue à l'autre consisterait à changer l'étiquetage", on peut privilégier quand c'est possible la méthode directe, qui évite de "passer par la traduction ; qui cherche à assurer la compréhension des mots nouveaux par la présentation de l'objet, de son image ou par le mime de l'action", selon les termes de Michèle Verdehlan-Bourgade, dans "Le français de scolarisation, pour une didactique réaliste" (PUF), pp. 222 et 210.

                      

De l'imagier vers le dictionnaire visuel

  • Au format papier, on trouve sur le marché des éditeurs assez peu d'imagiers en français pour les élèves allophones scolarisés dans le secondaire. Cette pénurie, qui semble plutôt française - il suffit de visiter les librairies chez nos voisins, anglais ou allemands - est peut-être due à notre système très grapho-centré, qui a encore tendance à minorer l'importance de l'image dans l'apprentissage d'une langue et qui préfère une tradition fondée sur la traduction (version/thème). 

Certains titres néanmoins existent pour des apprenants adolescents, voire adultes, mais presque systématiquement en version bilingue. On trouve un éditeur, Aédis, qui propose cet outil dans plus d'une trentaine de langues, pour 225 mots.

L'éditeur Larousse propose également des dictionnaires visuels bilingues dans une dizaine de langues et un album monolingue intéressant composé de 6000 illustrations et intitulé "dictionnaire visuel pour tous".

Le dictionnaire "Visuel +" des éditions Québec et Amérique, tout en reprenant les thèmes et l’organisation d'un dictionnaire visuel classique ajoute des notices encyclopédiques qui apportent les renseignements essentiels pour mettre en lumière ce qu’on ne voit pas ou qui n’est que suggéré par le mot : la nature, la fonction ou les caractéristiques de l’objet ou du phénomène illustrés.



        

  
 
Quand la construction de l'imagier par l'élève devient activité d'apprentissage

  • Peut-être plus intéressant que ce type d'ouvrage, l'imagier construit par l'élève allophone lui-même. L'outil devient alors une activité d'apprentissage en autonomie permettant dans son élaboration de développer des compétences langagières qui iront au-delà de la simple correspondance d'une image pour un mot. 
Il convient ainsi de distinguer la fonction de l’imagier qui est différente si l’on est dans un temps d’apprentissage ou dans un temps d’évaluation. 

  1. En situation d’évaluation : la fonction de l’imagier est de répondre à différentes situations d’évaluation. Il s’agit dans ce premier cas, d’imagiers de désignation qui présentent les objets dans des situations décontextualisées.
  2. En situation d’apprentissage, la fonction de l’imagier est de participer à la construction d’un concept. Il s’agit alors, d’imagiers de référence qui présentent les objets dans des situations contextualisées. Pour pouvoir comprendre et mémoriser, il faut construire et déconstruire des représentations et établir des catégories. Pour enrichir leur bagage lexical, on peut ainsi avec les élèves, produire et créer des imagiers.
L'équipe en charge des EANA/EFIV en Vendée nous signale ainsi un travail mené sur la combinatoire où l'entrée par la graphie/la lettre est préférée au son.

Voir ces fiches CP adaptées pour des élèves Roms-NSA :
  1. le son ai
  2. le son j
  3. la lettre g
     
L'équipe de Vendée a également eu l'occasion d'utiliser les logiciels "Imagier quiz maker" et "Didapages" pour réaliser des imagiers numériques à partir desquels il est possible de créer des petits quiz (imagiers sur des thèmes classiques comme les consignes, l'école ou d'album de littérature jeunesse). Ces imagiers étaient construits à partir des dossiers images et sons enregistrés par des élèves. De nombreux bugs sont néanmoins signalés sur le premier outil qui ne fonctionne qu'en local, ce qui signifie que toute la création se fait en ligne et les exercices créés restent hébergés sur le site, avec tout ce que cela comporte de risques : si un jour le site ferme, toutes vos activités seront perdues. Il n’est en effet pas possible de les télécharger sous un quelconque format.

Il est également prévu en Vendée d'utiliser l'application gratuite en ligne http://learningapps.org/

e-primo, pour le premier degré donc, mettrait également à disposition des outils pour créer des imagiers sur son ENT.
 
De même, l'imagier peut constituer un outil utile pour des lycéens allophones, comme le montre cette séquence menée par Mme Emmanuelle Ricot avec un groupe classe de CAP/FLS au lycée Michelet de Nantes sur une idée de Mme Hélène Arrouet, professeur des écoles.
 
lien de téléchargement d'un fichier télécharger l'intégralité de la séquence de Madame Ricot

lien de téléchargement d'un fichier télécharger l'imagier fabriqué en classe de CAP/FLS


Une nouvelle vague d'imagiers


Le numérique permet l'accès à une grande diversité d'imagiers, dont certains qui renouvellent le genre. On trouve ainsi désormais :
 
  • des imagiers audio

  • des imagiers vidéo

  • des réalisations multimédias, enrichies
     

I- des imagiers audio avec mise à disposition de fichier MP3 ou wma, dans de nombreuses langues et regroupant les mots par thème. Le Casnav de Strasbourg propose ainsi pour les élèves allophones du premier degré des imagiers multilingues (en 8 langues) comprenant des versions audio (téléchargeables au format wma).

Sur le site imagiers.net, c'est le thème des animaux qui est ici traité

 
 
 
 
Il existe depuis peu des applications pour tablettes et smartphones proposant de créer des imagiers sonores et des histoires contées. Tapikeo, par exemple, outil malheureusement payant et ne fonctionnant que sur un seul système d'exploitation, offre une banque d’imagiers sonores directement exploitables, ainsi que la boîte à outils permettant d’en créer de nouveaux. Il serait intéressant d'expérimenter de tels outils en classe de FLS.



II- Parmi les nouveautés, des imagiers vidéo, également basés sur la méthode directe, qui proposent en plus du mot écrit et oralisé, un geste mimant le concept
 

 
 

III-
Des imagiers et encyclopédies visuels en ligne multimédias ou enrichies

On pourra enfin exploiter à profit certains sites, qui se présentent comme de véritables « planches Rossignol » multimédias et proposent des définitions et notices écrites, audio et même vidéo comme cette intéressante réalisation du réseau Canopé qui permet d'explorer en 3D le corps humain :

http://www.reseaucanope.fr/corpus/ 




































Une invitation à davantage utiliser l'image dans sa pratique de classe


Cette exploitation de l'imagier avec l'élève allophone invite finalement à reconsidérer l'introduction des documents visuels dans sa pratique de classe.

Nous reprendrons pour conclure les éléments d'une séquence de Marie-Claude Pignol dans un collège de l'académie de Créteil.


lien de téléchargement d'un fichiertélécharger l'intégralité de la séquence



Cette enseignante de français en classe ordinaire s'est rendue compte de l'importance de l'utilisation du document visuel en observant les réactions et progrès d'un de ses élèves allophones inclus, Chi Wai, de langue chinoise.

Mme Pignol distingue 4 types d'utilisation de l'image :



  • l'image en rapport direct avec le texte, comme "aide à la compréhension, illustrations conformes"

lien externeconsulter, par exemple, l'imagier utilisé par Mme Ricot avec ses lycéens allophones pour leur faciliter l'entrée dans la lecture de Demain, dès l'aube de Victor Hugo

  • l'image sans rapport direct avec le texte, cas plus compliqué pour l'élève allophone, habitué par les manuels à "l'image illustrative, qui a pour fonction première d'aider l'élève dans son appropriation de la langue".

  • l'image et la question de point de vue, une autre exploitation du dialogue possible entre le texte et son illustration permet d’introduire une notion complexe pour les élèves, celle de point de vue. En classe, Mme Pignol travaille un extrait des Aventures de Pinocchio de Collodi : le moment où Pinocchio va être avalé par la baleine, avec en regard une illustration de Mette Ivers, confrontation qui permet de réfléchir à la façon dont le récit est de part et d'autre mené.




  • l'image comme discours autonome.


Mme Pignol a travaillé sur ce point à l'aide d'une photographie de Raymond Depardon. 
"On aborde ici l’image un peu comme on le ferait pour un texte. Par groupes, les élèves s’efforcent d’en identifier les références, les éléments, présents ou absents, qui la composent et son thème. Je projette la photo sur le tableau blanc. On identifie les lignes de construction et les élèves peu à peu se rendent compte qu’il y a des horizontales pour le monde minéral et des verticales pour le vivant (la chèvre et l’enfant). Certains élèves relèvent la fragilité du vivant tel qu’il est représenté : un enfant, un petit animal. Nous constatons aussi la présence d’obliques (la tente). Quel est le statut de cet objet ? Désormais, le cours dialogué va être largement pris en charge par les élèves. Je les amène peu à peu à réaliser que si tente il y a, cela veut dire que cet enfant n’est pas seul. Ils vont comprendre que cette image est le produit des choix du photographe : il aurait pu ne photographier que le monde minéral, ou encore choisir de représenter toute la famille protégée par la tente. J’avais choisi de mettre en place cette activité pour Chi Wai, pourtant elle a été utile à tous les élèves, même si bien sûr elle n’a pas résolu tous les problèmes de compréhension autour des notions de subjectivité et d’implicite. Pour l’élève allophone, l’accès à ces notions a semblé plus facile en passant par l’image et par l’oral qu’en les abordant directement dans un texte."
 


 Emmanuel Vaslin, chargé de mission au CASNAV 

 

haut de page

1 commentaire

  • 1

    De Caroline LEDERLE
    16/06/2015, 09:51

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant.

    J'utilise personnellement l'application Book Creator sur Ipad :
    - possibilité de télécharger une image (photo, illustration d'un album, dessin)
    - enregistrer le mot
    - écrire un petit texte (réplique de l'album grâce à laquelle le mot a été découvert)

    On peut donc réaliser autant d'imagiers que l'on souhaite : autour d'un album, d'une sortie, etc. L'application est très facile à prendre en main par les élèves eux-mêmes, qui peuvent se constituer leur imagier en quelques clics. Un bémol cependant : les tablettes sont - dans ma circonscription - réservées aux maternelles - et je ne peux donc que leur prêter ma propre tablette.

    Possibilité cependant d'exporter l'imagier (Extension Readium pour Google Chrome ou via Ibook) et de consulter ces imagiers en classe sur ordinateurs portables (classes mobiles dans toutes les écoles).

    Il existe une autre application Ipad : Tapikeo (permettant aussi d'inclure des fichiers sons)

    Cordialement,

    Caroline Lederle

    Bassin de Cholet

Pour faire un lien, saisissez l'adresse complète du site web (http://www.siteweb.fr) ou du mail.


écoutez le mot à saisir

élèves allophones, enfants du voyage - Rectorat de l'Académie de Nantes